Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le FC Sochaux-Montbéliard au chômage partiel

Après avoir accordé deux semaines de congés payés à la quasi totalité de son personnel, le FC Sochaux Montbéliard va mettre cette fois tous ses salariés au chômage partiel à partir du 1er avril. Avec la suspension du championnat de Ligue 2, le FCSM se dit néanmoins serein pour son avenir financier.

.
. © Radio France - Hervé Blanchard

Comme beaucoup de clubs en France et en Europe, le FC Sochaux-Montbéliard ne va pas y couper non plus. Le FCSM va devoir avoir recours au chômage partiel. Cette disposition devrait débuter au 1er avril 2020 et concerner l'ensemble du personnel du club sochalien (à quelques rares exceptions près en communication, comptabilité, ..). Chaque employé percevra donc 84% de son salaire habituel net. Sochaux ne fait que s'adapter à la situation actuelle de blocage du football professionnel français en raison de l'épidémie de coronavirus.

Du chômage partiel après des congés payés

Samuel Laurent, le directeur général exécutif du FCSM s'explique "Nous avons accordé deux semaines de congés payés à tous les joueurs, au staff, ainsi qu'aux autres secteurs du club pendant les deux premières semaines de confinement". Cette décision s'est imposée d'elle-même pour les joueurs notamment, pour anticiper une trêve plus courte dans l'éventualité d'une reprise de la compétition avant le mois de juin. Mais surtout, "comme la situation de confinement va durer dans le temps" ajoute Samuel Laurent "nous n'avons pas d'autre choix que de passer au chômage partiel à partir de ce mois d'avril" se justifie le dirigeant sochalien. "Ce sont des économies pour le club (d'autant que ces salaires sont en grande partie pris en charge par l'Etat), mais cela reste accessoire" note Samuel Laurent. Le club et le stade Bonal sont fermés, la boutique également.

"On perd de l'argent, mais ça ne va pas tuer le club" - Samuel Laurent, directeur général exécutif du FCSM

Concernant l'impact de la crise du coronavirus sur les finances des clubs professionnels de football, Samuel Laurent se veut résolument confiant pour le FCSM "C'est tendu, financièrement je ne vous cache pas que l'on perd de l'argent comme tous les clubs". Sochaux n'a plus aucune entrée d'argent depuis la mise en pause de la Ligue 2 le 13 mars dernier. Les droits télé ne sont plus versés, il n'y a plus de billetterie, plus de vente de produits dérivés en boutique "mais contrairement à d'autres clubs qui peuvent se retrouver dans une situation catastrophique, nous, ça ne va pas tuer le club ! On fait partie de ces clubs qui vont survivre à ce véritable krach du monde sportif" affirme le dirigeant sochalien.

Il ne faudrait pas non plus que cette crise s'éternise parce qu'à terme, le budget de la prochaine saison du FCSM pourrait quand même être impacté. Quid également des abonnés, des partenaires et des collectivités ? En attendant, Samuel Laurent le dit haut et fort "les scénarios de sortie de crise du football français, à savoir quand et comment on pourra reprendre le championnat, me semblent pour l'heure accessoires, ce sont des paroles en l'air. On doit déjà se montrer solidaires de cette crise qui s'abat sur nous et mettre le football de coté."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu