Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les petits clubs de sport craignent pour leur survie

-
Par , France Bleu Hérault

Alors que le sport est l'arrêt partout en France, en raison de l'épidémie de Covid-19, de nombreux clubs craignent de ne pas pouvoir reprendre leur activité, et pour certains de disparaître. C'est le cas notamment des sports de combat.

Les règles de protection contre le coronavirus apparaissent difficiles à appliquer dans le judo (Illustration)
Les règles de protection contre le coronavirus apparaissent difficiles à appliquer dans le judo (Illustration) © Maxppp - Florian Launette

Tous les clubs se posent des questions, tous attendent des réponses. Pourront-ils relancer leur activité, et si oui dans quelles conditions ? Auront-ils le feu vert au même moment, ou le déconfinement se fera-t-il, pour eux aussi, de manière progressive ? Combien de temps pourront-ils tenir économiquement et auront-ils les moyens de payer leurs salariés ? Percevront-ils des aides financières et quand vont-elles arriver ?

Pour l'heure, les clubs de sport, et notamment amateur, naviguent à vue. Parmi les plus inquiets, ceux proposant des arts martiaux. Par définition, les gestes barrière et la distanciation sociale apparaissent en effet impossibles dans la plupart des disciplines. 

Président du club de judo de Marsillargues, Julien Ménado émet des craintes pour l'avenir de son club et du judo français. Il craint de ne pas pouvoir reprendre, et quand bien même il pourrait le faire, il redoute d'y être autorisé trop tardivement et de voir chuter le nombre d'adhérents, qui est aujourd'hui d'une centaine. 

Julien Ménado sur France Bleu Hérault

De son côté, Sylvain possède un dojo et donne des cours dans le département. Il craint lui aussi des coupes budgétaires, un gros impact financier et une baisse du nombre de licenciés.

Sylvain enseigne le judo dans le département de l'Hérault

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu