Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : pour le président du Paris FC (Ligue 2) "il faut arrêter le championnat"

-
Par , France Bleu Paris

Invité de France Bleu ce dimanche 26 avril, Pierre Ferracci, le président du Paris FC, 17e de Ligue 2 au moment de la suspension du championnat estime qu'il faut mettre un terme à cette saison. Pour lui, "les conditions sanitaires ne sont pas réunies pour une reprise dans de bonnes conditions".

Pour le président du Paris FC (Ligue 2), Pierre Ferracci "il faut arrêter le championnat". (photo d'illustration)
Pour le président du Paris FC (Ligue 2), Pierre Ferracci "il faut arrêter le championnat". (photo d'illustration) © Maxppp - Anthony Massardi

L'Union européenne de football (UEFA) pousse pour que les championnats reprennent. En Italie, la fin du championnat a été repoussée. En Belgique, les instances doivent se réunir pour une décision attendue le 4 mai prochain. L'Allemagne, elle, pourrait reprendre le 9 mai "si les autorités le permettent". Cependant, les Pays-Bas ont décidé d'arrêter leur championnat. "Aucun vainqueur, champion cette année", a fait savoir la fédération néerlandaise de football. En France, la reprise dépendra des annonces du Premier ministre, Édouard Philippe ce mardi sur le déconfinement.

"Des incidents musculaires multipliés par six"

"Je pense qu'il serait plus raisonnable d'arrêter. Les conditions sanitaires ne sont pas réunies pour que l'on puisse reprendre dans de bonnes conditions", commente Pierre Ferracci, président du Paris FC (Ligue 2), invité de France Bleu ce dimanche. "Quand on regarde le protocole médical que tous les clubs viennent de recevoir, on voit bien qu'il y a des forces de dangers, non seulement le virus mais le protocole annonce qu'il y aura une augmentation des incidents musculaires multipliés par six dès la fin du deuxième match, si on joue tous les trois jours, ça donne une idée au-delà du virus du risque que l'on va faire prendre aux joueurs", réagit Pierre Ferracci.

Il est préférable de préparer la reprise de la saison prochaine fin août - Pierre Ferracci, président du Paris FC

Si la décision d'arrêter le championnat venait à être approuvée par la Ligue de football professionnel (LFP), la Ligue 2 s'arrêterait à la 27e journée. "Ce sera à la Ligue, à la Fédé de prendre leurs responsabilités (...) on peut faire jouer au mois de juillet par exemple, les play-off et les matchs de barrage comme l'UEFA peut faire jouer si elle en a envie la Ligue des champions en août mais continuer les championnats aujourd'hui en Italie, l'Espagne en France c'est faire prendre des risques que les joueurs n'ont pas besoin de prendre.", renchérit le président du Paris FC.

L'intérêt sanitaire au-delà de l'économie et de l'intérêt sportif

"S'il y a une reprise de l'épidémie, il serait anormal que le football y concoure. La distanciation sociale dans le football qui est un sport de contact, ça va faire rigoler tout le monde. Une distance de 2 ou 4 mètres entre les joueurs, on voit bien qu'on n'est pas dans l'esprit collectif de ce sport", ajoute Pierre Ferracci. 

Sur le plan économique, le président du Paris FC est clair : "La crise de la trésorerie peut être surmontée dans le football. Bien évidemment, le football va rencontrer dans les années à venir des problèmes gravissimes, il doit s'y préparer. Les budgets de l'an prochain vont être des budgets de combat au Paris FC comme ailleurs (...) Je ne crois pas qu'en continuant le championnat on se donne de meilleurs moyens de surmonter cette crise". 

Pierre Ferracci tient à conclure : "Si la santé prime, la reprise ne doit pas se faire. Tout le monde doit dépasser ces enjeux et regarder le problème sanitaire plutôt que le problème sportif et économique. La reprise du championnat est conditionnée aux annonces du déconfinement présentées par le Premier ministre Édouard Philippe ce mardi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess