Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coupe de football : l'ES de Buxerolles a dû jouer avec très peu d'entraînement à cause de la crise sanitaire

-
Par , France Bleu Poitou

Cinq clubs de la Vienne et des Deux-Sèvres jouaient ce dimanche pour le sixième tour de coupe de France de football. Deux se sont qualifiés pour le suivant et trois s'arrêtent là. Les clubs amateurs comme l'étoile sportive de Buxerolles ont pâti du manque d'entraînement dû à la crise sanitaire.

L'étoile sportive de Buxerolles a joué le sixième tour de coupe de France de football.
L'étoile sportive de Buxerolles a joué le sixième tour de coupe de France de football. © Radio France - Thibault Lecoq

Cinq matchs de football pour le sixième tour de coupe de France de football se sont joués ce dimanche 31 janvier. Il n'y a plus qu'une équipe de football de la Vienne et une des Deux-Sèvres encore en lice pour le prochain tour. Il s'agit du Stade poitevin et l'OL Saint Liguaire-Niort. L'étoile sportive de Buxerolles en régionale 1 a joué contre Trelissac FC, un club de national 2. L'équipe a perdu 1 à 4. Les Périgourdins ont pu s'entraîner car sont semi-professionnel. Entre les deux clubs, c'est la différence d'entraînement qui a été décisive.

Avec le re confinement et le couvre-feu, les joueurs de Buxerolles n'ont pas pu jouer depuis trois mois. Ils n'ont pu que très peu s'entraîner. Ça ne met pas dans les meilleures conditions pour l'entraîneur de l'ESB Manuel Balmer. "Il y a l'inquiétude, l'inquiétude du timing extrêmement resserré proposé par la FFF. Il nous a laissé que très peu de temps pour nous préparer", regrette-t-il. Sa principale crainte, c'est que ses joueurs se blessent.

Des entraînements au petit matin

Manuel Balmer a appris que le match aurait lieu dix jours avant la date. Il a donc dû trouver des créneaux pour entraîner l'équipe. Tous travaillent à côté du football. "On a proposé des séances dès qu'on pouvait, c'est-à-dire le week-end. Et puis deux séances matinales, à 6 h 30 deux fois, mardi et jeudi", raconte l'entraîneur.

L'équité sportive est sûrement bafouée." - Manuel Balmer, entraîneur.

Ce rythme n'a pas toujours été facile à tenir. "C'était un petit peu compliqué quand on se lève à six heure, on s'entraîne, on fait un effort physique. Il n'y a pas le temps de se reposer", témoigne Michel Gomis, un ailier de 23 ans. Cette peine est totalement compensée par le plaisir de jouer pour Karl Mambili, un autre ailier. "Ça fait du bien de retrouver le terrain, le carton vert. Oui, c'est une grande joie", s'enthousiasme le jeune homme de 21 ans. 

Il y a quand même un regret : avoir joué à huis-clos, sans les supporters pour pousser l'équipe. Quelques riverains ont quand même pu regarder le match depuis l'extérieur du stade.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess