Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo : 13 départements en vigilance rouge canicule, 47 en vigilance orange aux orages

Coupe de France : 2020, l'année du Rennais Flavien Tait ?

-
Par , France Bleu Armorique

La rencontre à Angers ce mardi en huitièmes de finale de Coupe de France (18h30), sera l'occasion pour Flavien Tait de retrouver son ancien club, celui qui l'a révélé. Arrivé cet été à Rennes, il a mis du temps à s'imposer. Mais son début d'année 2020 est très bon.

A Nîmes, où il échappe ici à Loick Landre, Flavien Tait avait été très percutant.
A Nîmes, où il échappe ici à Loick Landre, Flavien Tait avait été très percutant. © Maxppp - Jean-Michel Mart

C'était la semaine des premières au Stade Rennais. Après le premier but en Rouge et Noir d'Hamari Traoré, dimanche, contre l'Athlético Marseille, c'est Flavien Tait, vendredi à Nice, qui a ouvert son compteur pour le Stade Rennais. Un but certes moins spectaculaire, d'un plat du pied dans les six mètres, après un duel entre Danilo et Mbaye Niang, mais tout aussi important. D'abord pour le Stade Rennais, puisque le match nul ramené de la Côte d'Azur (1-1) a tout de la bonne opération, mais aussi pour le buteur du soir. "Ce n'est pas une libération, mais une satisfaction. Les joueurs offensifs, on a besoin de stats", répondait Tait en zone mixte. Important aussi, parce que l'histoire entre le Stade Rennais et Flavien Tait n'avait pas excellemment débuté. 

Flavien Tait avait connu un début de saison difficile en Rouge et Noir.
Flavien Tait avait connu un début de saison difficile en Rouge et Noir. © Maxppp - Thomas Brégardis

Après le Trophée des champions, Tait avait été exclu pour son premier match de Ligue 1 avec Rennes, à Montpellier, pour un coup d'épaule dans la poitrine de Pedro Mendes, pour ce qui était le premier carton rouge de sa carrière. Suspendu trois matchs, il avait été titulaire dès le 29 septembre contre le Celtic Glasgow (1-1), puis trois jours plus tard contre Lille (1-1) où le Roazhon Park l'avait sifflé à sa sortie. Ensuite, en Ligue 1, ce fut la traversée du désert : 135 minutes seulement entre le 29 septembre et le 10 janvier, en sept entrées en jeu, entrecoupées par une blessure. Il n'y avait guère que l'Europa League et les coupes nationales où Flavien Tait se montrait un peu. Mais toujours sans y être décisif. 

Et puis, c'est à Nîmes, pour son retour comme titulaire en Ligue 1, que Tait s'est révé(il)lé. Percutant sur son côté gauche, il avait été décisif sur le but d'Adrien Hunou, en lui adressant une passe décisive, d'une balle en profondeur aérienne, mal contrôlée par Pablo Martinez. Il a ensuite été très bon à Fos-sur-Mer, en Coupe de France, où les deux buts rennais sont venus de son côté, à chaque fois provoqués, au début de l'action, par ses courses rentrantes. Avant, donc, ce but à Nice, où Julien Stéphan l'avait maintenu sur le terrain au moment de faire entrer Yann Gboho, préférant sortir Adrien Hunou. 

Ce que j'ai fait à Angers , je dois maintenant l'emmener à Rennes

"Mes qualités, je ne les ai pas perdues. Il fallait me laisser un peu de temps et de confiance, analysait-il après ce but. J'ai franchi un palier entre Angers et Rennes, par rapport à l'engouement, à l'Europe, aux résultats. Ce que j'ai fait à Angers , je dois maintenant l'emmener à Rennes. C'est pour ça que je suis venu". Et c'est pour ça que les Rouge et Noir ont choisi de poser huit millions d'euros sur ce joueur qui fêtera ses 27 ans dimanche, auteur de cinq buts et neuf passes décisives la saison dernière. Alors, le Stade Rennais aura besoin, en seconde partie de saison, des sensations que Tait est en train de trouver, de ses dribbles intérieurs et de la complicité qu'il commence à avoir avec Faitout Maouassa. 

Et pour se convaincre de ce changement, il suffit d'écouter la différence de discours de Julien Stéphan, interrogé sur son cas avant les deux matchs à Angers, le premier en championnat, le second en Coupe de France. "Il a besoin d'un peu de temps pour s'acclimater. Certainement qu'il y a un déficit en terme de confiance. Laissons lui encore un peu plus de temps", disait le coach rennais le 6 décembre. "Les qualités, ils ne les avait pas perdues, il fallait juste lui donner un petit peu de temps", a-t-il dit cette semaine. Comme quoi, tout le monde a eu raison d'être patient. 

Le groupe rennais

Touchés vendredi contre Nîmes, Jérémy Morel et Gerzino Nyamsi, qui devaient passer des examens pour établir la gravité de leurs blessures musculaires, sont absents. Ils sont remplacés numériquement dans le groupe des 18 joueurs par Damien Da Silva et Hamari Traoré, de retour de suspension.

Au milieu, Clément Grenier qui n'a pas joué depuis le 15 décembre à Lyon (0-1) est de retour, tout comme Benjamin Bourigeaud, qui s'est entraîné normalement en début de semaine. Conséquence, Rafik Guitane et Jordan Siebatcheu restent à Rennes. 

Absents : Morel, Nyamsi, Martin, Johansson (blessés) Bonet, Doumbia, Guitane, Da Cunha, Siebatcheu, Guclu

Le groupe angevin

Ludovic Butelle, Danijel Petkovic - Abdoulaye Bamba, Vincent Manceau, Mateo Pavlovic, Théo Pellenard, Romain Thomas, Ismaël Traoré - Antonin Bobichon, Pierrick Capelle, Angelo Fulgini, Thomas Mangani, Mathias Pereira Lage, Baptiste Santamaria,  Zinédine Ould Khaled - Stépahne Bahoken, Casimir Ninga, Sada Thioub.

Absents : Aït Nouri, El Melali, Alioui (blessés), I. Cissé, Gomez Mancini, Kanga (choix)

Le programme des 1/8e de finale 

Mardi 28 janvier

  • (18h30) Belfort (N2) - Montpellier
  • (18h30) Limonest (N3) - Dijon
  • (18h30) Angers - Rennes
  • (20h55) Monaco - Saint-Étienne

Mercredi 29 janvier

  • (18h30) Epinal (N2) - Lille
  • (18h30) Pau (Nat.) - Paris SG
  • (21h05) Marseille - Strasbourg

Jeudi 30 janvier

  • (20h55) Nice - Lyon
Choix de la station

À venir dansDanssecondess