Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Coupe de France : Concarneau revient des enfers et s'offre Brest

samedi 2 décembre 2017 à 19:21 Par Julien Balidas, France Bleu Breizh Izel

Au terme d'un match complètement dingue, l'US Concarneau (National) a éliminé le Stade Brestois (Ligue 2) après prolongations (3-2). Les Concarnois étaient menés 2-0 à la 79e minute...

La joie dans le vestiaire de Concarneau.
La joie dans le vestiaire de Concarneau. © Radio France - Julien Balidas

Concarneau, France

"Irréel". Voilà comment définissait ce huitième tour de Coupe de France Nicolas Cloarec, le coach de Concarneau à la fin de la rencontre. Pendant 80 minutes, Brest a dominé, tranquillement. Jamais inquiété. Avant cinq minutes de folie qui ont retourné le stade Guy Piriou.

Les missiles de Richetin et Idazza

On joue la 79e minute. Les 3953 personnes présentes sont silencieuses. On se dirige vers une qualification brestoise qui ne souffre d'aucune contestation tant les hommes de Jean-Marc Furlan ont fait le boulot et maitrisé leur sujet. Oui, mais. Mais, la magie de la coupe est passée par là. Vincent Richetin, ancien Brestois tire un coup franc à 30 mètres des buts gardés par Julien Fabri. Pleine lucarne (1-2). La remontée est en marche. Cinq minutes plus tard, au tour de Saïd Idazza de nettoyer la même lucarne. On a droit à des prolongations.

Le stade Guy Piriou explose

Une fois cette égalisation acquise, tout s'est inversé. Et Idazza y allait de son doublé d'entrée de prolongation. 3-2, un score qui tiendra jusqu'au bout. Le coach brestois Jean-Marc Furlan n'en voulait pas à ses joueurs après le match : "J'en veux pas du tout à mes joueurs. Ils ont fait le match qu'il fallait. Le seul regret, c'est le troisième but qu'on ne met pas. On fait une barre, on rate un face à face...On a un manque de cul terrible."