Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Coupe de France : le Nîmes Olympique n'a pas laissé sa part de recette au Tours FC

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu Gard Lozère

Le club de Nîmes, après sa victoire contre Tours en 32e de finale de Coupe de France samedi, a décidé de ne pas laisser sa part de recette au club tourangeau, soit 9.500 euros. C'est pourtant une tradition en cas d'écart de divisions important.

Le match Tours/Nîmes du samedi 4 janvier
Le match Tours/Nîmes du samedi 4 janvier © Maxppp - Hugues Le Guellec/Nouvelle République/Maxppp

Décidément, le 32e de finale de coupe de France qui s'est déroulé samedi au stade de la vallée du Cher entre le Tours FC et le Nîmes Olympique continue de faire des vagues. Sur le plan sportif, on le sait, Tours s'est incliné aux tirs aux buts, et le penalty de Youssef Hidasse n'a pas été validé alors que le ballon a clairement franchi la ligne de but. Les images ont d'ailleurs tourné en boucle ce week-end sur les réseaux sociaux, et les 3.500 supporters présents étaient aussi unanimes. D'où la réaction dans un communiqué* du président du Tours FC, Jean-Marc Ettori, qui s'interroge : "Comment les arbitres internationaux désignés sur ce match, idéalement placés, n’ont pu voir ce qu’ont vu 3 500 spectateurs à vitesse réelle ?"

"La richesse est comme l’eau de mer, plus on en boit et plus on a soif." (Jean-Marc Ettori, président du Tours FC)

Pour autant, le Tours FC ne souhaite pas polémiquer et retient l'excellente prestation des joueurs "malgré cette injustice criante". Cette rencontre justement était dotée financièrement d'une recette de 50.000 euros. Il est de tradition, lors d'un écart important de divisions (quatre divisions d'écart en l’occurrence samedi), que le club pro laisse sa recette au petit.  

Malheureusement, les Gardois sont partis en catimini avec leur part de recette, soit 9.500 euros. Là encore, le président Ettori s'interroge car "à l’échelle d’un budget de club de Ligue 1, cela représente une microscopique goutte d’eau". Selon le président du Tours FC, "c'est une décision justifiée par le fait qu’il fallait couvrir les frais de déplacement et d’hébergement, pourtant les nîmois sont venus du Gard avec leur car officiel et ont dormi à l’Ibis Styles ! Il parait que « La richesse est comme l’eau de mer, plus on en boit et plus on a soif ».

Du coup le club tourangeau interpelle le Nîmes Olypique : "Mais, il n’est peut-être pas trop tard pour revenir sur cette décision, Président Rani Assaf ?" 

"Un samedi presque parfait !" Le communiqué du président du Tours FC

"Le tirage au sort des 16e de finale de la Coupe de France aura lieu ce lundi soir à Rouen. Hélas, sans le Tours FC … Et pourtant, nos Ciel et Noir ont lutté, samedi après-midi, pendant 120 minutes, revenant par deux fois au score, gommant ainsi valeureusement les quatre divisions qui les séparaient du Nîmes Olympique, pensionnaire de Ligue 1. Cette vaillance et cet enthousiasme ont permis d’arracher la séance, toujours aléatoire, des tirs au but.

"Les 3.500 spectateurs de la Vallée du Cher ont pu vibrer grâce à l’exploit de nos joueurs mais ils ont aussi pu constater l’erreur grossière manifeste du corps arbitral durant cette séance qui invalide le tir au but de Youssef Hidasse. Le ballon a clairement franchi entièrement la ligne de but à la vue des images qui ont circulé tout le week-end sur les sites d’informations sportives et les réseaux sociaux. Comment les arbitres internationaux désignés sur ce match, idéalement placés, n’ont pu voir ce qu’ont vu 3.500 spectateurs à vitesse réelle ? Il n’est plus l’heure, désormais, à la polémique stérile puisqu’il n’y a aucun moyen de remettre en cause auprès de la Fédération le résultat de cette rencontre malgré cette injustice criante.

"Nous préférons retenir les déclarations très élégantes d’après-match « à chaud » de notre entraîneur qui « a vu les images, ça fait partie du jeu, alors on ne va pas s’arrêter sur cela » et de Youssef Hidasse qui indique que « je vois qu’il rentre, c’est une erreur, mais on est tous humains, je n’avais qu’à la mettre au sol ». Ce sont ces paroles-là, empreintes de sportivité et de fair-play, dont nous sommes fiers aujourd’hui et qui doivent construire ce nouveau TFC face à un monde du football toujours plus égocentrique et égoïste.

"Nous avons, hélas, encore pu le constater samedi avec le club Nîmois. Accueillis chaleureusement la veille du match pour sa mise en place au centre d’entrainement du Tours FC, placés dans les meilleures conditions pour leur séjour, qualifiés in extremis et dans les conditions sur lesquelles nous ne reviendrons pas, avec à la clé une dotation financière fédérale de 50 000 euros, les gardois sont partis en catimini avec leur part de recette. Un montant de 9 500 euros qui à l’échelle d’un budget de club de Ligue 1 représente une microscopique goutte d’eau.

"Une décision justifiée par le fait qu’il fallait couvrir les frais de déplacement et d’hébergement, pourtant les Nîmois sont venus du Gard avec leur car officiel et ont dormi à l’Ibis Styles ! Il parait que « La richesse est comme l’eau de mer, plus on en boit et plus on a soif ». Mais, il n’est peut-être pas trop tard pour revenir sur cette décision Président Rani Assaf ? Quoiqu’il en soit, ces désagréments et inélégances ne remettront pas en cause ce samedi presque parfait qui a mis en lumière, sur le terrain comme en tribune, le renouveau de notre si cher club Ciel et Noir !" 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu