Football

VIDEOS - Coupe de France : la percée d'Avranches en 5 matchs

Par Pierre Coquelin et Anthony Raimbault, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin mardi 4 avril 2017 à 6:30

Sylvestre Guyonnet, l'auteur du tir au but de la victoire face à Strasbourg, fêté comme un héros par ses coéquipiers
Sylvestre Guyonnet, l'auteur du tir au but de la victoire face à Strasbourg, fêté comme un héros par ses coéquipiers © Maxppp - Joel Le Gall

Pour la deuxième année consécutive, un club manchois va jouer un quart de finale de la Coupe de France. Après Granville l'an passé, place à Avranches. Les joueurs du Sud-Manche affrontent le tenant du titre, le Paris-Saint-Germain, mercredi au stade d'Ornano de Caen. Retour sur leur épopée.

Pensionnaire de National, l'US Avranches entre dans la compétition à l'occasion du 5e tour, le 9 octobre 2016, sur la pelouse de Ouest-Cotentin (DHR), une équipe évoluant 5 divisions en dessous des Sud-Manchois. Les hommes de Damien Ott ne font pas dans le détail : 8-1. Au tour suivant, les Manchois ne sont pas passés loin du couperet : menés 1-0 chez l'ASPTT Caen (DH) , ils arrivent à inverser la vapeur et s'imposent finalement 3 buts à 1. Au 7e tour, face aux modestes polynésiens de l'AS Dragon (DH), c'est une attaque de feu qui s'offre un festival : 9-0.

Vannes : pas loin de la mauvaise blague

Lors du 8e tour, le 3 décembre, Avranches se déplace à nouveau, chez un pensionnaire de CFA2, Vannes. Les Bretons sont des habitués des parcours en coupe (1/4 de finale en 2007, finaliste de la Coupe de la Ligue en 2009). Au stade de la Rabine, les Avranchinais ne sont pas loin de passer à la trappe : au cours d'une mi-temps "indigne"(Ott) d'un club de National, Vannes ouvre le score (28e). Encore une fois, les joueurs du Sud-Manche réussissent à inverser la tendance en s'imposant finalement 2-1.

Le scalp de Laval... et de Damien Ott !

Premier palier : les 32es de finale. Le 11e pour le club du Sud-Manche. La bande à Maxence Derrien hérite du Stade Lavallois, un club qui végète en bas de Ligue 2. Laval, 32es de finale… Un an après Granville, une équipe manchoise doit une nouvelle fois faire valser les Tango pour continuer l'aventure. Et ça démarre plutôt mal face aux Mayennais : les hommes de Marco Simone ouvrent la marque peu avant la demi-heure de jeu (0-1, 27e). Au retour des vestiaires, les Avranchinais sont plus incisifs : ils égalisent grâce à un superbe coup-franc de Jessy Benet (1-1, 47e), puis prennent les devants 10 minutes plus tard (2-1, 57e). Avant LE chef d’œuvre de Jonathan « Messi » Clauss : lancé à toute vitesse, le latéral manchois s'offre un raid sur son côté droit, élimine les défenseurs mayennais puis le gardien avant de marquer dans le but vide (3-1, 77e). Le break est fait. Avranches se hisse pour la 2e fois de son histoire en 16es de finale. Qualification historique, à tel point que dans les vestiaires, l'entraîneur Damien Ott est rasé par ses joueurs !

Fleury : "28 ans d'attente"

Lors du tirage au sort des 16es de finale, Avranches se retrouve face à une alternative : soit Fleury (CFA), soit le leader de Ligue 2 à cette époque, Brest. Les Bleus devront attendre quelques jours avant de connaître la décision : surprise, les amateurs franciliens font tomber les Bretons (2-0). Problème : Fleury a fait entrer un joueur qui n'était pas sur la feuille de match ! Brest décide finalement de ne pas déposer de réserve. Ce sera donc Fleury. Un match piège par excellence. A domicile, Avranches est favori. Après une première période compliquée, la lumière vient à l'heure de jeu grâce à une frappe limpide de Dylan Louiserre (1-0, 59e). Le club du Sud-Manche se qualifie pour la 1re fois de son histoire en 8e de finale ! "En tant que président, ça fait 28 ans que j'attends ça", confie Gilbert Guérin.

Strasbourg : fou, fou, fou !

En 8e de finale, le 1er mars, Avranches retrouve un des club mythique du foot français : le Racing club de Strasbourg. Un adversaire particulier pour deux Avranchinais : le coach, Damien Ott, qui a passé sa jeunesse dans les tribunes de la Meinau, et le latéral Jonathan Clauss, formé au RCSA. Mais face à son « club de cœur », le coach manchois est bien décidé à jouer sa carte à fond. Face au 4e de Ligue 2, ce sont les Avranchinais qui sont les plus en verve : logiquement, ils ouvrent le score d'entrée de seconde période par Christopher Mayulu (1-0, 47e). Ils croient avoir le plus dur, mais dans une ultime offensive, les Alsaciens égalisent à une poignée de secondes du coup de sifflet final (1-1, 90e+2). Coup de froid à Fenouillère. La prolongation ne donne rien. Tout se décide aux tirs aux but. Le gardien manchois Anthony Beuve stoppe la première tentative alsacienne… imité par son homologue strasbourgeois un peu plus tard. 7e tireur alsacien : le capitaine Jérémy Grimm – ancien joueur de Damien Ott à Colmar – envoie le ballon dans les airs. Avant que Sylvestre Guyonnet ne libère le stade et envoie Avranches dans le grand 8. "Nos joueurs ont été énormes", lâche Damien Ott. Au terme d'un match à suspens, les Manchois sont en quarts de finale de la Coupe de France !

PSG : l'histoire en capitale

Un an après Granville, une nouvelle équipe manchoise se hisse en quarts de finale de la Coupe de France. Et le dernier représentant normand de la compétition hérite d'un gros. Très gros. Du genre ogre : le Paris-Saint-Germain, tenant du titre. Un palmarès impressionnant : 6 championnats de France, 10 Coupe de France, 7 Coupe de la Ligue, 1 Coupe de Coupes. Et des noms : Lucas, Draxler, Pastore, Di Maria, Cavani… Comme les Granvillais l'an passé, les Avranchinais doivent migrer au stade d'Ornano de Caen. Une rencontre qui se jouera mercredi à guichets fermés. Deux équipes qui ne boxent pas dans la même catégorie. Dans un sourire, le président de l'US Avranches Gilbert Guérin lance : "On a battu la capitale de l'Europe, maintenant place à la capitale de la France !". Mais comme le veut la célèbre phrase : sur un match, tout est possible !