Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coupe de France de football

Coupe de France : les réactions des joueurs de Canet après leur qualification en quart de finale

-
Par , France Bleu Roussillon

Ils sont à deux marches du Stade de France. Les joueurs du Canet RFC se sont qualifiés ce mercredi pour les quarts de finale de la Coupe de France en battant Boulogne-sur-mer. Après avoir éliminé l’OM, c’est un nouvel exploit pour les amateurs catalans.

La joie des Canétois après leur victoire.
La joie des Canétois après leur victoire. © Radio France - Xavier Ponroy

Un mois après, le même spectacle se répète. Au coup de sifflet final, comme face à Marseille, les joueurs canétois se sont rassemblés en bas d’une tribune de Gilbert-Brutus pour célébrer leur qualification, grâce à leur victoire sur Boulogne-sur-mer 1 à 0 pour les quarts de finale de la Coupe de France de football. Ils ont pris quelques minutes, le temps de crier leur joie, de chanter ce refrain devenu un tube de printemps en Pays Catalan

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Un truc de malade"

"Le téléphone chauffe beaucoup". Assis sur une chaise dans les couloirs du stade, les crampons encore aux pieds, Jean Vercruysse a les yeux rivés sur son portable, sur lequel il ne cesse de recevoir des messages. "C’est un vrai exploit" sourit le milieu de terrain de 20 ans. 

Après le match, les Catalans avaient du mal à mettre des mots sur leur performance. Le meneur de jeu Toufik Ouadoudi s’y est essayé : "On a été très solidaires, on a beaucoup défendu, donc "je dirais héroïques". Et pour l’ensemble des joueurs, du club, c’est historique. J’arrive même pas à me faire à l’idée d’être en quart de finale de la Coupe de France. C’est pas tous les jours que ça arrive.”

Je me souviens encore de l’époque où je me battais pour être en quart de finale de coupe du Roussillon. C’est un truc de malade - Toufik Ouadoudi

Même l’expérimenté gardien Maxime Ferry, qui affiche plus de 300 matchs avec Canet, avait du mal à formuler sa joie. “Jamais je n'aurais pensé y arriver. Il y a quelques années, on était encore en Division d’Honneur. J'avais le rêve déjà de monter National 3 et de peut-être faire un 32e. Je réalise sans trop réaliser. À la fin du match, je pensais à tout le parcours et les émotions se bousculaient dans ma tête.” 

Est-ce que cela a été l'occasion quand même de faire un peu la fête après cette nouvelle performance ? Cela n'a pas tellement été le cas pour ce policier municipal de 32 ans : "Demain (lendemain du match, NDLR), je commence le boulot à 5h du matin ! Le retour à la réalité va être immédiat".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Très différent de la victoire contre Marseille

Il y a un mois, le dimanche 7 mars, le premier exploit des Catalans s’était réalisé face à l’Olympique de Marseille, un mastodonte qui joue quatre divisions au-dessus avec ses joueurs stars. Ce mercredi, une seule division séparait les deux équipes. Mais Boulogne-sur-Mer, dernier de National 1, a fait office d’adversaire plus coriace, ou du moins plus concerné. 

"On savait que ça allait être plus difficile que contre l’OM” confie Jean Vercruysse. "Le coach nous avait prévenu, il fallait vraiment rester les pieds sur terre après le match contre Marseille."

"Il y avait beaucoup moins d’engouement autour de la rencontre, mais une pression supplémentaire" ajoute le milieu Ludovic Gasparotto. "Contre Marseille, on avait rien à perdre. Là, c’était une équipe qui se rapprochait un peu de nous, et on était à domicile. On a eu un peu de réussite, mais on a fait le match qu’il fallait. On rentre dans l’Histoire, et j’espère que ce n’est pas fini." 

L’histoire d’un groupe

Le druide Farid Fouzari a-t-il une recette pour sa potion magique en Coupe de France ? L’entraîneur des Canétois jure que non, seuls comptent le sérieux et le travail. Mais deux ingrédients de la formule sont déjà connus. D’abord l’envie décuplée de ces amateurs qui en cas d’élimination voient leur saison s’arrêter, le championnat étant suspendu. L’autre, c’est que ce groupe s’entend bien, et ça se voit. 

On est une belle bande de potes” sourit Toufik Ouadouddi. "Mais on est aussi des compétiteurs : plusieurs joueurs n’avaient pas joué contre l’OM et ont joué contre Boulogne. Personnellement, j’ai boudé un peu de ne pas démarrer contre Marseille, mais quand je suis rentré, j’ai fait le travail. On veut tous prouver à chaque fois qu’on est sur le terrain. Les remplaçants apportent beaucoup. Il n’y a pas de tricheurs, c’est le top de travailler avec ces gars-là.

Un gardien peut en cacher un autre

Un exemple, le passage de relais au poste de gardien. Blessé, Maxime Ferry avait dû laisser sa place à Damien Graves dans les tours précédents en Coupe de France. Propre, appliqué et efficace, ce dernier n’a pas laissé passer sa chance. Mais contre Boulogne-sur-Mer, le coach Fouzari a du faire, comme il le dit lui-même "un choix technique et tactique". Maxime Ferry a renfilé les gants.

"J’étais le premier surpris, la composition d’équipe ne nous a été donnée qu’une heure et demie avant le match" décrit celui qui n’avait plus joué depuis le mois de novembre. "J’avais une certaine pression, même par rapport à Damien. J’ai une pensée pour lui, et je lui ai dit après la rencontre : il méritait certainement plus que moi de jouer ce match. Il avait fait de la compétition en entier et j'ai une pensée pour lui. C'est grâce à lui aussi que j'ai pu faire ce match parce qu'on s'entend très bien."

Une fierté pour tout le club

La réussite canétoise va même au-delà de la porte du vestiaire selon le portier : “C'est aussi une grande fierté pour le club, pour tous les gens qui y bossent. Nous, on est mis en lumière sur le terrain, mais toute la semaine, des gens travaillent. Que ce soit les présidents, notre manager, les entraîneurs, les bénévoles, les jeunes. Si ça marche aujourd'hui, c'est un ensemble, c'est pas seulement nous. C'est que tout le monde tire dans le même sens. Je suis hyper fier de voir mon club à ce niveau aujourd'hui.” 

Prochaine étape pour rêver, les quarts de finale. Le tirage au sort aura lieu ce vendredi soir, et les matchs se dérouleront les 20 et 21 avril. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess