Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Coupe du monde de football : "La France va aller jusqu'au bout" estime l’entraîneur Pascal Dupraz

vendredi 1 juin 2018 à 10:24 France Bleu Pays de Savoie

INTERVIEW - Le Haut-Savoyard, ancien entraîneur d'Évian Thonon Gaillard et de Toulouse, a pris du recul. Consultant pour TF1 durant la Coupe du monde de football, Pascal Dupraz vient de co-écrire un livre sur le management.

Pascal Dupraz
Pascal Dupraz © Maxppp - PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXPPP

Haute-Savoie, France

Depuis son domicile de Haute-Savoie, l'emblématique ancien coach de l'Évian Thonon Gaillard accorde à France Bleu Pays de Savoie une interview sans langue de bois avant de se replonger dans la compétition. 

Après ses ennuis de santé qui l'ont écarté des terrains en janvier dernier (deux malaises lors d'entraînements du TFC), Pascal Dupraz nous précise d'abord qu'il va bien, il a le feu vert médical pour entraîner à nouveau, il en a envie, mais n'est pas plus précis sur une éventuelle destination.

Avec Frédéric Rey-Millet (expert en management originaire d'Annecy) , Pascal Dupraz vient de publier "Leçon de leadership" avec ce surtitre qui résume assez bien son parcours de coach : "Sauver, partir, rebondir". Personne n'a oublié son sauvetage du moribond TFC de la relégation, alors qu'il ne restait qu'une poignée de matchs à disputer et que tout le monde, y compris dans le club, préparait la descente en Ligue 2.  

  • France Bleu Pays de Savoie : un mot sur votre collègue entraîneur Zinedine Zidane. Vous comprenez son départ en pleine gloire ?

On n'a pas les tenants et les aboutissants. Zidane a réussi quelque chose d'exceptionnel au Real Madrid, même si en championnat cette année était moins bien. Gagner trois fois consécutivement la ligue des champions, c'est tout bonnement exceptionnel. C'est à l'image du joueur exceptionnel qu'il fut, et sa sortie est comparable à l'un de ses fameux dribles lorsqu'il était en pleine possession de ses moyens. C'est sortir d'un club prestigieux alors qu'on est au sommet. 

  • Voilà qui renvoie à la difficulté de durer quand on est entraîneur...

Entraîneur de sport professionnel est certainement le poste où on est le plus soumis à la critique. Critique de la part de vos dirigeants, et des joueurs - là ça peut se comprendre. Critique également des journalistes, et des consultants anciens sportifs qui pensent qu'entraîner est la même chose que jouer. Sans oublier la vox populi. Un métier compliqué, mais toujours-est il que Zidane l'a fait et très bien fait. 

  • Zidane, c'est "Réussir et partir" si on vous paraphrase. Vous, c'est donc "Sauver, partir, rebondir".

Un bon résumé de mon parcours au sein du football qui reste ma passion. Je n'ai eu que des équipes qui jouaient le maintien avec des joueurs qui croient - et ils ont raison de le croire - qu'ils sont les meilleurs du monde, même si les résultats prouvent qu'ils sont de très bons professionnels, mais pas les meilleurs. 

  • Et ça, c'est le plus dur ? Travailler avec des joueurs dont on sait qu'ils ne sont pas les meilleurs du monde . 

J'ai toujours apprécié les effectifs que j'ai coachés. Sans doute parce que je ne suis pas le meilleur entraîneur du monde (rires). En tout cas, à Toulouse, il a bien fallu un chef d'orchestre, appliquer des méthodes de management. Ils se sont maintenus alors que tout le monde avait prédit la descente en ligue 2.

  • Parvenir à faire "surperformer" un joueur, c'est la grosse satisfaction du coach ?

Oui bien sûr. Et notre second rôle consiste à faire progresser les joueurs, surtout les jeunes joueurs. J'ai entraîné à Toulouse le plus jeune effectif d'Europe, j'ai lancé beaucoup de jeunes, ils ont progressé avec moi.

  • Un mot sur Évian Thonon Gaillard. Quand vous êtes dans le coin, la plaie est-elle cicatrisée ?

Non. Mon père qui en a été l'un des bâtisseurs est décédé. Il a été bafoué. Je constate qu'il n'y a pas beaucoup de courageux... à part celui qui vous parle en ce moment. Moi j'assume les responsabilités. Pour les moments durs, mais aussi pour avoir bâti ce club. Il y a quelque chose de paradoxal à constater que nous sommes restés quatre ans en ligue 1 avec un budget qui baissit chaque année. 

  • Le rebond, il est possible un jour à Évian ?

Non. Impossible. En tout cas, je ne pense pas que ce soit de mon vivant. 

Bâtisseur, formateur, meneur d'hommes - Maxppp
Bâtisseur, formateur, meneur d'hommes © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
  • Après votre départ des bancs de ligue 1, on parle de votre rebond. Consultant TF1 sur la coupe du monde. Lucien Favre, l'ex entraîneur de Nice, a déclaré que l'équipe de France devait encore devenir une équipe.

J'ai beaucoup de respect pour Lucien. Il a bien fallu une équipe pour se qualifier. Le parcours en qualification plaide pour ce groupe. Je pense que notre équipe est en rodage actuellement. La préparation physique fera la différence. Nous avons le meilleur contingent offensif avec le Brésil, l'Espagne et l'Allemagne. Et on a une chance terrible : on dispose de l'entraîneur idoine. Je ne dis pas ça parce qu'il a préfacé mon bouquin. Je parie sur une victoire de la France au bout.  

  • Deschamps a le plus beau palmarès du foot français. Pourtant, il ne fait pas l'unanimité.

Parce qu'il est français ! En France, on est toujours jalousé quand on réussit. A part Zidane. Didier Deschamps est un top entraîneur. Il l'a prouvé autant en club qu'en équipe nationale. Avec lui, on ne revivra pas Knisna. Les joueurs ont un cadre à respecter. Ils jouen pour le maillot, ils se défoncent pour le maillot. On souhaite tous qu'ils aillent le plus loin possible en Russie. Certains disent que l'équipe manque de leaders. Si Griezman n'est pas un leader, c'est que je ne connais rien au foot. M'Bappé, si ce n'est pas un leader technique, qu'est-ce que c'est ? Giroud qui vient d'égaler le record de but en sélection de zidane, c'est quoi ? Et puis de toute façon, le leader, il est là, il s'appelle Deschamps.

Le livre de Pascal Dupraz

"Pascal Dupraz leçon de leadership", écrit avec Frédéric Rey-Millet, éditions Alisio.