Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football
Dossier : Coupe du monde féminine de football 2019

Coupe du monde féminine 2019 : la Jamaïcaine Khadija Shaw marquée à vie

-
Par , France Bleu Gironde

La future attaquante des Girondins de Bordeaux a mené les Reggae Girlz, qui affrontent l'Italie ce vendredi (18h) à Reims, à leur première coupe du monde. Une jeune femme dont la vie balance entre roman noir et conte de fée.

Khadija Shaw, c'est 31 buts en 24 sélections.
Khadija Shaw, c'est 31 buts en 24 sélections. © AFP - Angela Weiss

Bordeaux, France

A seulement 22 ans, elle a perdu trois de ses frères dans les violences des gangs de Spanish Town, ancienne capitale de l'île où elle a grandi, et un quatrième dans un accident de voiture. 

Je voulais rentrer à la maison. Je ne voulais plus jouer au foot (...) Aujourd'hui, je dirais que ça m'a vraiment rendue plus forte. Et même si ça a été un moment très dur, ça m'a aidé. — Khadija Shaw dans une interview au Guardian* en 2018

Des drames que la jeune femme ne veut plus évoquer. Mais qui l'ont bien évidemment marquée et façonnée. Gamine, Khadija Shaw, surnommé Bunny par l'un de ses frères en raison de son amour des carottes, apprend le foot dans la rue avec les garçons malgré les interdictions d'une maman inquiète. 

Diplômée en communication

Pauvreté, violence quotidienne : un apprentissage à la dur qui ne l'empêche pas d'être repérée par la Fédération jamaïcaine et d'intégrer les sélections de jeunes à 14 ans. Mais faute de résultat et d'argent, le programme féminin est interrompu. Le sélectionneur envoie alors ses meilleurs joueuses à l'étranger.

"Bunny" Shaw en action lors du premier match du Mondiale face au Brésil (0-3). - AFP
"Bunny" Shaw en action lors du premier match du Mondiale face au Brésil (0-3). © AFP - Jean-Pierre Clatot

Grâce à une bourse, Shaw atterrit en Floride puis entre, deux ans plus tard, à l'université du Tennessee où elle passe des diplômes en communication. Et continue, malgré les nouvelles terribles qui lui parviennent du pays, d'empiler les buts. De retour en sélection, elle fait parler son mètre 80, sa puissance et son agilité balle au pied pour marquer 19 buts en 11 matches d'éliminatoires et faire de la Jamaïque la première nation des Caraïbes qualifiée pour une coupe du monde.

*The Guardian, quotidien britannique, récompense chaque année un joueur ou une joueuse pour avoir réalisé quelque chose de remarquable. Khadija Shaw a été récompensée en 2018 après le meneur de jeu de Manchester United Juan Mata en 2017 et le défenseur de Cagliari Fabio Pisacane en 2016. 

Choix de la station

France Bleu