Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Coupe du monde féminine de football 2019

Dominique Provost, ex-internationale : "Le foot a changé ma vie"

Elles ne sont qu'une dizaine de Normandes à avoir eu la chance de porter le maillot de l'équipe de France de Football. Dominique Provost l'a porté de 1981 à 1993 dans l'anonymat mais avec la plus grande joie. Elle est fière de son parcours et de tout ce que le foot lui a apporté.

Dominique Provost a porté le maillot de l'équipe de France de football féminine de 1981 à 1993
Dominique Provost a porté le maillot de l'équipe de France de football féminine de 1981 à 1993 © Radio France - Olivier Duc

Caen, France

Dominique Provost a raccroché les crampons en 2008 à Cormelles-le-Royal (Calvados). Elle a joué presque 32 ans au football et arbore fièrement sur son polo le coq français et le logo de la Fédération française de football.

Et sous le logo de la FFF, on peut lire "Bleue un jour, Bleue toujours!", le nom de l'association qui regroupe les 313 anciennes internationales françaises.

"Je n'ai eu que _cinq sélections entre 1981 et 1993_, déplore Dominique Provost mais à mon désavantage j'ai été opérée des genoux environ tous les trois-quatre ans. A chaque fois je suis revenu au haut-niveau et je suis fière. Et je remercierai toujours mon chirurgien."

C'est dans son petit village de Grainville-sur Odon au Sud-Ouest de Caen que Dominique Provost a découvert le foot, dans la rue. "Un jour un éducateur m'a dit "tu devrais aller jouer au foot." Je suis allé jouer au foot et ça a changé ma vie. J'ai appris tout ce qu'on n'apprend pas dans certaines familles"

Elle ne va connaître que des équipes féminines, d'abord au SM Caen (1976) qui à l'époque avait une section féminine mais c'est à Condé-sur-Noireau qu'elle va découvrir le haut-niveau et l'équipe de France.

"J'ai joué en Ligue de Normandie au tout début, il y avait beaucoup d'équipes. Après on est parti à Condé-sur-Noireau parce que Malherbe n'avait pas semble-t-il les moyens de payer les filles en championnat de France. 

Avec Condé, on partait dans la France entière en D2 d'abord et puis en D1. On allait jusqu'à Monaco, Lyon, Toulouse et on travaillait le lendemain souvent. 

C'était dur mais c'étaient des moments inoubliables et je suis très fière et très heureuse de les avoir vécus."

La médiatisation a depuis fait des progrès mais son passage en sélection nationale s'est fait de façon assez discrète à l'époque.

"Je n'ai que cinq sélections mais j'en suis fière. C'est vrai qu'à l'époque... bof ça passait comme ça. Si je m'appelais, je ne sais pas, Didier Deschamps, j'aurais été vraiment reconnue mais non voilà je m'appelais Dominique Provost donc ça sert à rien (rire) mais je suis quand même très contente d'avoir porté le coq."

Dominique Provost apprécie le parcours des Françaises et les valeurs qu'elles véhiculent. Noël Le Graët, le président de la Fédération françaises de football aurait promis aux anciennes internationales de les emmener à Lyon, pour la finale, si les Bleues sont au rendez-vous.