Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Coupe du monde féminine de football 2019

Coupe du monde : Kely Nascimento, la fille de Pelé, de passage dans la Marne

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La Brésilienne Kely Nascimento-Deluca donne des conférences sur l'égalité des sexes partout dans le monde, elle est ambassadrice pour l'ONU... Et c'est la fille du "Roi" Pelé, le meilleur joueur de football de tous les temps. Elle était mercredi à Tinqueux, qui lance une équipe féminine.

Kely Nascimento-Deluca a été accueillie avec des drapeaux brésiliens.
Kely Nascimento-Deluca a été accueillie avec des drapeaux brésiliens. © Radio France - Thomas Coignac

Tinqueux, France

"Est-ce-que je peux avoir les femmes de foot ? Les joueuses". Au micro, devant le club house, Kely Nascimento cherche parfois ses mots dans un très bon français. Mais elle ne perd pas de vue la principale raison de sa venue : la création d'une équipe féminine au Football Club Tinqueux Champagne. 

Kely Nascimento-Deluca en compagnie des premières joueuses de la section féminine de Tinqueux et du maire Jean-Pierre Fortuné. - Radio France
Kely Nascimento-Deluca en compagnie des premières joueuses de la section féminine de Tinqueux et du maire Jean-Pierre Fortuné. © Radio France - Thomas Coignac

De passage à Reims pour la Coupe du monde féminine, celle qui est ambassadrice du programme de développement des Nations Unies est venue mettre en valeur celles qui jouent au foot, que ce soit dans des grands stades ou dans les plus petits. "Créer cette équipe, c'est un exemple pour les autres villes, et surtout pour les jeunes filles. Qu'elles se disent qu'elles peuvent jouer, à Reims ou à Tinqueux. Et peut être que dans 10 ans, si je reviens, elles seront plus nombreuses", se réjouit-elle. 

Deux équipes de filles à la rentrée

En tout cas, pendant l'été, le nombre de licenciées va prendre un sacré coup de fouet. De deux ou trois filles de moins de 13 ans, qui jouent encore avec les garçons, le club passera à une quarantaine, dans deux équipes, séniors et U15. 

"On a eu plus de demandes que l'on pensait, explique le président Yassine Omri, en imaginant qu'elles seront encore plus nombreuses après la Coupe du monde féminine. Mais il faut aussi mettre les moyens, ce que l'on a fait grâce à la mairie de Tinqueux.". Le président évoque ainsi davantage de vestiaires, et un nouveau terrain, un synthétique de nouvelle génération, à 480 000 euros, pour tous les licenciés. 

Kely Nascimento-Deluca, Jean Pierre Fortuné et le président Yassine Omri ont inauguré le nouveau synthétique de Tinqueux.  - Radio France
Kely Nascimento-Deluca, Jean Pierre Fortuné et le président Yassine Omri ont inauguré le nouveau synthétique de Tinqueux. © Radio France - Thomas Coignac

"On est en train de recruter, des filles de Reims, mais aussi de Troyes..." explique Mélanie, qui a déjà son survêtement rouge du FCTC. II faut dire que dans l'agglomération, mis à part le Stade de Reims, qui jouera en D1 l'an prochain, les clubs féminins proposant une équipe pour les adultes ne sont pas nombreux : Reims Saint-Anne, La Neuvillette et Cormontreuil. Sarah, qui fera ses études à Reims à la rentrée, a donc choisi Tinqueux. Et voit la différence avec ses débuts, où elle a joué avec les garçons jusqu'à 15 ans "Tout a changé. Les équipes ont évolué, il y en a beaucoup plus... Et la coupe du monde va encore donner un boost." 

Nous ne serons pas prises au sérieux tant que les choses n'auront pas été réglées pour les femmes de certains pays.

Et Kely Nascimento-Deluca, de passage à la coupe du monde est d'accord. "On a vu beaucoup de changements ces dernières années. L'enjeu, désormais, c'est d'utiliser cette dynamique, et de changer des petites choses, qui auront, plus tard une influence globale, analyse-t-elle. Par exemple, j'étais au match Etats-Unis- Thaïlande (13-0). C'était génial mais aussi un peu triste. Beaucoup de femmes, dans beaucoup de pays n'ont pas la chance d'avoir accès à de bonnes conditions d'entraînement. C'est un bon exemple pour montrer que beaucoup de choses doivent changer. Nous ne serons pas prises au sérieux tant que les choses n'auront pas été réglées pour les femmes de certains pays." Et pour elle, la promotion du foot féminine passera désormais par un film : Warriors of a Beutiful Game.