Football DOSSIER : L'US Granville en Coupe de France

Coupe et championnat, les footballeurs granvillais comptent jouer sur les deux tableaux

Par Pierre Coquelin, France Bleu Cotentin dimanche 24 janvier 2016 à 17:00

Les coéquipiers de Thomas Vauvy veulent mener les deux compétitions de front
Les coéquipiers de Thomas Vauvy veulent mener les deux compétitions de front © Radio France - Pierre Coquelin

Qualifiés pour les huitièmes de finale de la Coupe de France, les footballeurs granvillais n'en oublient pas leur pain quotidien : le championnat de CFA2. Le club manchois veut jouer sur les deux tableaux : la montée en CFA (objectif principal) et aller le plus loin possible en Coupe de France.

Après l'euphorie de la Coupe de France et cette qualification pour les huitièmes de finale arrachée samedi face à Sarreguemines (3-1), retour au quotidien pour les joueurs de l'US Granville. Et le quotidien, c'est le championnat de CFA2. Mais difficile de mener deux compétitions de front avec l'enchaînement des matchs, la pression.

L'entraîneur Johan Gallon a pu le constater lors de la dernière rencontre de championnat, le 16 janvier dernier. Une défaite 3-1 face à la réserve de Brest. "J'ai pas reconnu mon équipe. On a manqué de tout, d'intensité, de rythme, d'envie. On n'a pas gagné un duel. Entre les joueurs qui ne voulaient pas se blesser, d'autres qui ne voulaient pas prendre un carton. c'est compliqué à gérer deux compétitions de front. En championnat, on veut monter : ça demande un investissement total depuis le 15 juillet. Et puis cette compétition, la Coupe de France, qui fait tourner les têtes. Donc c'est compliqué pour un coach de garder tout le monde concentré sur les deux objectifs".

La Coupe, une cerise sur le gâteau bien utile

La montée en CFA, c'est l'objectif principal du club. Le club manchois l'avait loupée de peu la saison dernière, terminant à la deuxième place, à seulement deux petits points des Voltigeurs de Chateaubriand, promus en CFA.

Deux points, c'est aussi l'écart en ce moment avec le leader du groupe, la réserve de Rennes (42 points pour les Bretons, 40 pour les Manchois). "Faut pas lâcher le championnat. c'est important. Notre gagne-pain, c'est la montée en CFA. Si en fin de saison, on ne monte pas, et qu'on aura fait un huitième de finale en Coupe de France, je ne suis pas sûr que les présidents soient contents. Et moi non plus. Faut pas oublier ce qu'on a à faire", explique Matthias Jouan. D'autant que le championnat reprend ses droits très rapidement, samedi prochain, avec la réception du troisième, la réserve de Guingamp, à Louis-Dior.

Faut pas lâcher le championnat. c'est important. Notre gagne-pain, c'est la montée en CFA. Si en fin de saison, on ne monte pas, et qu'on aura fait un huitième de finale en Coupe de France, je ne suis pas sûr que les présidents soient contents. Et moi non plus. Faut pas oublier ce qu'on a à faire" - Matthias Jouan

Un championnat qu'il faut concilier avec l'épopée en Coupe de France. "ça ne va pas être simple. c'est vrai que ça bouffe de l'énergie. Mais après on a un effectif étoffé. Donc le coach peut faire tourner. Tout le monde va se donner à fond. Et je suis sûr qu'on peut jouer encore sur les deux tableaux", confie l'attaquant Tony Lambard.

Une aventure Coupe de France, cerise sur le gâteau qui peut s'avérer bien utile : d'une part, ça participe à souder encore plus le groupe ; d'autre part, ça apporte plus de visibilité au club (raison de plus en étant le nouveau petit poucet de la compétition parmi les 16es dernières équipes encore en lice) et aux joueurs ; et puis, sur le plan financier, c'est aussi une entrée d'argent pas négligeable (en se qualifiant pour les huitièmes de finale, les Granvillais sont sûrs d'empocher 142 500 euros).

Anticiper l'après-Coupe

Pour l'entraîneur Johan Gallon, il faut se montrer lucide et surtout préparer les esprits à l'après-Coupe. "Je sais qu'un jour cette aventure va s'arrêter, pour l'avoir vécu en tant que joueur. Il va falloir être vigilant pour l'après. Pour le moment, on encore dans la magie. mais le coach est toujours obligé d'anticiper. Je suis déjà préparé à tout ça et il faut que j'arrive petit à petit à préparer mes joueurs à ce qui pourra se passer demain", note le technicien granvillais. Entendez demain, en cas d'élimination.

Johan Gallon sait de quoi il parle : avec le Stade Malherbe de Caen (alors en 2e division), il avait atteint les quarts de finale de la Coupe de France en 1998 (défaite 2-1 à domicile face à Lens, futur finaliste et champion de de France de D1). Le Stade Malherbe qui avait ensuite du faire une croix sur la montée en D1, payant les efforts consentis en Coupe.

Prochain rendez-vous en Coupe de France pour Granville, ce sera face à Bourg-en-Bresse (L2) pour les huitièmes de finale. La rencontre se jouera soit le mardi 9 soit le mercredi 10 février.

Coupe et championnat, Granville veut jouer sur les deux tableaux