Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Cyclisme - David Lappartient : "L'UCI, c'est comme une mairie"

samedi 28 avril 2018 à 18:21 Par Julien Balidas, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Le président de l'Union Cycliste Internationale (UCI) et maire de Sarzeau a assisté ce samedi à l'arrivée de la quatrième étape du Tour de Bretagne à Grand-Champ, remportée par le Marseillais Julien Antomarchi (Roubaix Lille Métropole). Il en a profité pour balayer l'actualité du vélo.

David Lappartient
David Lappartient © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Morbihan, France

David Lappartient, vous êtes venu en voisin ce weekend… 

"Oui, on est dans la même agglomération que Sarzeau. Il n'y a pas une année où je ne suis pas au moins sur une étape du Tour de Bretagne, malgré mon emploi du temps chargé." 

Le Tour de Bretagne, c'est immanquable ?

"C'est la course de référence du niveau intermédiaire entre professionnels et amateurs. On a d'excellents coureurs au départ. C'est aussi une course pour des cyclistes en devenir. Moi j'aime cette course, c'est une course de guerriers. Le Tour de Bretagne, c'est la référence. J'ai discuté avec des professionnels, ils la gardent en mémoire. Cette course, on ne la fait pas pour s'échauffer." 

Comment se sont passés ces premiers mois à la tête de l'UCI ? 

"L'emploi du temps est chargé puisque j'ai gardé mon mandat de maire de Sarzeau. Je suis toutes les semaines au siège de l'UCI. Ce dernier mois, j'ai fait les cinq continents. L'UCI doit être connectée avec ses fédérations nationales et ne doit pas rester barricadée en Suisse. Il faut une bonne alliance entre le terrain et le bureau. C'est comme une mairie."

Le poids est sur les épaules du président de l'UCI

"J'ai trouvé une organisation qui fonctionnait. Je connaissais l'institution en étant vice-président, mais clairement, _le poids est sur les épaules du président_. Il y a des sujets majeurs : la fraude technologique, la surveillance médicale réglementaire. On avance. Ce n'est pas si simple mais les salariés sont extraordinaires, ils aiment ce sport." 

Le Tour de France arrive bientôt dans votre commune (10 juillet) 

"Là je vais mêler les deux. Le président de l'UCI arrive sur une étape du Tour en mettant les pieds sous la table, là en tant que maire, il y a les contraintes d'organisation. C'est pas mal de voir toutes ces responsabilités sur les élus locaux." 

Ce sera une vraie semaine du vélo à Sarzeau...

"On aura le championnat de France de BMX. 1500 pilotes, 6000 spectateurs du vendredi 6 au dimanche 8 juillet. Puis le 10, le Tour de France. On va faire la fête. On aura un village départ en plein centre, les commerçants vont décorer leurs vitrines. Il y a une vraie fierté de se dire, c'est là que ça se passe."

Inconcevable qu'on n'ait pas de décision pour Froome

Un tour avec ou sans Chris Froome, on ne sait pas encore ?*

"On aimerait que la décision tombe avant le Tour de France. Et pour lui et pour les spectateurs. C'est quand même difficilement concevable qu'on n'ait pas de décision. L'UCI est sous pression mais je vous assure qu'on fait notre travail. On ne lâche pas le dossier, en suivant nos procédures, tout en respectant les droits des coureurs et donc de Chris Froome.

Autre dossier sur lequel vous travaillez, le cyclisme féminin… 

"C'est une nécessité. La Route de France s'arrête. Il faut à tout prix qu'on ait du cyclisme féminin dans notre pays. Il y a un vrai succès des épreuves, un peloton qui s'est professionnalisé. Il y a des magnifiques compétitions mais sur un jour. Il faudrait une épreuve par étapes de référence." 

En Bretagne ?

"J'ai commencé à y travailler. J'espère qu'on pourra aboutir. On a besoin du cyclisme féminin en Bretagne, ces filles le méritent largement. J'aimerais bien aussi un Paris-Roubaix féminin."

*Après un contrôle "anormal" sur la Vuelta, le dossier de Chris Froome, quatre fois vainqueur de la Grande Boucle, est entre les mains du tribunal antidopage de l'Union cycliste internationale (UCI) qui devra décider de son sort.