Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Daniel Horlaville : une cérémonie au stade Marcel-Billard de Oissel, en hommage à la légende du foot normand

Les obsèques de Daniel Horlaville auront lieu ce vendredi, à Oissel. Avant cela, une cérémonie publique sera organisée au Stade Marcel-Billard, dans sa commune de la périphérie de Rouen. Plusieurs centaines de personnes y sont attendues.

Daniel Horlaville (au centre) avait disputé les JO de Mexico en 1968 avec l'équipe de France des amateurs
Daniel Horlaville (au centre) avait disputé les JO de Mexico en 1968 avec l'équipe de France des amateurs © AFP - AFP Photo

Rouen - France

C'est son neveu et entraîneur de l'équipe principale de Oissel (N2), Romain Djoubri, qui l'a annoncé ce mardi soir dans Bienvenue au club, sur France Bleu Normandie : les obsèques de Daniel Horlaville, disparu dimanche dernier à l'âge de 73 ans, auront lieu ce vendredi, à Oissel. Avant d'être inhumé dans la plus stricte intimité, une cérémonie publique sera organisée au Stade Marcel Billard, dans sa commune. Le cercueil de Daniel Horlaville sera exposé au centre du terrain, au milieu de centaines de personnes. Plusieurs personnalités prendront la parole : Michel Mallet (président USQ/QRM), Fabrice Tardy (président FCR) ou encore Thierry Foucaud (ancien maire de Oissel). 

Une volonté : "Ni fleurs, ni plaques". Une urne sera mise à disposition afin de récolter des dons pour les jeunes footballeurs de l'association CMSO, à laquelle Daniel Horlaville était très attachée.

Une trajectoire hors norme

Touché par la maladie d'Alzheimer, Daniel Horlaville nous a quittés dimanche dernier. Il restera l'une des plus grandes icônes du football normand, lui qui a marqué l'histoire de l'US Quevilly avec deux titres de champions de France amateurs et une demi finale de Coupe de France (68'), avant de porter les couleurs du FC Rouen. Il est aussi connu pour s'être fait un nom au niveau national et international. Ancien joueur du PSG et du Paris FC, Daniel Horlaville est le seul amateur de l'après guerre à avoir porté le maillot de l'équipe de France, lors d'une rencontre officielle face à la Roumanie, au Parc des Princes. Il a également participé au JO de Mexico, en 1968, avec une équipe de France uniquement composée de joueurs amateurs.

Des souvenirs

Plutôt réservé et modeste, Daniel n'en faisait pas des tonnes sur sa brillante carrière : "Il ne disait pas grand chose, mais au fond de lui, je pense que c'était une grande fierté", témoigne Romain Djoubri. Entraîneur à Oissel, son neveu aurait rêvé de coacher un joueur de cette dimension : "La question ne se pose même pas, quand on sait qu'on l'appelait le maestro, et qu'il était le Michel Platini des années 60 et 70". L'entraîneur de Oissel poursuit : "Daniel était un porte drapeau dans la famille. Ma grand-mère me disait qu'elle avait la chair de poule, quand elle entendait le nom de son fils scandé au Parc des Princes". 

Le Parc des Princes, un stade que Daniel va ensuite connaître comme joueur du PSG, sans réussir à s'y imposer : "Pour les pros, il y avait un côté vexatoire de voir arriver ce garçon de nulle part. Il n'était pas fait pour le monde professionnel, il ne pensait pas assez à sa pomme, il n'avait pas assez d'ego (...) et puis, sa femme disait que quand il ne voyait plus le clocher de l'église de Oissel, il était perdu", se souvient Manu Quesnel

Pour notre ancien journaliste, d'ailleurs, le plus beau souvenir a lieu en 1977, à Diochon : "Le FC Rouen y affrontait Saint-Etienne. Ce jour-là, Dominique Bathenay ne lui a pas pris un ballon, Jacques Santini ne lui a pas pris un ballon, puis Jean-Michel Larqué s'y est collé, et il ne lui a pas pris un ballon. Ils étaient dégoûtés. On dit qu'on voit les grands joueurs dans les grands matchs. Ce jour-là, il avait sorti un match énorme. Et pourtant, il était en fin de carrière".

Daniel Horlaville était un joueur "unique", mais s'il a un héritier dans le foot normand, c'est peut-être "Vikash Dhorasoo, dans un registre un peu différent. Il était, comme Daniel, un joueur atypique, créatif et avec une énorme influence", estime Manu Quesnel. 

Choix de la station

France Bleu