Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Mondial 2018 de football

"Dans les filets de France Bleu" : En route pour les champs d'honneur

mercredi 11 juillet 2018 à 9:13 Par Léo Sanmarty, France Bleu

Chaque jour, le correspondant de France Bleu à Moscou, Claude Bruillot, nous envoie une carte postale de Russie où se déroule le Mondial de football. Zoom sur la qualification de la France en finale de la Coupe du Monde.

"Dans les filets de France Bleu" par Claude Bruillot
"Dans les filets de France Bleu" par Claude Bruillot © Radio France - Cathy Dogon

Ca y est nous y sommes. Les Bleus sont en finale de la Coupe du Monde en Russie. Vainqueurs 1-0 en demi-finale de nos voisins belges, nous saurons ce mercredi, qui de l'Angleterre ou de la Croatie va affronter l'équipe de France en finale dimanche à Moscou.

Faut-il y voir autre chose qu'une simple coincidence ?

Pendant que l'équipe de France de football se qualifie pour la 3 ème finale de Coupe du Monde de son histoire,12 ans et 20 ans après les précédentes, la Belgique, elle, 32 ans après sa dernière demi-finale perdue contre l'Argentine, future nation couronnée, reste donc à quai, contre le grand voisin.

Bien sûr il ne s'agit certainement pas de fanfaronner, car nos bleus ont souffert contre les Diables Rouges. Mais Dieu que c'est bon de voir le pays, des tribunes de Saint Petersbourg, jusqu'aux derniers villages de nos campagnes les plus reculées, en passant par nos Champs Elysées, déclarer sa fierté à l'attention de son équipe nationale. 

Que c'est bon de retrouver cette communion fraternelle, quand notre Samuel catapulte le ballon d'un coup de tête rageur , dans le but belge. Quand notre Hugo multiplie les parades décisives et sauve la patrie en danger. Quand notre Ngolo, petit bonhomme infatigable, mascotte du pays, éteint le dénommé De Bruyne.

Cette solidarité-là a déjà existé par le passé, en 1982 à Séville, ou en 1998 au stade de France, mais nous l'avions peut-être oublié. Merci donc à Didier Deschamps, et à son équipe faite à sa main, d'avoir rouvert le grand livre des belles histoires. En attendant d'écrire dimanche, tous ensemble, la prochaine page. Peut-être la plus belle.