Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Mondial 2018 de football

"Dans les filets de France Bleu" : Faut-il avoir peur de l’Uruguay ?

mercredi 4 juillet 2018 à 8:58 - Mis à jour le mardi 3 juillet 2018 à 11:40 Par Léo Sanmarty, France Bleu

Chaque jour, le correspondant de France Bleu à Moscou, Claude Bruillot, nous envoie une carte postale de Russie où se déroule le Mondial de football. Ce mercredi, retour sur le quart de finale de l'équipe de France face à l'Uruguay.

"Dans les filets de France Bleu" par Claude Bruillot
"Dans les filets de France Bleu" par Claude Bruillot © Radio France - Cathy Dogon

A 48h de disputer son quart de finale contre l’Uruguay, l’équipe de France est présentée par son adversaire comme la favorite du match. Une façon habile de faire porter la pression sur les jeunes joueurs tricolores. Du côté des tricolores, on sait déjà qu’il faudra se méfier de certains joueurs uruguayens, heureusement bien connus par certains de nos Bleus.

Faut-il avoir peur de l’Uruguay ? Faut-il surjouer le danger Suarez-Cavani en attaque, la solidité Godin-Gimenez en défense ?

A 48 heures d’un quart de finale qui déterminera la réussite – ou pas – de nos Bleus en Coupe du Monde,  tous nos sens sont en alerte. Cavani n’aura plus mal à son mollet contre la France…  Godin et Gimenez, coéquipier de Griezmann à l’Atlético de Madrid, savent anticiper tous les gestes de l’attaquant des bleus… Suarez n’a pas son pareil pour alterner les duels, tel un taureau furieux, ou un renard qui se faufile dans le poulailler…

Partout on dissèque le jeu de l’adversaire, avec ou sans le ballon.  Chacun y va de son analyse sur cette formation qui n’a pris qu’un but en 4 matchs. L’équipe la plus accrocheuse du Mondial, celle qui laisse le moins d’espaces… dont aurions tant besoin… 

Tout ceci est normal bien sûr… mais déjà , il nous tarde  de voir venir le temps où l’on parlera aussi des forces de l’équipe de France…Pas seulement pour se rassurer… mais, pourquoi pas, également, pour faire peur.