Sports

Deux footballeurs de la Berri accusés de paris illégaux

Par Alexandre Chassignon et Faouzi Tritah, France Bleu Berry vendredi 27 juin 2014 à 19:37

L'effectif pro de la Berrichonne de Châteauroux a repris l'entraînement ce mecredi 25 juin.
L'effectif pro de la Berrichonne de Châteauroux a repris l'entraînement ce mecredi 25 juin. © Photo Faouzi Tritah - Radio France

Leurs noms apparaissent dans les relevés de l'autorité de surveillance des jeux en ligne. Deux footballeurs de la Berri ont parié, au cours de la saison passée, sur une contre-performance de leur club, chose bien sûr interdite. Mais Jonathan Millieras et Jonathan Rivas n'ont probablement pas disputé les rencontres sur lesquelles ils ont joué de l'argent.

Fraude ou simple négligence ? L'enquête est lancée à la Ligue de football professionnel, sur les paris effectués par 87 joueurs pro, dont deux de la Berri. Comme tous les footballeurs sont contrat avec un club, Jonathan Millieras et Jonathan Rivas ont l'interdiction de parier sur des rencontres de Ligue 1, Ligue 2 et National.

L'Arjel, qui contrôle les paris en ligne, a transmis à la LFP une liste de footballeurs qui ont joué en ligne. Les relevés indiquent même qu'ils ont, au moins une fois, parié sur un match nul ou une défaite de leur équipe. Un type de pari appelé "négatif" puisqu'il porte sur une contre-performance.

Jeu en ligne ou jeu en vrai

Jonathan Millieras et Jonathan Rivas peuvent plaider une circonstance atténuante : s'ils ont joué en ligne, ils n'étaient probablement pas sur le terrain. Le premier, gardien de but de 21 ans, n'est jamais rentré avec l'équipe première l'an passé. Le second, attaquant de 22 ans, a disputé quatre matches avec la Berri avant d'être prêté (à Bastia, où il a joué 14 matches).

Ils n'en risquent pas moins une sanction, de la part du club comme de la Ligue. Même sans avoir disputé une rencontre, ils peuvent en effet être accusés d'avoir influencé leurs partenaires. Les deux Berrichons sont attendus devant la commission de discipline de la Ligue le 24 juillet .

Partager sur :