Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Mondial 2018 de football

Mondial 2018 - Deux jeunes Lorrains à Moscou pour soutenir l'équipe de France de football

jeudi 14 juin 2018 à 10:42 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine

Nicolas et Benjamin sont à Moscou ce jeudi. Ces deux Lorrains, Mosellan et Meurthe-et-Mosellan, vont suivre toute la Coupe du monde de foot en Russie. Un voyage long et cher qu’ils nous racontent.

Benjamin et Nicolas aux couleurs de la France en Russie.
Benjamin et Nicolas aux couleurs de la France en Russie. - Nicolas Grandidier

Lorraine, France

Deux jeunes Lorrains, passionnés de football ont fait cinq jours de voiture pour aller en Russie et assister au Mondial de foot qui commence ce jeudi. Nicolas est Mosellan, originaire de Lucy dans le Saulnois. Il est parti avec Benjamin, un Meurthe-et-Mosellan fan de l’ASNL. 

Les seuls à faire flotter le drapeau français dans les rues

C’est donc depuis la Lorraine que leur périple a commencé. "On est arrivés mercredi après-midi à Moscou, en voiture, explique Nicolas Grandidier, et l'ambiance générale est très très bonne. On était très surpris d'ailleurs de l'accueil des Russes envers les Français. Il faut dire qu’on est un peu l'attraction ici. On a croisé seulement deux autres Français, des Nantais, donc _on est un peu l’attraction, une denrée rare à Moscou, puisqu'il n’y a aucun Français mais vraiment aucun Français au centre-ville_. On peut croiser beaucoup d'Américains, de Sud-Américains surtout des Argentins, des Mexicains."

RÉECOUTER : Nicolas Grandidier raconte ce voyage à France Bleu Lorraine

Cinq jours de voiture et cinq heures d’attente à la frontière

Car sitôt arrivés, les deux Lorrains sont allés afficher leurs drapeaux et maillots tricolores en ville. Ils ont pourtant de quoi être fatigués. Ils viennent de faire cinq jours de voiture pour rejoindre la capitale russe. Mais à en croire Nicolas, l’adrénaline les tient en forme : "on peut parler peut-être d'excitation du Mondial, cherche à comprendre le Mosellan. On est partis samedi de Lorraine, on est passé au Sud de Berlin, on s'est arrêtés également en Pologne, en Lituanie. Ensuite on a fait halte à la frontière russe juste après avoir passé les douanes et on a filé donc hier jusqu'à Moscou pour arriver en fin d'après-midi." 

Mais ça n’a pas été si simple de passer la frontière se souvient Nicolas : "on est resté bloqués presque cinq heures au total à la frontière russe. La faute peut-être à notre russe parlé et écrit qui n'était pas très bon, donc la douanière a tout simplement préféré attendre la fin de son service pour nous basculer vers un collègue qui arrivait pour la relever la nuit."

Un voyage à 13 000€ voire un peu plus

Pas de quoi les décourager, cela dit. Les deux Lorrains économisent et préparent ce voyage depuis deux ans. Un rêve à 13 000 euros, voire même un peu plus d’ailleurs, nous raconte toujours Nicolas : "On a dû un peu rallonger même à cause d'un problème d’hôtel à Moscou. C’est un budget assez conséquent mais c’est quelque chose qu'on prépare maintenant depuis deux ans et on le sait très bien, on ne le fera pas des dizaines de fois alors on préfère profiter maintenant." 

Les deux copains ne se refusent donc rien, même si cela suppose de rajouter encore des kilomètres au compteur ! "On va voir l'équipe de France samedi à Kazan, à l'Est de Moscou et on va faire 15 heures de train aller, 15h de train retour et en rentrant vers 14h à Moscou on ira voir Allemagne - Mexique au stade à 17h."

Les couleurs du FC Metz et de l’ASNL dans les stades russes

Et dans tous ces voyages, au quatre coins de la Russie, les compères Lorrains arboreront leurs maillots régionaux ! Celui du FC Metz pour Nicolas et celui de l’ASNL pour Benjamin. "On a effectivement amené _un maillot de chaque équipe pour prendre des photos au stade et montrer qu'on peut être supporters de Metz et Nancy et ne pas se taper dessus_. On a réussi à se supporter pendant 35 heures de route donc on peut se supporter dans un stade de foot et dans une région", sourit Nicolas Grandidier.

La France championne du monde 2018 ?

Car les deux fans de foot feront évidement cause commune pour les Bleus. D’abord lors de France – Australie, ce samedi midi. Et au jeu des pronostics, Nicolas s’est vite prononcé : "Les Australiens sont très fiers de nous rencontrer mais ne font pas trop de pronostic en leur faveur, ils ne croient pas à leur victoire et moi non plus. Pour moi ça sera je pense un 2-0 pour l’équipe de France." Quand à voir les Bleus carrément sacrés champions du monde, le Mosellan ne se prononce pas : "j’espère", dit-il simplement !

Suivez le périple de Nicolas et Benjamin sur leur page Facebook.