Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% DFCO

DFCO : une saison de bâches pour les Lingon's boys

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le DFCO reçoit le FC Nantes, dimanche 16 mai 2021, pour l'avant-dernière journée de Ligue 1. Face à la mauvaise saison du club, à défaut de se faire entendre, les supporters dijonnais du groupe des Lingon's boys se font voir depuis plusieurs mois, à l'aide de banderoles.

"Mieux vaut le huis clos que regarder 11 plots", la banderole déployée lors de DFCO - Nice en avril
"Mieux vaut le huis clos que regarder 11 plots", la banderole déployée lors de DFCO - Nice en avril © Radio France - Adrien Beria

Malgré une saison quasiment jouée intégralement à huis-clos, les supporters du DFCO ont tout de même réussi à se manifester face aux très mauvais résultats de l'équipe, reléguée en Ligue 2. D'abord dans 100% DFCO, tous les soirs de la semaine de 18 heures à 19 heures, sur France Bleu Bourgogne. Mais aussi au Stade Gaston Gérard et à ses abords. Le groupe de supporters des Lingon's boys s'est ainsi illustré à cinq reprises sur la deuxième partie de saison, avec des banderoles au ton piquant. Florilège et réactions des acteurs à quelques heures de la réception du FC Nantes, dimanche 16 mai 2021.

D'abord le soutien ...

Le 24 janvier, le groupe ultra des Lingon's boys était pourtant venu accueillir l'arrivée du bus des "Rouges", avant la réception de Strasbourg. Un moment festif. Dijon, invaincu depuis trois matchs, peut encore, à ce moment-là, croire en son maintien. "On ne lâche rien, toujours derrière vous", la banderole est pleine d'espoir. 

"On ne lâche rien, toujours derrière vous"
"On ne lâche rien, toujours derrière vous" © Radio France - Adrien Beria

... puis les critiques ! 

Dès le mois de février, le ton change, avec un appel à se rassembler avant la réception de Bordeaux. Le DFCO, englué dans une spirale négative, enchaînant les défaites jusqu'au record, voit presque à chaque match à domicile une nouvelle banderole apparaître en bas de la tribune Nord (Dijon Céréales). 

DFCO - PSG (défaite 4-0) 

"Les Lingon's  ̶e̶n̶ ̶b̶l̶o̶c̶ ̶c̶e̶n̶t̶r̶a̶l̶  sur le terrain"
"Les Lingon's ̶e̶n̶ ̶b̶l̶o̶c̶ ̶c̶e̶n̶t̶r̶a̶l̶ sur le terrain" © Radio France - Adrien Beria

DFCO - Bordeaux (défaite 3-1) 

"Boire pour oublier vos déboires"
"Boire pour oublier vos déboires" © Radio France - Adrien Beria
"Si on est le 12e homme, où sont les 11 autres ?"
"Si on est le 12e homme, où sont les 11 autres ?" © Radio France - Adrien Beria

DFCO - Nice (victoire 2-0) 

"Mieux vaut le huis clos que regarder 11 plots"
"Mieux vaut le huis clos que regarder 11 plots" © Radio France - Adrien Beria

DFCO - Metz (défaite 5-1)

"Même au tournoi Lingon's vous finiriez derniers"
"Même au tournoi Lingon's vous finiriez derniers" © Radio France - Adrien Beria

"On sait qu'on n'a pas été bons cette saison, mais ça nous met encore plus dans le trou"

Comment les joueurs réagissent-ils, lorsqu'ils entrent sur la pelouse et qu'ils voient ces messages ? "On les voit mais on essaye de faire abstraction. Même si dans le fond ils ont raison, sur la forme, elle pourrait être différente, regrette le défenseur Fouad Chafik. C'est vrai que ça nous touche un peu quand même. Ça se comprend, mais dans le forme il faudrait revoir ça, la tournure des phrases etc ... On sait qu'on n'a pas été bons cette saison, mais ça nous met encore plus dans le trou". Relancé sur le fait que ces banderoles sont une forme plutôt "soft" de mécontentement, l'emblématique Chafik relativise : "C'est sûr qu'on n'est pas à Marseille ou dans d'autres clubs, où les supporters peuvent venir au centre d'entraînement. C'est vrai que nous, c'est plutôt calme de ce coté-là"

Et son entraîneur, David Linarès ? "Ça ne fait jamais plaisir, après je comprends leur mécontentement. Il y a en plus une frustration de ne pas être présents dans les stades. Je prends acte, et j'espère que rapidement on aura tous des émotions à vivre et à partager qui seront plus positives".

L'issue de la saison aurait-t-elle été différente avec des supporters en tribunes ? Oui, selon Fouad Chafik : "Ces dernières années, on était une forteresse imprenable. Dans les clubs comme Dijon, familiaux, on a besoin du public, ça aurait pu changer les choses. Je ne mets pas notre descente que sur ça, mais les années précédentes avec le public, on faisait de très bons matchs à domicile".  

Le programme de la 37e journée 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess