Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

DISPARITION. Alain Proust, président du Poitiers FC, est mort à 74 ans

samedi 26 août 2017 à 13:59 - Mis à jour le samedi 26 août 2017 à 15:36 Par Margot Delpierre, France Bleu Poitou

Il était depuis dix ans le président emblématique du Poitiers Football Club. Alain Proust est mort vendredi 25 août des suites d'une longue maladie. Il avait 74 ans.

Alain Proust avait 74 ans
Alain Proust avait 74 ans - Poitiers FC site internet - capture d'écran

Poitiers, France

L'émotion est vive au sein du Poitiers FC. "Nous avons essayé de le joindre à de multiples reprises hier [vendredi, ndlr]. Silence complet à son domicile comme sur son portable", explique l'entraîneur Sébastien Desmazeau. "D'inquiétude, on est passé à l'action. On est allé à son domicile pour finalement trouver porte close, la voiture devant chez lui, et penser au pire." Alain Proust s'est en effet éteint à l'âge de 74 ans.

Alain Proust, un sacré caractère

C'était "quelqu'un d'exigeant, clivant, en même temps très attachant et attaché à ses couleurs. Quelqu'un qui aimait profondément son club, même les hommes", se souvient Sébastien Desmazeau. Un homme "à la fois rassurant, intéressant, intelligent, stratégique mais aussi par moment colérique et capricieux".

Il y a une phrase qui me rappellera toujours Alain et elle me manque déjà : tous les vendredis depuis trois saisons et demi que j'ai pris les commandes de l'équipe première, il me disait "tu sais demain, c'est le match le plus important pour le club". Je pense qu'à travers ça, il voulait me dire que quand on est entraîneur, le match le plus important, c'est toujours celui qui arrive." - L'entraîneur Sébastien Desmazeau

"Passionné et excessif", c'est aussi le souvenir que garde de lui l'ancien directeur sportif du Poitiers FC Philippe Leclerc. Il l'a côtoyé dix ans, entre 2003 et 2013. "Il me disait toujours que sa première famille était le football. Il avait deux passions : ses petits enfants et le football."

C'est quelqu'un qui a fait beaucoup pour le football local, même s'il était très conversé, même s'il ne faisait pas toujours l'unanimité. Il faut lui reconnaître sa passion et son investissement pour le football local." - L'ancien directeur sportif Philippe Leclerc

La vie du club continue

L'équipe se déplace quand même ce samedi après-midi à Royan pour affronter Cozes, car il faut "jouer pour la gloire de notre président", estime Sébastien Desmazeau. "Je ne voyais pas les choses autrement, ça fait douze ans que je suis au club. Je pense que lui-même, d'où il est, n'aurait pas souhaité qu'on fasse l'impasse sur cette journée."

Alain Proust répétait souvent à Sébastien Desmazeau que le club devait continuer son chemin. "Les clés sont dans nos mains", ajoute l'entraîneur, déçu que le président ne soit plus là pour la saison prochaine. Après quatre ans en Division d'honneur, le Poitiers FC est en effet remonté en Nationale 3.

"C'est quelque chose qui lui tenait à coeur avant de passer le flambeau. C'est chose faite, mais il n'aura pas le plaisir de voir la suite", ajoute Philippe Leclerc.