Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Disparition de Maradona : "C'était plus qu'une rock-star" selon Michel Mézy (Montpellier)

-
Par , France Bleu Hérault

Ancien joueur et entraîneur de Montpellier, aujourd'hui conseiller du président Laurent Nicollin au MHSC, le grand Michel Mézy salue la mémoire de Diego Maradona, génie argentin du football, mort ce mercredi à 60 ans.

Michel Mézy a entraîné le MHSC, club dans lequel il a joué et auquel il a toujours été profondément lié
Michel Mézy a entraîné le MHSC, club dans lequel il a joué et auquel il a toujours été profondément lié © AFP - Dominique Faget

Au micro de France Bleu Gard Lozère, Michel Mézy a livré un très bel hommage à Diego Armando Maradona. La disparition du magicien, ce jeudi, a profondément ému la planète football et fait réagir partout dans le monde, en Argentine et à Naples, notamment. 

Ancien milieu de terrain international, entre 1965 et 1982, puis entraîneur et manager entre 1985 et 2002, Michel Mézy est aujourd'hui conseiller du président Nicollin à Montpellier. Une figure du football tricolore : "C'est la mort d'un dieu, un dieu du football. Pour moi, le meilleur joueur, c'est Pelé, mais derrière, il y a Maradona. C'est quelque chose d'incroyable, un garçon qui savait tout faire, qui avait un pied gauche magique. C'est une très grande perte pour le football, et ça va être quelque chose dramatique pour les argentins. Il leur a amené la Coupe du Monde, en battant l'Angleterre avec la main de Dieu (...) Si vous allez au fin fond de l'Afrique ou du Vietnam, il y aura toujours quelqu'un pour vous parler de Maradona. Il fait partie des gens élus. Le monde du football ne peut que pleurer des gens comme ça. Je l'ai approché une fois, mais il y avait tellement de monde, c'était très difficile. J'ai l'image d'un type qui voulait rester jeune, qui a toujours aimé les gens et le football par dessus tout. C'était un gamin en or, qui a fait toutes les bêtises possibles. C'était plus d'une rock-star, quelqu'un capable de soulever les foules. Il faut être conscient que cette personne a tout brûlé, mais il était extraordinaire (...) Je lui pardonne tout, parce que quand vous donnez du bonheur aux gens, il n'y a rien de tel. Sa mort assombrit un peu plus la période qu'on traverse. C'est un garçon qui a fait rêver, qui demeurera dans la mémoire, même de ceux qui n'aiment pas le football. Maradona, comme Pelé, il n'y en aura qu'un". 

Michel Mézy : "la mort d'un dieu du football"

Quant à la possibilité, en 2013, de faire signer Maradona comme entraîneur de Montpellier, Michel Mézy explique, en se marrant, que "c'était une galéjade, qu'il n'y avait rien de sérieux et qu'il n'en a pas vraiment été question". A l'époque, un représentant de la star en France était entré en contact avec Louis Nicollin, qui avait évoqué cette éventualité, avec ironie, avant de rapidement la balayer. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess