Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Droits TV de la L1 : quelles conséquences pour l'AS Saint-Etienne ?

mercredi 30 mai 2018 à 14:35 Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire

C'est un bigbang qui a été annoncé mardi après-midi par la Ligue de Football Professionnelle : les droits télévisuels de la Ligue 1 à partir de la saison 2020-21 ont été vendus aux opérateurs pour une somme de plus d'un milliard cent millions d'euros.

Roland Romeyer et Bernard Caiazzo, présidents de l'AS Saint-Etienne.
Roland Romeyer et Bernard Caiazzo, présidents de l'AS Saint-Etienne. © Maxppp - Philippe Vacher

Avec cette explosion des droits télévisuels, ce sont les clubs de Ligue 1 qui se frottent les mains. Leur manne financière va augmenter sensiblement dès la saison 2020-2021 car les droits TV représentent souvent la part majoritaire de leur budget. A Saint-Étienne, cela représentait la saison dernière 52% (37 millions d'euros de droits TV pour un budget d'environ 70 millions d'euros).

Théoriquement, en appliquant les chiffres actuels,  pour l'ASSE la rentrée d'argent passerait donc de 37 à 59 millions d'euros. Donc 22 millions d'euros supplémentaires.  Avec un budget tournant autour des 90 millions d'euros.  Des chiffres qui ne valent que sur la base d'un club tel qu'on le connait aujourd'hui, c'est à dire sans nouveaux investisseurs . Actuellement il y a 5 critères de répartition des droits télés : une part fixe et égale pour tous les clubs, la licence club, elle aussi fixe, le classement sportif sur la saison en cours, le classement sportif sur les cinq saisons révolues, et le classement de notoriété sur les 5 dernières saisons. Autant dire qu'avec de bons résultats sportifs, et surtout réguliers, il sera possible d'aller grappiller quelques millions d'euros supplémentaires. 

En Angleterre, dans la même situation il y a deux ans, beaucoup d'équipes avaient anticipé ces rentrées d'argent en s'endettant plutôt sereinement, pour être immédiatement plus compétitifs, en achetant des joueurs plus chers. Certains clubs français le feront peut être d'ici à 2020. Option risquée si dans ce laps de temps le club rencontre un problème sportif comme une relégation.