Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

EDITO - SM Caen : les raisons du renouveau

jeudi 12 février 2015 à 8:08 Par Jean-Pierre Blimo, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin

Le Stade Malherbe de Caen vient de vivre un redressement spectaculaire. Lanterne rouge de Ligue 1 avec quatre points de retard sur l’avant dernier au soir du 10 janvier, le club caennais vient d’aligner quatre succès consécutifs inespérés, qui le replacent plus que jamais dans la course au maintien. Les raisons, une remise en question générale, une nouvelle approche mentale, et la force d’y croire

foot caen patrice garande dans les tribuines
foot caen patrice garande dans les tribuines © Jean-Yves Desfoux MaxPPP

Un entraîneur droit dans ses bottes

« Il y a du mieux » . Au soir d’une triste défaite face à Lille, cette petite phrase de Patrice Garande résonnait bizarrement en salle de presse. Après trois jours de stage au Touquet, qui ont été « bénéfiques » selon plusieurs joueurs, Caen s’incline pourtant face à d’insipides lillois, et accuse quatre points de retard sur l’avant dernier. Le maintien est bien lointain. Pourtant, Patrice Garande tient bon et espère des jours meilleurs. Un conseiller en préparation mentale accompagne les joueurs. Plusieurs réunions se sont tenues précédemment. Certains ont déballé leur sac, leurs interrogations, une partie de leurs problèmes privés pour certains. La suite va donner raison au coach qui continue d’y croire. Du moins provisoirement.

Une série tant espérée

Quatre matches, quatre succès vont suivre cette période difficile. Reims et Rennes sont balayés, Saint-Etienne pourtant quatrième de ligue 1 tombe également à D’Ornano par un seul but d’écart, mais Caen livre certainement son match le plus solide de la saison à domicile. Il faut confirmer contre Toulouse, ce qui est fait malgré un terrain  exécrable (la pelouse avait été posée juste après les jeux équestres et sera changée à la fin de la saison). La série dont tout le monde parlait avant la trève est enfin arrivée et sort Caen de la zone rouge.

Quatre garçons dans le vent

Symbole de cette transfiguration caennaise, Julien Féret . Le milieu offensif en provenance de Rennes avait traîné ses guêtres et peut être un certain spleen depuis le début de la saison. Il a retrouvé la tête et les jambes. L’exemple est son match à Rennes, certainement le plus abouti, avec trois passes décisives et un but à la clé. Il ne se contente pas de cet exploit, mais confirme lors des autres matches. Il a d'ailleurs marqué contre les quatre derniers adversaires. Pourvu que cela dure.

Sloan Privat fait également partie des symboles de ce renouveau hivernal. Il marque enfin le championnat de son empreinte, avec des buts contre Reims, Rennes, et Toulouse. Il vient d’ailleurs justifier le choix du club qui n’a pas hésité à laisser partir Mathieu Duhamel ( 43 buts en deux saisons et demi à Caen). Arrivé de Belgique en juin, mais hors de forme, puis blessé, il a profité de cette fenêtre pour ajuster son tir et s’installer aux avants postes. Victime d’une élongation contre Toulouse, il va être remplacé deux à trois semaines, mais devrait revenir en force avant le printemps.    

Alaeddine Yahia , la tour de contrôle du RC Lens, transféré à l’automne est également l’un des artisans de la remontée fantastique des caennais. Aux côtés de Damien Da Silva, véritable révélation cette saison, le défenseur central en a fait même oublier l’absence du prometteur Musavu-King. Expérimenté, à la présence physique indéniable, il rend également hommage au travail de Nicolas Seube.

Nicolas Seube , « le grognard » du Stade Malherbe, a lui aussi retrouvé ses jambes de 20 ans. Placé en sentinelle devant la défense, il contribue à « sécuriser » le bloc défensif, comme le souligne justement Alaeddine Yahia. A 35 ans, en fin de contrat, il a indiqué à la surprise générale (lors de l’émission « allô malherbe » du lundi 02 février dernier) qu’il se verrait bien prolonger un peu sa carrière, mais seulement à Caen. « La balle est dans le camp des dirigeants » indiquait le milieu de terrain, arrivé au club en 2001, le plus ancien caennais en exercice, et recordman de longévité en ligue 1 et ligue 2 pour le Stade Malherbe.

Confirmation attendue

 Ces exemples du renouveau ne doivent pas occulter la performance de l’ensemble de l’effectif, qui a retrouvé le moral, il faut bien le dire au regard des résultats. Des victoires qui s’enchaînent sont la meilleure thérapie. Mais elles ne sont pas dues au hasard, et il va maintenant falloir les confirmer. Les échéances qui arrivent ne seront pas de tout repos, et le club est encore très loin d’être sorti d’affaire. Le PSG, puis Lens, mais aussi Marseille vont se présenter sur la route des caennais dans les prochaines semaines. Si le Stade Malherbe veut s’offrir un printemps plein de promesses, il va falloir ne pas laisser trop de plumes dans ces prochains matches, et prendre des points contre les Lensois, rival direct dans la course au maintien.

Jean-Pierre BLIMO  

Pratique  :

PSG – Caen , samedi 14 février à 16h00 au Parc des Princes

Caen – Lens , samedi 21 février à 20h00 au Stade D’Ornano

Marseille – Caen , vendredi 27 février à 20h30 au Stade Vélodrome

 Tous ces matches sont à vivre en intégralité sur France Bleu