Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Montpellier Hérault : le fabuleux destin d'Elye Wahi

-
Par , France Bleu Hérault

Arrivé très tôt à Caen en provenance de Suresnes, Elye Wahi (17 ans) a ensuite rebondi à Montpellier. Un club avec lequel il a grandi, mûri et retrouvé le droit chemin : celui qui le mène aujourd'hui vers la Ligue 1, division dans laquelle il vient de débuter et qu'il veut émerveiller.

Elye Wahi est considéré comme un attaquant très prometteur au MHSC
Elye Wahi est considéré comme un attaquant très prometteur au MHSC - MHSC Foot

Si Elye Wahi vient pour la première fois de fouler la pelouse de la Mosson, il le doit beaucoup à un homme : Francis De Taddeo. Alors directeur du centre de formation du SM Caen, c'est lui qui en 2014 accueille le jeune prodige et lui permet d'intégrer la structure, convaincu de son énorme potentiel. 

Âgé de treize ans, Elye Wahi quitte alors sa maman et sa petite sœur, sur les conseils d'un autre personnage important pour le natif de Courcouronnes, Pierre Ville, dirigeant de la JS Suresnes : "Quand il est arrivé chez nous, en U9, il était très précoce. D'un point de vue psychomotricité, d'un point de vue athlétique, et avec le ballon, c'était inné", se souvient celui qui a eu le bonheur de voir aussi grandir N'Golo Kanté. 

À Caen, le talent d'Elye Wahi ne met que peu de temps à sauter aux yeux de ceux qui l'encadrent ou l'observent : 89 buts avec les U15, du jamais vu ! Ses entraîneurs de l'époque, notamment Matthieu Ballon et Jean-François Perron, n'ont pas été autorisés par leur club à nous répondre au sujet de leurs ancien protégé, mais c'est bien sous les ordres de ces deux hommes que le véloce attaquant réalise ensuite ses premiers coups d'éclat, en U17, avec notamment une performance mémorable lors d'un match contre le PSG.

Une seconde chance

Seulement, moins de deux ans plus tard, Francis De Taddeo est contraint de le renvoyer, sur avis de la commission de discipline du SMC, pour une embrouille avec des collégiens de son établissement. Retour à la case départ pour Elye Wahi, alors approché par des individus qui voient en lui une source de revenus importants et qui ambitionnent de l'envoyer Outre-Manche. 

À cette époque, le club de Montfermeil met le grappin dessus et tente de lui faire signer une licence, dans l'optique de le céder ensuite à Southampton, contre plusieurs dizaines de milliers d'euros, avec dans la boucle Khiari Nouari, l'ex agent d'image de l'international tricolore N'Golo Kanté. En vain. Pourquoi ? Parce que l'adolescent est encore trop jeune pour quitter l'hexagone et doit évoluer encore une année en France avant un départ à l'étranger. 

Entre temps, devenu patron de la formation au MHSC, Francis De Taddeo a vent de ce qui se profile et convainc la famille Wahi de ne pas céder aux sirènes et de résister à l'île anglaise de la tentation. Malgré les convoitises parallèles de plusieurs grosses écuries (PSG, Dortmund), il propose au petit et à sa courageuse maman Olga, qui a perdu son mari quand Elye Wahi était tout jeune, de lui offrir une seconde chance, et engage un bras de fer avec le club de Seine-Saint-Denis. 

La bataille est finalement remportée devant la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel, qui comprend rapidement ce qui se trame et qui fait notamment valoir le fait qu'un club étranger ne peut pas dealer de pré-contrat pour un mineur de moins de 16 ans. Montfermeil affirme être de bonne foi et se dit lésé. 

Direction malgré tout la Paillade, donc, terre pour laquelle opte sa mère et son agent du moment, séduits par le projet d'un Francis De Taddeo devenu, au fil du temps, une sorte de mentor. 

Elye Wahi est lié au MHSC jusqu'en juin 2022
Elye Wahi est lié au MHSC jusqu'en juin 2022 - MHSC Foot

À Grammont, patience et performances 

À Montpellier, ses entraîneurs comme  Frederic Garny ou Romain Pitau, et ses dirigeants s'efforcent dès lors de tailler le diamant brut que constitue Elye Wahi. Un garçon "puissant, athlétique, rapide et doté d'une palette de dribbles que lui seul a dans la tête" explique Francis De Taddeo.

De nouveau surclassé dans toutes les catégories, Elye Wahi grandit loin des siens. Un exil bénéfique, qui lui permet de progresser mentalement et tactiquement, et d'acquérir une certaine maturité, aussi bien physique que technique. 

Aimé et respecté de ses partenaires, le jeune homme se distingue aussi sur le plan humain : il n'hésite pas, par exemple, à prendre sous son aile Béni Makouana, lorsqu'il arrive l'été dernier, alors même que le congolais se présente comme un éventuel concurrent sur le plan offensif.

Mais ceux qui connaissent le personnage savent qu'il est comme ça : à la fois fort et fragile, capable de petites sorties de route dans le passé, jamais bien méchantes, mais toujours très empathique et bienveillant. 

Du travail, du mérite, du courage

Aujourd'hui, loin de Paris, de son quartier et de l'opportunisme de ceux qui ont, à plusieurs reprises, tenté de l'enrôler ou de le manipuler, Elye Wahi touche à son but : "Il a échappé à un premier piège, puisqu'il a failli partir en Angleterre, il faut maintenant qu'il échappe aux suivants (...) il a besoin d'être accompagné, guidé", commente Pierre Ville. 

En avance sur son temps, celui que le MHSC a eu la bonne idée de verrouiller avec un contrat aspirant à 16 ans, puis un contrat pro l'année suivante, et enfin une prolongation l'été d'après, vient de goûter à ses premières minutes dans l'élite, face au Metz.

Lancé par Michel Der Zakarian, entraîneur exigeant mais qui a choisi de lui accorder sa confiance, convaincu de ses qualités, Elye Wahi a tout pour réussir. "Il a franchi les paliers, il a appris à souffrir. Maintenant, il sait qu'il faut qu'il travail, qu'il se taise, qu'il observe. Je lui ai dit, c'est lui qui a les cartes en main, et je crois en lui", réagit Pierre Ville.

Joue la comme Drogba

Au sein d'un club qui ne l'a jamais lâché et qui a accepté de planter cette petite graine dans le parc de Grammont, il y a quelques années, le garçon veut maintenant rendre ce qu'on lui a donné, conscient de la chance qui lui est offerte, plein de reconnaissance envers son coach, son staff et ses nouveaux partenaires, et déterminé à frapper fort et vite. 

Bien entouré, il sait qu'il peut continuer de s'appuyer sur les conseils de plusieurs figures saines : ses coachs, son conseiller, mais aussi Francis De Taddeo, presque devenu le papa qu'il n'a pas eu la chance d'avoir à ses côtés. 

De quoi rendre fière sa valeureuse maman, et lui permettre de suivre les pas de son idole, Didier Drogba, lui qui enfant répétait à Pierre Ville et à ses copains de Suresnes que sa famille était "issue du même village, en Côte d'Ivoire" que celle de l'ancien roi des éléphants de Chelsea. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess