Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Coupe de France de football

En images : le best-of de la finale inoubliable des Herbiers face au PSG

samedi 12 mai 2018 à 9:07 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan

Malgré la relégation en National 2, les supporters vendéens et les joueurs fêtent la formidable épopée de l'équipe des Herbiers ce samedi soir au stade Massabielle des Herbiers. France Bleu Loire Océan vous fait revivre les meilleurs moments de la finale de la Coupe de France contre le PSG.

Sébastien Flochon, capitaine des Herbiers, soulève la Coupe de France en même temps que les vainqueurs du PSG, le 8 mai 2018 au stade de France
Sébastien Flochon, capitaine des Herbiers, soulève la Coupe de France en même temps que les vainqueurs du PSG, le 8 mai 2018 au stade de France © Maxppp - Franck Dubray

Nantes, France

Les footballeurs des Herbiers sont relégués en National 2 la saison prochaine, après la dernière journée de championnat vendredi soir et leur défaite (4/1) à Béziers. Malgré tout, la fête prévue ce samedi soir au stade Massabielle, aux Herbiers, est maintenue. Les joueurs, le staff et les dirigeants du club vont être célébrés comme il se doit par le public vendéen : la soirée de fête commence à 20 heures et se terminera dans la nuit (arrivée des joueurs à 20h45). 

Rappelons que le 8 mai 2018 a constitué un jour historique pour le club de football des Herbiers, pour la commune et le département de la Vendée. Ce jour-là, jour de la finale de la Coupe de France, France Bleu Loire Océan s'est mobilisé, avec ses reporters et ses équipes, pour vous faire vivre, heure après heure, cet match inoubliable contre le PSG : devant 75.000 spectateurs, dont plus de 35.000 supporters vendéens, les joueurs des Herbiers  ont crânement défendu leurs chances, et ne se sont finalement inclinés "que" deux buts à zéro face à une équipe qui écrase tout cette saison en France. Revivez les meilleurs moments de l'émission spéciale de France Bleu Loire Océan, entre 19 heures et minuit.

Pendant une bonne partie de l'après-midi, les supporters des Herbiers ont assuré l'ambiance devant le stade de France, à Saint-Denis, avant l'ouverture des portes à 17 heures. Notre reporter Grégory Jullian a interrogé certains d'entre eux en direct sur France Bleu Loire Océan. L'ambiance est festive, joyeuse, et (un peu) arrosée de bière : normal, il fait très chaud !

Les abords du stade de France sont envahis progressivement par les couleurs de la Vendée (rouge et blanc) et du club des Herbiers (rouge et noir), les chants fusent, l'ambiance est bon enfant. Et les supporters du PSG sont clairement minoritaires. Antoine Denéchère en a trouvé un, quand même : il aurait préféré que Paris affronte une "grosse équipe".

Le stade de France se remplit progressivement entre 17 heures et 21 heures, heure du coup d'envoi de la finale (l'enceinte sera quasiment pleine, soit presque 75 000 spectateurs). 

A 400 kilomètres de là, au stade Massabielle aux Herbiers, un écran géant est installé pour permettre aux supporters restés en Vendée de vivre la finale en direct, et là aussi l'affluence est exceptionnelle. Sous l’œil d'Edouard Marguier, reporter à France Bleu Loire Océan.

Et comme au stade de France, l'ambiance est chaude !

Vers 19h30, les joueurs du VHF font leur entrée dans le stade, en survêtement. La finale de la Coupe Gambardella, en lever de rideau, vient de se terminer (victoire des jeunes footballeurs de Troyes 2/1 face à Tours).

Vers 20 heures, l'ex attaquant de l'OM et de l'équipe de France, Jean-Pierre Papin, est interrogé en direct sur France Bleu Loire Océan et évoque cette finale entre une équipe de National et la plus grosse cylindrée de la Ligue 1.

A 20 heures 30, les joueurs des Herbiers, en tenue, sont les premiers à fouler la pelouse du stade de France. Instantanément, ils vont saluer les supporters, dont la majorité sont installés dans la tribune Sud. 

Le coup d'envoi du match est prévu à 21h05. Mais le spectacle a déjà commencé sur la pelouse.

Le stade de France est rempli et quelques minutes avant le début de la rencontre, la Garde républicaine joue l'hymne national, comme le veut la tradition. Moment d'intense émotion pour les joueurs et le public.

Le président de la République vient saluer les joueurs sur la pelouse. "Salué" par une bronca venue d'une partie du stade, Emmanuel Macron est accompagné des présidents des deux clubs finalistes, Michel Landreau, le vendéen, et Nasser El-Khelaïfi, le qatari. Le chef de l'état salue les protagonistes de la finale un par un, et prend son temps, quitte à provoquer un léger retard, puisque la rencontre ne débutera que vers 21h12.

On apprendra, plus tard, grâce au micro de France 2 qui a capté ce moment, que l'entraîneur des Herbiers Stéphane Masala a adressé ces mots à Emmanuel Macron : "vous êtes une source d'inspiration pour moi". Après le protocole, place au football. La rencontre commence et dès le début, les joueurs herbretais sont concentrés, pas tétanisés par l'enjeu et l'ambiance. Certes, ils ont de la réussite, puisque les Parisiens touchent trois fois la barre du but gardé par un excellent Matthieu Pichot, qui sera l'un des héros de la finale, mais ils sont bien en place. Mais le PSG ouvre finalement le score en première mi-temps, par un but de l'argentin Lo Celso. "C'est logique" explique Grégory Jullian sur France Bleu Loire Océan, "mais on retiendra que dans cette finale de la Coupe de France totalement déséquilibrée entre un club de Ligue 1, l'un des meilleurs clubs d'Europe, et les Herbiers, un club de la troisième division nationale, il a fallu attendre 26 minutes pour que Paris marque".

Les Vendéens enchaînent les chants pour soutenir leur équipe. Et pendant tout le match l'ambiance sera exceptionnelle. Même chose au même moment au stade Massabielle, aux Herbiers.

En deuxième mi-temps, le PSG démarre fort, et le jeune Kylian Mbappé marque rapidement. Mais après avoir eu recours à l'assistance vidéo, l'arbitre M. Lesage décide de l'annuler, pour une main de Marquinhos dans la surface herbretaise.  Emmanuel Sérazin, reporter de France Bleu Loire Océan, est alors en tribune avec le kop vendéen.

Au quart d'heure de la fin du match, les Parisiens doublent logiquement la mise, par un but de l'inévitable Edison Cavani. L'Uruguayen, fauché irrégulièrement par le gardien vendéen dans la surface, obtient un pénalty logique qu'il transforme d'une frappe imparable, même si Matthieu Pichot est parti du bon côté.

A ce moment-là, les Herbiers, qui jusque-là n'avaient eu aucune véritable occasion, tentent de marquer un but (ce qui serait un exploit) et sont tout près d'y parvenir par Diaranké Fofana d'abord, puis Kévin Rocheteau, dont la tentative est arrêtée in extremis par Thiago Silva. Le PSG s'impose très logiquement (2/0) et remporte sa douzième Coupe de France, face à des Herbretais valeureux. A Saint-Denis comme aux Herbiers, la fête continue malgré tout, chez les supporters vendéens.

Juste après le coup de sifflet final, les footballeurs du VHF vont saluer leur public au stade de France. Leur chanson "oh que je t'aime, ville des Herbiers, tu es la fièrté de la Vendée" prend tout son sens, à cet instant.

La suite est connue, et les images ont circulé partout. Vous l'avez vécu en direct sur France Bleu Loire Océan : les joueurs des Herbiers montent les marches pour rejoindre les officiels en tribune présidentielle. Ils reçoivent chacun une médaille, et des félicitations du président de la République. A l'antenne, le latéral herbretais Romuald Marie expliquera, un peu plus tard : "il nous a dit qu'on avait fait un très beau match et qu'on pouvait être fiers". Ensuite, les Parisiens montent à leur tou. Et  surgit alors une autre image qui va faire date : le capitaine parisien Thiago Silva soulève la Coupe aux côtés de ses coéquipiers, mais partage ce moment avec Sébastien Flochon, son alter ego des Herbiers. Le brésilien imite en cela le geste du nantais Mickaël Landreau en 2000 avec le capitaine des amateurs de Calais. 

France Bleu Loire Océan est alors au plus près des joueurs des Herbiers et les fait réagir en direct. Le premier à s'exprimer au micro est l'entraîneur Stéphane Masala. Il se dit "fier (...) on n'a pas pris une valise". Et il ajoute, avec le sourire : "j'ai vraiment aimé ce match, mes joueurs qui se sont accrochés, le PSG qui a joué (...). Félicitations au PSG. Ils ont eu énormément d'occasions, mais c'est vrai qu'à un moment donné, j'avoue, sur un malentendu, on va peut-être égaliser. Mais ils étaient vraiment supérieurs." Ensuite, les réactions des joueurs vendéens s'enchaînent en direct (Bongongui, Gboho, Pichot...), tous disent leur fièreté, leur émotion.

Matthieu Pichot, juste après la finale - Radio France
Matthieu Pichot, juste après la finale © Radio France - Antoine Denéchère

Le président du club des Herbiers, Michel Landreau, est interrogé en direct sur France Bleu Loire Océan. Il se dit lui aussi "fier et heureux". Et salue la classe des Parisiens, "très sympas avec nous". Il se dit "ému" par un cadeau "incroyable" offert par le président du PSG (sans en dire plus sur ce cadeau), puis croise un certain Neymar. La star brésilienne, en convalescence après sa blessure à la cheville et son opération, est venu fêter la victoire et a même fini par endosser un maillot du PSG. Neymar pose alors avec le président Landreau, pour la postérité : rappelons que le salaire annuel du brésilien serait de plus de 37 millions d'euros, quand le budget du club vendéen est de 2 millions d'euros.

Le Parisien Adrien Rabiot, en zone mixte, explique pendant ce temps-là, au micro de Grégory Jullian, que les joueurs des Herbiers ont été "très vaillants. Je leur ai dit qu'il y avait même des équipes de Ligue 2 qui ne jouaient pas comme ça. Dès le début du match, on pensait qu'ils allaient balancer devant, mais ils ont joué au football, ils ont pris du plaisir." Mais la soirée n'est pas terminée : le stade de France est plongé dans le noir vers 23h30, pour un spectacle magnifique.

Les tribunes du stade de France se vident alors. Les supporters herbretais quittent Saint-Denis, beaucoup rentrent directement en car ou en voiture, direction la Vendée. Sur l'antenne de France Bleu Loire Océan, certains témoignent en direct et disent "bravo!" aux joueurs des Herbiers qui ont donné une bonne image de la Vendée et du club. Dans le stade, avant de regagner leur hôtel à proximité, Romuald Marie reste et profite de ces derniers instants.

Les joueurs des Herbiers ne feront pas la fête pour célébrer leur superbe épopée en Coupe de France, car ils sont déjà concentrés sur le match important de vendredi 11 mai, le dernier de la saison en National, à Béziers, pour assurer leur maintien. La fête aura lieu plus tard, samedi soir au stade Massabielle des Herbiers, elle s'annonce grandiose. Le club vendéen, en association avec le conseil départemental de Vendée et la ville des Herbiers, attend le public à partir de 20 heures pour dire un énorme "merci et bravo" à cette équipe de football qui a tant fait rêver. La soirée, durant laquelle les joueurs, le staff et les dirigeants du VHF seront présents évidemment, se clôturera par un feu d'artifice et la prestation d'un DJ : merci les Herbiers !