Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

ENTRETIEN - Stade Rennais. Adrien Hunou : "Le foot c'est bien, le partage humain c'est encore plus fort"

-
Par , France Bleu Armorique

Alors qu'il s'apprête à rejoindre les Etats-Unis et son nouveau club du Minnesota FC, l'ancien attaquant rennais Adrien Hunou donne de ses nouvelles et adresse un message d'au revoir aux supporters. Entretien.

Adrien Hunou célèbre son dernier but inscrit sous le maillot rennais face à Marseille le 16 décembre 2020
Adrien Hunou célèbre son dernier but inscrit sous le maillot rennais face à Marseille le 16 décembre 2020 © Maxppp - Philippe Renault/PHOTOPQR/OUESTFRANCE

Annoncé le 23 avril dernier, le transfert d'Adrien Hunou à Minnesota en MLS a provoqué de nombreux messages de la part des supporters rennais. En manque de temps de jeu à Rennes, Adrien Hunou a fait le choix de s'envoler pour les Etats-Unis, où il se rendra dans moins d'une semaine. Toujours à Rennes en attendant, il s'est exprimé sur son départ ce vendredi. Entretien.

Adrien, how are you ?

Adrien Hunou : Ca va, ça va, je vais commencer à apprendre l'anglais ! J'ai quelques bonnes bases mais hâte de pouvoir commencer ma nouvelle aventure ! 

Qu'est-ce que vous faîtes en attendant le grand départ ?

Adrien Hunou : Je continue à me préparer. Le coach Genesio m'a permis de continuer à travailler au sein du club. J'ai fait quelques séances, aussi pour pouvoir dire au revoir aux copains. J'en profite aussi pour voir ma famille et mes amis sur Rennes. Je bouge un peu, tout en restant focus sur mes objectifs qui vont arriver très rapidement.

Quand on a passé plus de dix ans à Rennes, il doit y en avoir du monde à saluer avant le départ !

Adrien Hunou : C'est sûr, en étant formé au club, ça fait de belles années, de belles rencontres, que ça soit au niveau du foot ou en dehors. J'essaie de voir tout le monde avant de partir, même si je reviendrai forcément c'est certain.

Vous avez déjà été à Minneapolis ?

Adrien Hunou : Non jamais, ça va être une découverte !

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

On a parlé de votre attrait pour la culture américaine, quel est-il ?

Adrien Hunou : Oui je confirme, ça a toujours été un souhait pour moi de vivre une telle expérience. J'ai aussi échangé avec Romain Alessandrini, j'étais allé le voir quand il jouait là-bas (au Los Angeles Galaxy de 2017 à 2019, NDLR) et ça m'a conforté dans mon idée de vivre une nouvelle expérience, de parler anglais, mais avant tout aussi pour le projet sportif excitant et un club récemment créé qui se développe.

Comment avez-vous vécu les nombreux messages de supporters au moment de votre départ ?

Adrien Hunou : J'ai été très touché, très ému même ! J'aurai aimé pouvoir leur dire au revoir au stade, malheureusement avec le covid ça n'a pas pu être le cas. J'en profite pour les remercier parce qu'ils ont sans cesse été derrière moi, que ce soit dans les bons comme les mauvais moments, ils ont réclamé ma prolongation l'année dernière. Ça, ça restera gravé dans mon cœur et je les remercie du plus profond de mon cœur parce que le football c'est bien, mais le partage humain c'est encore plus beau et plus fort.

Comment vous expliquez ce rapport aux supporters ?

Adrien Hunou : Ça s'est fait naturellement. Je suis formé au club, j'ai toujours essayé d'être le plus intègre possible, en partageant des valeurs communes avec le Stade Rennais et avec les supporters. Ça a "matché" direct. Je crois que les gens ressentent que j'ai toujours tout donné de la première à la dernière seconde. Certes il y a eu des bonnes prestations et d'autres plus compliquées qui font partie d'une carrière, mais on a passé de merveilleux moments sur les trois dernières saisons. Ça restera gravé pour eux comme pour moi.  

Est-ce que vous avez l'impression d'avoir une place un peu à part dans l'esprit des supporters ?

Adrien Hunou : Peut-être, en tout cas j'ai essayé de marquer le Stade Rennais de mon empreinte, que ce soit sur le terrain mais aussi en dehors. Il y a eu cette épopée européenne, j'ai été partie prenante de cette réussite avec mes coéquipiers. Il y a aussi le staff, l'ensemble du club sans qui rien ne se serait passé. Les résultats sportifs ont aussi amené à tout ça.

On a beaucoup parlé de votre but à Paris en 2018 qui qualifie le club pour l'Europe, de ceux contre le Betis en Europa League, lequel vous a le plus marqué personnellement ?

Adrien Hunou : Pour moi le plus marquant, c'est celui au Parc des Princes, avec le coach Lamouchi. C'est le début d'une "nouvelle ère" et derrière on sait ce qu'il s'est passé : la belle épopée européenne, la coupe de France... C'était le début d'une aventure et pour moi ça reste inoubliable.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Il y a une vraie fierté d'avoir été au déclenchement de ces belles choses que vous venez d'évoquer grâce à ce but ?

Adrien Hunou : Après l'Europa League ne se joue pas que sur ce match, c'était le résultat de tout un groupe, de tout le travail du staff et du club ! Ce but nous permet cette qualification au moment M, mais le plus important c'est de souligner à chaque fois l'état d'esprit des groupes que j'ai pu côtoyer ces dernières saisons, et il y a eu de belles bandes de copains ces dernières années et je les remercie tous.

Et votre plus beau souvenir au club ?

Adrien Hunou : Forcément la Coupe de France. C'était tant attendu par tout le monde ! Moi qui suis arrivé tout jeune, je sais qu'il y a eu pas mal de déceptions par rapport à ça. Cette communion avec les supporters dans le centre-ville c'est tout simplement inoubliable et magnifique. On sera toujours marqués par cette belle aventure.

Cette victoire, dans l'optique d'un départ, est-ce qu'elle vous a permis de vous dire que vous aviez accompli quelque chose au club et que ce serait donc plus "facile" de s'en aller ? 

Adrien Hunou : Non, pas forcément parce que je ne me fixais pas d'objectifs de ce type par rapport au Stade Rennais. C'est mon club de cœur et ça le restera toujours, je ne voulais me fixer aucune limite, apporter tout ce que je pouvais apporter au club. C'est pour ça que j'avais prolongé, même après la Coupe de France, parce que je prenais du plaisir, je jouais, j'enchaînais, le club se développait donc c'était très bien ! On croit parfois que l'herbe est plus verte ailleurs mais c'est pas forcément le cas. Les raisons de mon départ sont liées à mon temps de jeu : j'ai 27 ans, je me sens encore mieux que les saisons précédentes et ne pas pouvoir ne serait-ce qu'enchaîner c'est sûr que c'est dommage. Mais ce sont les aléas d'une carrière.

C'est le regret qui restera, de ne jamais avoir obtenu cette place d'avant-centre numéro 1 que vous aviez déclaré viser à plusieurs reprises ?

Adrien Hunou : Oui, forcément. Après, ce sont des choix qu'il ne faut pas forcément juger mais moi j'ai toujours tout donné. Mais à un moment donné, le Stade Rennais a compris que moi aussi j'avais besoin d'enchaîner, de prendre du plaisir, et c'était le bon moment pour voir autre chose. 

Jouer dans un autre club de Ligue 1, ça n'était pas envisageable pour vous ?

Adrien Hunou : Si, pourquoi pas ? Après je n'ai pas eu de projet qui me convenait. L'étranger m'a toujours tenté, et j'ai aussi senti un réel intérêt de Minnesota. 

Quand est-ce que vous avez commencé à mûrir ce choix de quitter Rennes ?

Adrien Hunou : Ça faisait plusieurs semaines que je voulais partir parce que rester sur le banc, ne pas pouvoir contribuer, ni aider les partenaires, ça a été frustrant pour moi. Ça fait quelques semaines que j'y pensais. 

"Quelques semaines", ça veut dire que c'est allé assez vite : est-ce que tout s'est bien passé entre le club et vous pour faciliter ce départ ?

Adrien Hunou : Oui, après il y a quand même eu des échanges, des négociations, un intérêt pour le Stade et un intérêt pour moi. Ils ne m'ont pas lâché du jour au lendemain, on a eu pas mal d'échanges pendant pas mal de semaines. On a trouvé un terrain d'entente, c'est le principal.

Vous évoquiez plus tôt votre intérêt pour l'étranger, est-ce que c'était surtout la MLS ou un autre championnat aurait aussi pu vous tenter ?

Adrien Hunou : Non, ça aurait pu être un autre championnat, j'ai toujours voulu vivre l'expérience d'un autre football à fond, tout en ayant une vie à côté et en apprenant une nouvelle langue. Mais le plus important c'est l'objectif foot, et dans ce cas le projet était très intéressant, même si l'étranger ça aurait aussi pu être l'Espagne ou l'Angleterre selon l'intérêt du projet.

La MLS à 27 ans, c'est un vrai projet sportif ?

Adrien Hunou : Les gens disent que c'est moins compétitif qu'en Europe, mais c'est un championnat qui se développe. Les gens ne savent pas vraiment comment ça se passe. Ca va être une belle découverte, un bon championnat, un bon nouveau club. J'en suis très content et il faut aussi que les gens comprennent que c'est un choix personnel qui me regarde.

Vous vous préparez aux très longs voyages qu'impose le fait de jouer dans le championnat américain ?

Adrien Hunou : Oui bien sûr, c'est ce que m'avait dit Romain Alessandrini, c'est le côté un peu compliqué. Il y a de très longs voyages, surtout que nous on est conférence ouest donc on va jusqu'à Los Angeles (2448 kilomètres à vol d'oiseau entre Minneapolis et Los Angeles) par exemple ! Mais ça fait partie de l'aventure : découvrir des stades, des clubs, des villes... C'est intéressant et je pense que pour grandir en tant qu'homme en dehors du foot ça ne peut être qu'intéressant. 

Est-ce que votre statut de joueur européen va changer quelque chose là-bas ?

Adrien Hunou : On verra, mais on apporte en effet cette petite touche européenne, donc on est forcément attendus là-bas puisque les championnats européens sont les plus attractifs. Mais je vais mettre les bouchées double pour arriver à mes fins.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Quand votre départ a été annoncé, votre pote Benjamin Bourigeaud a semblé très ému. Il a "chialé" alors ?

Adrien Hunou : (sourires) Pas encore, pas encore ! En plus j'étais chez lui, il m'héberge, on continue à se voir et à profiter des derniers moments ensemble. On en rencontre des personnes dans le football, mais des personnes qui restent ça c'est rare et je sais qu'il en fera partie même à distance. C'est vrai qu'il m'a beaucoup apporté, on se connaît depuis l'équipe de France U20, on a vécu de merveilleux moments ensemble dans le foot et en dehors, et je veux le remercier du plus profond de mon cœur. C'est quelqu'un qui restera c'est sûr.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess