Société

Étretat : bientôt des amendes contre les touristes imprudents

Par Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu mercredi 9 août 2017 à 13:56 Mis à jour le mercredi 9 août 2017 à 16:48

Les secours assurent en permanence la surveillance de la plage d'Etretat et du "trou à l'homme"
Les secours assurent en permanence la surveillance de la plage d'Etretat et du "trou à l'homme" © Radio France - Bertrand Queneutte

Face à l'explosion du nombre d'interventions pour secourir des touristes imprudents piégés dans le "trou à l'homme" d'Etretat, la mairie envisage de publier un arrêté avec des amendes à la clef.

Depuis le début de l'année 2017, il y a eu quinze interventions des sapeurs pompiers et 85 individus secourus dans le "trou à l'homme", que ce soit avec le zodiac ou l'hélicoptère. Un record qui exaspère le maire d'Étretat, Catherine Millet, notamment en raison du coût non négligeable de ces interventions. Ainsi, face à cette recrudescence du nombre de touristes piégés par la marée dans ce site touristique, et alors que toute la communication à base de sensibilisation mise en place ne semble pas suffire, les pouvoirs publics ont décidé de sévir. Bientôt, un arrêté municipal devrait être mis en place avec à la clef une amende de 90 euros pour les imprudents.

85 personnes secourues depuis le début de l'année

En effet, impossible d'interdire l'accès à ce tunnel en forme de grotte qui relie les plages d'Etretat et de Jambourg. Impossible aussi de faire payer aux personnes secourus le coût de l'intervention des pompiers, une mesure pourtant réclamée par de nombreux Étretatais, selon Catherine Millet. Seulement, plus question non plus de laisser des touristes imprudents s'y aventurer en toute impunité, à des horaires pourtant déconseillés. En effet, nombreux sont les promeneurs et badauds à se laisser attirer par la beauté du site, sans pour autant se soucier des horaires de marée. La mairie a d'ailleurs mis en place une brigade spéciale chargée de les alerter avant la montée de la mer. Quelques 350 personnes sont ainsi directement mises en garde quotidiennement, ce qui visiblement n'empêchent pas certains de passer entre les gouttes. Ces derniers sont désormais dans le collimateur des autorités.