Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Euro de football

Euro de football : la liste des onze villes qui accueilleront la compétition

-
Par , France Bleu

A moins de deux mois de l'Euro de football, l'UEFA a communiqué ce vendredi la liste de ses onze villes hôtes. Bilbao et Dublin ont été écartées au profit de Séville. Saint-Pétersbourg et Londres récupèrent également des matchs.

L'Allianz Arena de Munich doit accueillir plusieurs matchs de l'Euro
L'Allianz Arena de Munich doit accueillir plusieurs matchs de l'Euro © AFP - Lukas BARTH

A moins de deux mois du début de l'Euro, l'UEFA a enfin bouclé ce vendredi la liste des villes-hôtes pour la compétition. Bilbao et Dublin ont été écartées au profit de Séville. L'instance européenne, récemment secouée par la tentative de pustch de la Super Ligue, a promis un tournoi "sûr et festif", avec des spectateurs accueillis par chacun des onze pays concernés. 

Munich, qui était aussi sur la sellette, conserve finalement les quatre rencontres prévues en Bavière, dont le choc Allemagne-France attendu le 15 juin, même si les autorités munichoises assurent ne pas avoir garanti la présence de spectateurs dans les gradins, prérequis pourtant posé par l'UEFA. 

Imaginé par l'ancien président de l'instance du football européen Michel Platini, ce format inédit de l'Euro devait initialement se tenir dans treize villes de treize pays, puis douze après l'éviction de Bruxelles fin 2017 face aux obstacles à la construction de son grand stade. Repoussé d'un an en raison de la crise sanitaire, et prévu désormais du 11 juin au 11 juillet, l'Euro restait entouré d'un flou inédit : en exigeant mi-mars que chaque rencontre se tienne en public, l'UEFA a encore compliqué son organisation. 

Et après avoir accordé plusieurs sursis, le comité exécutif de l'instance a finalement écarté Bilbao et Dublin de la liste des villes-hôtes, faute de garanties sur l'accueil de spectateurs, réattribuant à Séville les matchs prévus au Pays basque et partageant ceux de Dublin entre Saint-Pétersbourg et Londres. 

La liste des onze villes retenues pour l'Euro : 

- Amsterdam (Pays-Bas), Johan-Cruyff Arena (54.000 places) 
- Bakou (Azerbaïdjan), stade olympique (69.000 places)
- Bucarest (Roumanie), National Arena (54.000 places)
- Budapest (Hongrie), stade Ferenc-Puskas (68.000 places)
- Copenhague (Danemark), stade Parken (38.000 places)
- Glasgow (Ecosse), Hampden Park (51.000 places)
- Londres (Angleterre), stade de Wembley (90.000 places)
- Munich (Allemagne), Allianz Arena (70.000 places)
- Rome (Italie), stade olympique (68.000 places)
- Saint-Pétersbourg (Russie), stade de Saint-Pétersbourg (61.000 places)
- Séville (Espagne), stade olympique (57.000 places)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess