Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Euro : Le Boulevard de Clichy devenu le QG des fans irlandais

-
Par , France Bleu Paris

Le boulevard de Clichy, à Paris, vit au rythme de la "Green Army", le nom que l'on donne aux supporters irlandais et nord-irlandais. Le quartier est devenu, depuis le début de l'Euro, le QG de leurs fans respectifs. Une aubaine pour les commerçants, un peu moins pour les riverains.

Thomas, supporter nord-irlandais, entouré de ses deux acolytes.
Thomas, supporter nord-irlandais, entouré de ses deux acolytes. © Radio France - Adrien Bossard

Paris 18, Paris, France

C'est un petit coin de Dublin et de Belfast en même temps. Les drapeaux des deux pays ornent même les lampadaires, sur le place Blanche. Pas de doute, Irlandais et Nord-Irlandais, sont ici chez eux, dans le 18 arrondissement de Paris. Le boulevard de Clichy, Thomas, l'investit depuis le début de l'Euro. "J'ai tout de suite aimé l'atmosphère, il y a une bonne ambiance, tout le monde est détendu, s'amuse, c'est un endroit super."

"Ils sont une bouffée d'oxygène", Jeannine, gérante d'un bar

Les drapeaux irlandais sont nombreux, place Blanche. - Radio France
Les drapeaux irlandais sont nombreux, place Blanche. © Radio France - Adrien Bossard

Avec ses deux acolytes, Michael et Brish, le quinquagénaire suit tous les matchs de son équipe dans les bars alentours. L'alcool y coule à flot, du pain béni pour les gérants. "Ils sont formidables, gentils, consomment, s'amusent et franchement ça fait du bien, raconte Jeannine, patronne du pub "La station". Après les attentats de novembre, les Français étaient tous tristes, on avait moins de monde et là... quelle bouffée d'oxygène".

Consommation en hausse

Jeannine se prend au jeu. La commerçante a désormais un penchant pour l'Irlande ou l'Irlande du Nord dans cet Euro. "Il y a une ambiance de folie. Quand ils jouent, je fais venir un orchestre, car eux, ce sont des chanteurs, je peux vous le dire. Et des fois, je me dis qu'il faudrait que je prenne un extra, tellement il y a de monde." Jeannine se dit même qu'elle irait bien en voyage là-bas. "L'Irlande, je ne connais pas, mais les Irlandais me donnent envie d'y aller."

"Des odeurs d'urine, des bouteilles partout, c'est un désastre", Sophia, une riveraine

Le boulevard de Clichy, un lendemain de match. - Maxppp
Le boulevard de Clichy, un lendemain de match. © Maxppp - Matthieu de Martignac

Les commerçants y trouvent leur compte, les riverains un peu moins. "On vit des jours de folie !", soupire Nicole. Les nuisances sonores et olfactives, elle commence à en avoir marre. "Ils ne sont pas méchants mais alors quel boucan !".

A côté d'elle, Sophia acquiesce. "Le matin quand je vais prendre le métro, c'est sale ! Il y a des bouteilles de verre partout. Et puis l'odeur d'urine dés le réveil, c'est infecte." Sophia n'espère qu'une chose : "Que les deux équipes soient vite éliminées".

Le reportage d'Adrien Bossard.