Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Exclu France Bleu - Le Stade Montois football envisage de devenir un club filiale de la Real Sociedad (Liga)

dimanche 10 février 2019 à 19:00 Par François-Pierre Noël, France Bleu Gascogne, France Bleu et France Bleu Pays Basque

C'est la crise sportive au Stade Montois Football. Ils sont derniers de Nationale 2 dans le groupe B au bout de 17 journées. Pour enrayer les problèmes sportifs, le président du club Philippe Oyhamberry tente des choses. Il souhaite devenir un club filiale de la Real Sociedad, club de Liga espagnol.

Le Stade Montois football veut devenir le club filiale de la Real Sociedad
Le Stade Montois football veut devenir le club filiale de la Real Sociedad © Maxppp - Juan Herrero

Mont-de-Marsan, France

Dans une situation délicate sportivement, le Stade Montois Football, dernier du groupe B en Nationale 2, va peut-être devenir un club satellite de la Real Sociedad, qui évolue en première division espagnole. Un club filiale, c'est aussi appelé un club satellite, c'est à dire qu'il est aidé soit financièrement soit avec la venue de techniciens formateurs. C'est le cas par exemple de l'AS Monaco qui a racheté, en 2017, le Cercle de Bruges en Belgique. 

Le Stade Montois Football veut être aidé au niveau de la formation des jeunes

Pour le moment, les négociations sont toujours en cours entre les deux clubs. Le président du Stade Montois football, Philippe Oyhamberry, doit rencontrer son homologue de la Real Sociedad dans les prochaines semaines. Il souhaite demander au club basque des conseils sur la formation des jeunes footballeurs avec par exemple l'envoi de techniciens basques au stade de l'Argenté : "J'ai besoin d'une aide technique, d'une présence régulière de leurs techniciens sur nos terrains, ça je sais qu'ils peuvent le faire. Grâce à eux, on peut avoir une approche plus professionnelle". Les Basques savent former de jeunes talents, ils ont formé Antoine Griezmann, l'attaquant de l'équipe de France et joueur indispensable de l'Atletico Madrid. 

Souvent, le club filiale peut recevoir des jeunes joueurs en prêt, mais pour le président montois, on n'est pas près de voir des jeunes du centre de formation de San Sébastien sur la pelouse de l'Argenté : "Par expérience de ce que j'ai connu à Bayonne, ça semble très difficile. Voir un joueur espagnol jouer dans le championnat français, ça risque d'être compliqué". D'autant plus que le club montois risque de descendre en Nationale 3 à la fin de la saison. 

Une entrée financière de la Real Sociedad dans le club montois ? 

Dans le football, quand un club devient affilié à une institution comme la Real Sociedad, on parle forcément d'argent et lorsqu'on évoque le sujet avec Philippe Oyhamberry, il botte en touche. "Joker" dit-il en souriant. Le club basque, dans cet accord, risque de demander d'avoir la main sur les futurs pépites du football montois : "C'est forcé, mais il ne faut pas en avoir peur. Ces clubs là, ils vous prennent LE joueur que vous avez et c'est une fois tous les 10 ans." 

Il reste un problème : le club est partenaire des Girondins de Bordeaux (Ligue 1) et apprendre que le Stade Montois envisage de devenir un club filiale de la Real Sociedad, ça ne va pas leur plaire. Philippe Oyhamberry, lui, souligne le "manque d'implication" des dirigeants girondins : "Ils ne s'intéressent pas à nous. J'ai eu un contact avec Patrick Battiston (directeur de la formation bordelaise) et Yannick Stopyra (responsable du recrutement pour le centre de formation), j'ai rendez vous au Haillan, le centre d'entraînement des Bordelais, _mais je n'ai pas besoin de deux stylos et d'un t-shirt usagé mais j'ai besoin de joueurs_, pourquoi pas les mettre en "couveuse" chez nous. Dire qu'on est club affilié c'est bien, mais il faut des actes". Le message ne peut pas être plus clair.