Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Fair-play financier : "La nature des recettes du PSG est remise en question" (Me Thierry Granturco, avocat)

vendredi 20 avril 2018 à 11:53 Par Pierre Coquelin, France Bleu Paris et France Bleu

Ce vendredi, les dirigeants du Paris-Saint-Germain ont rendez-vous au siège de l'UEFA, en Suisse. Ils doivent rencontrer les responsables de l'enquête sur le possible non-respect des règles du fair-play financier par le club parisien.

Les dirigeants du PSG ont rendez-vous ce vendredi au siège de l'UEFA à Nyon, en Suisse.
Les dirigeants du PSG ont rendez-vous ce vendredi au siège de l'UEFA à Nyon, en Suisse. © Maxppp - Norbert Falco

Paris, France

Grand oral pour le PSG ce vendredi à Nyon, en Suisse, au siège de l'UEFA. Un rendez-vous dans le cadre d'une enquête formelle, lancée en septembre par l'instance européenne, au lendemain des recrutements pharaoniques du brésilien Neymar et de Kylian Mbappé, pour un total d'un peu plus de 400 millions d'euros.  Cette enquête doit déterminer si le club de la capitale a respecté les règles du fair-play financier. Un dispositif mis en place en 2011. Me Thierry Granturco, avocat avocat spécialiste du droit du sport, était invité de France Bleu Paris ce vendredi. 

Ce vendredi, le PSG présente ses comptes devant l'UEFA. L'instance européenne avait lancé une enquête en septembre dernier, après les arrivées de Neymar et Mbappé au PSG. Il est question de fair-play financier. C'est quoi ? 

Ce sont des règles créées en 2011 par l'UEFA. Hasard ou pas, c'est à ce moment là que le PSG passe sous pavillon qatari. Pour faire simple, le fair-play financier vise à ce que les clubs ne dépensent pas plus qu'ils ne gagnent. 

Recettes artificiellement gonflées ?

Que sait-on de la situation financière du PSG en cette fin de de saison ?

Vu les sommes dépensées l'été dernier (plus de 400 millions d'euros sur deux transferts notamment), il était normal que l'UEFA se pose des questions et pour se faire, elle a une instance, l'ICFC (instance de contrôle financier des clubs). Elle s'assure d'une part, de la véracité des déclarations des clubs, et d'autre part, de la nature des dépenses et des recettes. Et c'est sur ce point que le PSG est titillé, puisque la nature de ses recettes est remise en question. 

Selon toute vraisemblance, dans le cas où le PSG n'arriverait pas à convaincre l'UEFA, on devrait aboutir à une amende financière et/ou un nombre limité de joueurs engagés dans des compétitions européennes l'année prochaine.

Il s'agit des contrats de sponsoring ? 

Oui. Selon l'ICFC, un certain nombre de ces contrats auraient été surcotés. Ce qui permettrait au PSG de gonfler artificiellement ses recettes pour faire face à ses dépenses astronomiques. Aujourd'hui, le vrai souci de l'UEFA, c'est de savoir si les sponsors détenus directement ou indirectement par le Qatar, quand ils interviennent auprès du PSG, le font dans des limites raisonnables ou de manière artificiellement gonflée, pour aider le PSG à équilibrer ses comptes au regard du fair-play financier. 

Une dizaine de sanctions possibles

Le PSG a de l'argent et n'aurait donc pas le droit de recruter comme il l'entend ? 

Oui, et c'est tout le problème de ces règles. Le fair-play financier avait deux objectifs : d'abord, limiter l'endettement endémique des clubs, et aussi de s'assurer que les clubs qui s'engagent dans des compétitions européennes ne dépensent pas de manière astronomique. Là, on pense tout de suite au PSG, soutenu par le Qatar, et à Manchester City, par Abou Dabi. 

Que risque le club ? 

Il y a une dizaine de sanctions de prévues dans les règles de l'UEFA, allant du simple blâme jusqu'à la suspension de toute compétition européenne. Selon toute vraisemblance, dans le cas où le PSG n'arriverait pas à convaincre l'UEFA, on devrait aboutir à une amende financière et/ou un nombre limité de joueurs engagés dans des compétitions européennes l'année prochaine. Par exemple, on pourrait demander au PSG de ne pas engager plus de 18 joueurs en Ligue des Champions. Quand on voit l'effectif qu'ils ont, ce serait un vrai casse-tête, également pour recruter.