Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

FC Metz : les banderoles anti-beIN bientôt interdites à Saint-Symphorien

mardi 27 août 2013 à 11:00 Par , France Bleu Lorraine Nord

Le torchon brûle entre Frédéric Thiriez et les supporters de Ligue 2. Dans un courrier, le président de la Ligue de football professionnel, demande aux clubs d'interdire les banderoles hostiles à beIN Sport sous peine de sanction. Les dirigeants du FC Metz s'engagent à appliquer cette interdiction.

Supporters du FC Metz
Supporters du FC Metz © Radio France

"La Ligue 2, c'est le samedi" ou encore "La moustache, c'est comme beIN, ça fait tache". Ces banderoles déployées par le groupe de supporters Gruppa Metz   étaient visibles pas plus tard que vendredi dernier à Saint-Symphorien. Voilà exactement le type de messages que Frédéric Thiriez, le président de la LFP, veut interdire. Dans un courrier envoyé aux clubs en fin de semaine dernière, il leur demande "la plus grande fermeté afin que ces banderoles ne soient plus exposées dans les stades [...] Faute de quoi la Commission de discipline appréciera les suites qu'il conviendra de donner aux infractions constatées." La menace a le mérite d'être claire.

Le FC Metz se plie à le décision de la LFP

Elle a été entendue par les dirigeants du FC Metz. Les banderoles hostiles à beIN Sport devraient être interdites dès le prochain match à domicile des Grenats contre Nîmes, le 13 septembre : "On se range derrière la décision de la Ligue. Il est sain qu'il y ait un débat mais il devra avoir lieu en dehors du stade. Une réunion sera bientôt organisée avec les groupes de supporters concernés", annonce Jean-François Girard, le directeur de la sécurité du stade Saint-Symphorien. Il était l'invité de France Bleu Lorraine mardi matin.

12h invité foot ligue 2 samedi - L'invité de France Bleu Lorraine Nord

Parmi les groupes de supporters messins qui soutiennent le mouvement, il est difficile de comprendre cette intediction : "Nos banderoles n'ont rien de violent ni d'injurieux. Frédéric Thiriez s'en prend à la liberté d'expression. Il ferait mieux de s'occuper de l'arbitrage du foot français plutôt que de s'en prendre aux supporters" , ironise Xavier Schmitt, le porte-parole de Génération Grenat.

Le conflit entre la Ligue et le collectif SOS Ligue 2 n'est pas nouveau. Il remonte à 2004. L'année où les journées de Ligue 2 ont été décalées au vendredi soir mais la grogne a vraiment pris de l'ampleur en 2012 avec l'arrivée de beIN Sport sur le marché des diffuseurs. La chaîne financée par le Qatar avait imposé des matchs de Ligue 2 à 18h45 le vendredi. Après 6 mois de négociation, le collectif SOS Ligue 2 avait obtenu des coups d'envoi repoussés à 20h.

"Le vendredi, les stades sont morts"

Le collectif en veut plus et réclame des matchs le samedi et rien d'autre : "On soutient notre club et on aimerait pouvoir le faire aussi en déplacement. Le vendredi soir, c'est impossible ou alors en petits groupes. On travaille tous et on est obligé de prendre des jours de congés pour pouvoir le faire. On veut un foot populaire avec des stades remplis et ce serait plus facile le samedi. Le vendredi, c'est mort" , déplore Maxime Mager de la Horda Frénétik, autre groupe messin proche du collectif SOS Ligue 2.

Pour les clubs de Ligue 2, la situation est complexe. Ils se retrouvent coincés entre l'enclume et le marteau. D'un côté des supporters indispensables pour animer les tribunes. De l'autre, la Ligue et beIN Sport. Un diffuseur qui paie des droits télé reversés au club. Ces droits télé représente environ un tiers du budget du FC Metz.