Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : FC Metz : toute la saison 2017-2018

FC Metz : les raisons d’une relégation

dimanche 6 mai 2018 à 20:28 Par Thomas Jeangeorge, France Bleu Lorraine Nord

C’est officiel : le club à la Croix de Lorraine évoluera la saison prochaine en Ligue 2. Une entame de championnat totalement ratée, un mercato pénalisant, et une équipe incapable de faire face lors des grands rendez-vous, expliquent en grande partie cette descente.

 Peu avant le coup de sifflet final, les supporters du FC Metz ont déployé cette banderole en tribune ouest
Peu avant le coup de sifflet final, les supporters du FC Metz ont déployé cette banderole en tribune ouest © Radio France - Antoine Barège

Metz, France

Le FC Metz va donc passer en mode « pizza ». Pour la 18ème fois de son histoire, le club à la Croix de Lorraine jouera, à partir de juillet prochain, en « Domino’s Ligue 2 », après sa défaite face à Angers dimanche soir. Comment expliquer cette relégation et cette saison galère ? France Bleu Lorraine vous livre son analyse.

Un mercato pénalisant

L’été dernier, lors du traditionnel marché des transferts,  le FC Metz a perdu la quasi-totalité de ses meilleurs éléments (Doukouré, Diabaté, Erding, Falette, Mandjeck, Sarr). Or ces départs n’ont pas été tous compensés : si Nolan Roux (15 buts), Mathieu Dossevi (11 passes décisives) et Moussa Niakhaté (révélation défensive) ont réalisé une très bonne saison, les autres recrues ont fait pschitt. Wollscheid, Cafu et Fernandez ne sont d’ailleurs pas restés longtemps sur les bords de la Moselle. Quant aux renforts hivernaux (Milicevic, Boulaya et Mandjeck), ils n’ont guère pesé.

Un faux-départ catastrophique

Alors certes, le calendrier estival des grenats n’était pas aisé (Bordeaux, Monaco, PSG en août), mais les grenats sont passés totalement à côté de leur entame de championnat. Après 9 défaites en 10 matchs, coach Hinschberger et son adjoint sont remerciés le 22 octobre 2017. Durant cette première partie de la saison, certains cadres de l’équipe sont notamment dépassés : Bisevac, Nguette et Assou-Ekoto sont très décevants et Jouffre rejoindra très rapidement l’infirmerie messine. 

Une équipe défaillante lors des grands rendez-vous

L’entraîneur Frédéric Hantz reprend le FC Metz le 28 octobre 2017. Le choc psychologique, espéré, n’aura pas lieu. Le nouveau coach des Grenats obtient sa première victoire en championnat, à Montpellier, le 16 décembre dernier. Le début d’une bonne période messine qui laisse espérer un maintien miraculeux. Mais le club à la Croix de Lorraine sera incapable de faire face lors des tournants de la saison, comme ce match perdu à Troyes en février dernier, ou celui à Lille en avril

Une logique relégation

A l’heure du bilan, la descente du FC Metz en Ligue 2, est tout, sauf une surprise : Avec seulement 6 succès en championnat, l’avant-dernière défense de Ligue 1, et un bilan catastrophique à la maison (11 défaites à St Symphorien), le club à la Croix de Lorraine ne pouvait pas prétendre au maintien. 

Le capitaine  Renaud Cohade (ici contre Lille) l'une des satisfactions de la saison messine - Maxppp
Le capitaine Renaud Cohade (ici contre Lille) l'une des satisfactions de la saison messine © Maxppp - maxppp

Metz-Angers, le match symbole d'une saison

Nous le savions avant le début de ce match dimanche soir au stade Saint-Symphorien, le FC Metz avait un bon pied en ligue 2. Seul un miracle, ou plutôt des miracles auraient pu sauver les Grenats. Et les planètes étaient mal alignées, puisque Lille s'est imposé sur la pelouse de Toulouse 3 buts à 2. Menés au score, les nordistes sont parvenus à inverser la tendance en toute fin de match.

Dans ce cas de figure, la victoire était impérative pour les Grenats face à Angers, envieux de ménager le suspense jusqu'au bout dans ce championnat. Le but de Florent Mollet sur une passe d'Emmanuel Rivière (20') a rapidement mis les Messins en bonne position dans cette rencontre. Mais, comme d'habitude, les Hommes de Frédéric Hantz ne tiennent pas et se font rejoindre au score sur un coup du sort. Un ballon qui heurte la balle transversale d'Eiji Kawashima et qui retombe dans les pieds de Mateo Pavlovic (90'+3). 

Quelques minutes plus tard, effondrés, les Grenats craquent à nouveau sur une frappe de Flavien Tait qui condamne définitivement l'avenir messin dans l'élite (90'+4).

L'entraîneur Frédéric Hantz après la défaite à domicile face à Angers 1-2

Un après match tendu

Peu de temps après le coup de sifflet final, une vingtaine de supporters, et notamment des représentants de la Génération Grenat, ont voulu "avoir des explications avec les joueurs". Ils se sont rendus à l'arrière du stade et ont été arrêtés par des stadiers et des CRS devant le parking des joueurs. Les supporters qui chantaient "vous nous méritez pas" ont pu discuter avec Julian Palmieri, Matthieu Dossevi puis l'entraîneur Frédéric Hantz.  

Matthieu Dossevi est venu discuter avec les supporters à l'arrière du stade Saint-Symphorien - Radio France
Matthieu Dossevi est venu discuter avec les supporters à l'arrière du stade Saint-Symphorien © Radio France - Antoine Barège
L'entraîneur Frédéric Hantz est aussi venu parler avec les représentants de la Génération Grenat - Radio France
L'entraîneur Frédéric Hantz est aussi venu parler avec les représentants de la Génération Grenat © Radio France - Antoine Barège

L'un des supporters, membre de la Génération Grenat, était très en colère à la fin du match

Les supporters rencontrés à la fin du match étaient dépités.

La défaite du FC Metz et la relégation a fait au moins un heureux