Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

FC Nantes : Abdoulaye Touré et le champ lexical de la guerre pour réveiller les Canaris dans le derby

-
Par , France Bleu Loire Océan

A quelques heures du derby des Pays de la Loire contre Angers, ce dimanche après-midi, l'ancien capitaine du FC Nantes a pris la parole. Il demande à ses partenaires un sursaut d’orgueil pour éviter d'enchaîner une septième match sans victoire en Ligue 1 et appelle à "l'union de tous". Interview.

L'ancien capitaine du FC Nantes, Abdoulaye Touré, avait une opportunité de rejoindre Angers SCO, lors du mercato estival. Mais le numéro 19 a préféré rester dans son club formateur.
L'ancien capitaine du FC Nantes, Abdoulaye Touré, avait une opportunité de rejoindre Angers SCO, lors du mercato estival. Mais le numéro 19 a préféré rester dans son club formateur. © Maxppp - Philippe Renault

Plutôt discret dans les médias depuis qu'il a cédé son brassard de capitaine du FC Nantes à Nicolas Pallois, le milieu de terrain du FC Nantes Abdoulaye Touré s'est longuement exprimé à quelques heures du derby contre Angers, ce dimanche après-midi. Il n'a balayé aucun sujet : les mauvais résultats sportifs des Canaris, le climat autour du club et a appelé ses partenaires à partir "à la guerre"

"Il nous manque ce petit brin de chance"

Le FC Nantes reste sur six matchs sans succès, un record depuis 2019. Comment vivez-vous la situation ?

Comme tout le monde. C’est une situation très compliquée. Nous n'avons pas les résultats espérés. Les prochains matchs doivent, pour nous, être "des guerres", façon de parler. On doit tous se formater en tant que soldats parce-que la situation est très inquiétante. Mais il faut rester positif. Il ne faut pas se démoraliser ni se désunir parce-que c’est dans de ces moments-là qu’il faut afficher une force collective.

Les Canaris ont-ils les capacités de rebondir ? 

On arrive à prendre conscience de la situation. C’est en restant soudés et en allant à la guerre que l’on arrivera à surmonter des montagnes. Après, je pense qu’il nous manque aussi ce petit brin de chance. Contre Reims, on a eu des opportunités, mais il nous manque un peu cette lucidité dans le dernier geste ou la dernière passe. Il faut donc rectifier le tir contre Angers et livrer une belle prestation, pendant tout le match.

De quelle façon comptez-vous renverser la vapeur ? 

On discute tous les jours de la situation entre nous. On est conscient de la situation. Ça ne plaît à personne. On doit travailler et se dire les choses pour avancer. J’ai confiance et je sais que l’on peut inverser la tendance. Avec la qualité qu’il y a dans ce groupe, on mériterait d’être mieux classé mais au regard des dernières performances, on est à notre place. On ne peut donc s’en vouloir qu’à nous-mêmes. 

Le milieu de terrain du FC Nantes, Abdoulaye Touré, espère "prendre un point", ce dimanche face à Angers.
Le milieu de terrain du FC Nantes, Abdoulaye Touré, espère "prendre un point", ce dimanche face à Angers. © AFP - Jean Catuffe

"Il ne faut pas se mettre la pression"

Ressentez-vous un climat pesant autour du club, ces dernières semaines ? 

Dire que je ne sens pas ou ne vois pas les tensions autour du club serait mentir. Il y en a beaucoup. Mais la force du club, c’est le collectif et on a donc besoin de rester solidaires. C’est comme ça qu’on a réussi à renverser pas mal de tendances négatives depuis quelques années. Il faut continuer sur cette voie et ne pas s’éparpiller.

Vous appelez donc les supporters à faire bloc derrière vous ? 

Evidemment. Ils sont forcément frustrés par la situation, c’est normal. On est indéfendable. Mais il y a quand même des manières pour faire ou dire les choses. Je leur demande donc de tempérer et de rester solidaires avec nous.

Considérez-vous cette réception, contre Angers, comme étant cruciale ?

Quand on est à notre place, tous les matches sont cruciaux. Angers l’est donc aussi mais il ne faut pas se mettre la pression. Ce sera difficile contre un bel adversaire. Il y a aussi de la qualité chez nous. Il faut déjà bien défendre pour ensuite tenter de bien attaquer et au moins prendre un point.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess