Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

FC Nantes : Alban Lafont, des débuts qui interrogent

-
Par , France Bleu Loire Océan

Arrivé cet été en Loire-Atlantique dans le cadre d'un prêt de deux ans avec option d'achat, Alban Lafont a été désigné pour prendre la relève de Ciprian Tătăruşanu dans la cage nantaise. Mais après trois matchs disputés, le gardien de 20 ans peine à s'imposer et à rassurer sa défense. Décryptage.

Le gardien du FC Nantes, Alban Lafont, a encaissé 3 buts depuis le début de la saison, dont 2 contre Lille lors de la première journée.
Le gardien du FC Nantes, Alban Lafont, a encaissé 3 buts depuis le début de la saison, dont 2 contre Lille lors de la première journée. © Maxppp - Eddy Lemaistre

Nantes, France

Il ne peut s'en empêcher. Depuis le début de sa carrière professionnelle, à chaque fois qu'Alban Lafont passe partiellement ou complètement à côté d'un match, il le rumine. Seul. Son entourage sait que le téléphone ne sonnera pas pour débriefer le match. Et parfois pendant plusieurs jours. Il préfère analyser, décortiquer et digérer son raté en solitaire, tel un gardien campé sur sa ligne de but pendant que ses dix copains courent à droite et à gauche. 

Et en ce moment, l'ancien Toulousain doit être pris de quelques maux de tête tant ses prestations en championnat ne sont pas à la hauteur des qualificatifs qu'on lui affuble depuis son éclosion dans le monde professionnel en Haute-Garonne.

"Il lui faut un déclic"

Samedi soir, l'ancien Toulousain a passé une soirée des plus tranquilles, à Amiens. Sous la chaleur picarde, Alban Lafont aurait même pu se détendre sur un transat en sirotant paisiblement un cocktail tant il n'a pas été inquiété de la rencontre. Ou presque. Il a suffi d'une frappe - la seule cadrée du match - pour que les hommes de Luka Elsner reviennent dans la partie à 20 minutes du terme. 

Il a peur de prendre un but, il se retient", explique-t-on dans l'entourage d'Alban Lafont.

Et si il est loin d'être le seul responsable sur l'action de l'égalisation, le joueur prêté par la Fiorentina avec option d'achat n'est pas non plus exempt de tout reproche, préférant rester scotché sur sa ligne de but plutôt que d'aller gêner son vis à vis. Comme face à Lille, il y a 15 jours. "Il a passé un an en Italie où ça n'allait pas, confie un proche du joueur. On lui disait de rester sur sa ligne, de faire des relances courtes et rapides. Il a toujours fait des sorties dans les pieds extraordinaires et là, il ne les fait pas parce-qu'il a peur de prendre un but. Il se retient."

Au sortir du match inaugural perdu face au Dogues, Nicolas Pallois avait déclaré ne pas comprendre le choix de son nouveau coéquipier de ne pas anticiper les actions des adversaires. "Je n'ai pas revu les images mais je pense qu'Alban (Lafont) doit sortir, confiait-il aux quelques journalistes nantais présents. Après c’est comme ça, on va travailler ensemble." "Il a peur de mal faire mais ça va venir, positive son entourage. Il lui faut un déclic, et pour ça son entourage technique et mental doit continuer à lui parler pour le mettre en confiance."

"Il lui faut parfois se remettre en question"

Très jeune, à peine 20 ans, et déjà vieux briscard de la Ligue 1 avec 101 matchs disputés - pratiquement autant que le gardien du PSG, Alphonse Areola, de six ans son aîné (109) - Alban Lafont avait sûrement rêvé meilleure entame pour faire son nid dans le onze de départ de sa nouvelle équipe. Et si il est encore bien trop tôt pour dresser quelque conclusion que ce soit et pour enterrer le Franco-Burkinabé, force est de constater que ses débuts sont décevants. Et laissent supporters et les suiveurs du club sur leur faim. 

Alban Lafont ? Il aime déconner, rire, plaisanter. C'est comme ça qu'on a créé une relation de confiance", confie Laurent Majchrzak, l’entraîneur des gardiens de l'équipe de France des moins de 20 ans.

En l'espace de 270 minutes, il a été impliqué sur 2 des 3 buts encaissés par les Canaris cette saison (le premier but lillois et l'égalisation amiénoise) et n'a pas rassuré sa défense face à Marseille en se trouant complètement sur un corner en début de rencontre. "Ce n'est pas évident pour un gardien de changer ses habitudes, défend Laurent Majchrzak, l’entraîneur des gardiens de l'équipe de France des moins de 20 ans. Les qualités, il les a, il l'a prouvé par le passé. Il a un gros potentiel technique et athlétique mais il lui faut parfois se remettre en question. Mais je ne suis pas inquiet pour la suite." Pas plus que celui qui l'a formé au Pôle Espoirs de Castelmaurou entre 2012 et 2014 : "C'est un garçon qui peut-être déterminant dans un match, il peut faire gagner des points dans une saison, explique l'ancien gardien nantais David Marraud. C'est ce qu'on demande à un gardien de but. Mais il faut qu'il en impose peut-être un peu plus."

Le rôle primordial du staff pour redonner confiance à Alban Lafont

Au sortir de son troisième match sous ses nouvelles couleurs, Alban Lafont n'a pas botté en touche au moment d'évoquer sa forme du moment. "Il y a des actions où je pourrais sortir, analysait-il. Mais voilà, pendant le match ça va vite. C'est à moi de gérer ces actions pour que ça se passe le mieux possible. Ce sont des ajustements qu'il faudra faire par la suite.

Et tous ceux qui le connaissent savent que dans cette situation inconfortable, le rôle du staff et la relation qu'il entretient avec son entraîneur, Willy Grondin, sont primordiaux. "Alban, c'est une forte personnalité, c'est un gros compétiteur, détaille Laurent Majchrzak. Après, la confiance vient avec la relation qu'il peut avoir avec son entraîneur. Il aimer déconner, rire, plaisanter. C'est comme ça qu'on a créé une relation de confiance." Une assurance qu'il doit vite retrouver si il ne souhaite pas que la confiance, des supporters cette fois, ne s'effrite dans les prochaines semaines.

Choix de la station

France Bleu