Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

FC Nantes - Antoine Kombouaré : "On aurait pu avoir des latéraux plus concernés par le jeu offensif"

-
Par , France Bleu Loire Océan

"Déçu" du match à Nîmes largement à la portée du FC Nantes, l'entraîneur Antoine Kombouaré a déploré une deuxième mi-temps au cours de laquelle ses joueurs sont passés à côté de leur sujet. Et si les Canaris sont 19e ce dimanche, le Kanak reste persuadé qu'un maintien est toujours possible.

L'entraîneur du FC Nantes, Antoine Kombouaré, a regretté la seconde période complètement ratée de ses joueurs, ce dimanche après-midi face à Nîmes.
L'entraîneur du FC Nantes, Antoine Kombouaré, a regretté la seconde période complètement ratée de ses joueurs, ce dimanche après-midi face à Nîmes. © AFP - Sylvain Thomas

Il y a de quoi se faire du mouron pour ce FC Nantes là. Dans un match crucial pour le maintien face à Nîmes, qualifié de "petite finale" par Imran Louza, les Canaris ont eu tout juste en première période. Et tout l'inverse ensuite. Le 4-3-3 décidé par l'entraîneur Kanak des Jaunes a d'abord éteint les Crocos, grâce notamment à Pedro Chirivella et Andrei Girotto, auteurs de 45 premières minutes excellentes. Avant de reculer et de relancer Nîmes, la faute à cette incapacité de doubler la mise. Un scénario que le successeur de Raymond Domenech n'a que très peu goûté. Et il ne s'est pas privé pour le dire. Interview. 

"On ne voulait pas refuser le jeu, c’est ce qu’on a fait"

Quel sentiment vous anime après ce match nul contre Nîmes ?

C'est le même que les joueurs. Dans le vestiaire, il y avait beaucoup de déception et de regrets. On n'a pas été capable de produire plus de jeu que ça en deuxième mi-temps, de mettre le pied sur le ballon et de jouer pour marquer ce but [...] On aurait aussi pu avoir des latéraux un peu plus concernés par le jeu offensif parce que les attaquants ont beaucoup donné. Il aurait fallu que tout le monde défende et attaque en deuxième période, ce qui ne s'est pas produit.

N'y a-t-il pas de la déception de ne pas avoir réussi à reproduire ce qui avait fonctionné en première mi-temps ?

Les joueurs sont déçus du résultat et même en colère. Mais je leur ai dit qu’on devait surtout être déçus de la manière dont on a joué en seconde période. Cela peut, peut-être, s'expliquer par la fatigue avec les efforts fournis en première mi-temps. Elle était excellente et l'idée était de repartir avec l’ambition de marquer ce deuxième but. On ne voulait pas attendre ou refuser le jeu. C’est ce qu’on a fait et derrière Nîmes a plus poussé et marqué de manière heureuse, sur un contre favorable.

Tant mieux si Lorient et Nîmes sont devant, ce qui m’intéresse, c’est qu’ils soient derrière à la fin.

Comment jugez-vous l'état d'esprit affiché par vos joueurs ? 

Ils ont été irréprochables. Au niveau de la combativité, l’état d’esprit, le fait d'être soudés dans la difficulté, ils ont été irréprochables. Mais si on veut gagner des matches, il faut être capables de faire mieux en seconde période, en jouant et privant Nîmes de ballon. Là, plus les minutes défilaient, moins les joueurs proposaient du jeu et étaient disponibles. Ils étaient sous pression et voulaient préserver le résultat

Ce partage des points est-il logique ? 

Pour moi, on perd deux points, c’est ce que je ressens. Les joueurs ont la même impression. On les vois abattus dans le vestiaire par le résultat. Je pense qu’on peut faire beaucoup mieux dans le jeu. Il faut être capable de faire ça sur une heure et demi. 

Vous êtes désormais relégables. Les prochaines semaines s'annoncent-elles compliquées ?

Tout dépendra de si on n'est pas costaud dans nos têtes, je le dis et je le répète ça va se jouer jusqu’à la fin. Tant mieux si Lorient et Nîmes sont devant, ce qui m’intéresse, c’est qu’ils soient derrière à la fin. On verra ça à la fin de la saison. Mais si je suis là c'est que je suis persuadé qu'on peut se maintenir. On peut faire beaucoup, beaucoup mieux. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess