Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

FC Nantes : ces séries que les Canaris peuvent encore stopper d'ici la fin de la saison

-
Par , France Bleu Loire Océan

Ce FC Nantes prend décidément du plaisir à interrompre les séries. Quelles soient bonnes, comme ce premier succès à Saint-Etienne depuis 19 ans, ou tristes comme le revers historique face à Angers à la Beaujoire. Tour d’horizon des séries que les Canaris peuvent encore briser d'ici le mois de mai.

Ce dimanche face à Saint-Etienne, le FC Nantes a mis fin à une série de 19 ans sans la moindre victoire dans le Forez en championnat.
Ce dimanche face à Saint-Etienne, le FC Nantes a mis fin à une série de 19 ans sans la moindre victoire dans le Forez en championnat. © AFP - Jean-Philippe Ksiazek

Nantes, France

C’est à croire que la bande à Christian Gourcuff coche certains matchs sur son calendrier, histoire d'entrer dans les annales du FC Nantes. Dans un chaudron désert, ce dimanche après-midi, les Jaunes et Verts ont enterré une série de 19 ans sans le moindre succès grâce à Mehdi Abeid, auteur de son premier but avec les Canaris en championnat, et Ludovic Blas, désormais meilleur buteur de son équipe. Plus tôt dans la saison, ils avaient fait tomber les Gones, chez eux, pour la première fois depuis décembre 1996

Capables du meilleur, ils ont aussi prouvé qu’ils étaient en mesure de subir des revers historiques et de mettre un point final à des séries interminables. Comme contre Angers, en décembre dernier, quand les Nantais sont tombés sur leurs terres, 52 ans après. Tour d’horizon non exhaustif des séries que les octuples champions de France peuvent encore briser d’ici la fin de leur saison.

Mettre Rennes à terre au Roazhon Park

"On vient, on gagne et on s’en va", s’est amusé à twitter, ce vendredi, l’ancien capitaine de la maison Jaune, Valentin Rongier, après sa victoire avec l’Olympique de Marseille contre Rennes (1-0). À n’en pas douter, les Canaris aimeraient bien les imiter pour rester collés au wagon de tête en championnat et balayer d’un revers de main leur série de six matchs sans succès (3 nuls, 3 défaites)

Il faut dépoussiérer le cahier de statistiques de la décennie passée et remonter au 29 septembre 2013 pour retrouver la trace d’un succès des Jaunes et Verts sur la pelouse de l’ancien stade de la route de Lorient. À l’époque, Serge Gakpé, Fillip Djordjevic et Lucas Deaux avaient permis aux pensionnaires de la Jonelière de s’imposer (3-1). Et il faut remonter jusqu’en août 2005 pour assister à une victoire nantaise sans but encaissé (3-0). 

La dernière victoire du FC Nantes à Rennes remonte au 29 septembre 2013. - AFP
La dernière victoire du FC Nantes à Rennes remonte au 29 septembre 2013. © AFP - Damien Meyer

Ne pas prendre de but face au Paris qatari 

Le FC Nantes version 2019/2020 n’aura pas l’occasion de mettre fin à une disette de 15 ans sans gagner face à l’ogre parisien et à sa pléiade de stars, Mbappé et Neymar en tête. Les Canaris se sont chargés d’envoyer cette statistique aux oubliettes, la saison passée, grâce à Diego Carlos et Majeed Waris (3-2). 

En revanche, depuis presque 15 ans, ils encaissent systématiquement au moins un but dans une Beaujoire noire de monde pour admirer la bande à Thomas Tuchel. Les derniers à avoir réussi l’exploit de garder leur cage inviolée sont aujourd’hui presque tous retraités, de Franck Signorino à Nicolas Savinaud en passant par Emerse Faé. Ce samedi 25 février 2006, ces trois-là avaient marqué et avaient réussi à empocher un dernier cleen-sheet en Loire-Atlantique. 

3 décembre 1978, dernier succès nantais à Reims

Cela fait très longtemps que les Jaunes et Verts n'ont plus débouché le champagne après un match face au Stade de Reims. Les trois derniers matchs des Ligériens se sont soldés par autant de revers. La saison passée, les Canaris ont chuté sur le plus petit des scores dans une rencontre peu savoureuse. Et entre les périodes de moins bien de Reims - 33 ans en Ligue 2 et National - et du FC Nantes, il faut finalement remonter au 3 décembre 1978 pour trouver trace d'une victoire nantaise dans la Marne. 

Ce soir là, Bruno Baronchelli avait débloqué le score d'entrée de jeu avant d'assister à un festival offensif d'Eric Pécout, qui avait inscrit trois buts. Ce dernier avait terminé la saison auréolé du statut de meilleur buteur du club octuple champion de France avec 22 réalisations au compteur, des chiffres qui laissent rêveurs les supporters actuels d'un FC Nantes : il avait échoué sur la deuxième marche du podium, cette saison là, après avoir raflé sa première Coupe de France. 

L'attaquant Mamadou Bagayoko célèbre le premier but nantais inscrit à Monaco, en janvier 2009. - AFP
L'attaquant Mamadou Bagayoko célèbre le premier but nantais inscrit à Monaco, en janvier 2009. © AFP - Valéry Hache

Gagner à Monaco après plus d'une décennie de disette

Ils sont 6.415 au stade Louis II à avoir assisté à la dernière rencontre remportée par les demi-finalistes de la Ligue des Champions 1996 face au club princier. C'était un 10 janvier 2009 et Mamadou Bagayoko ainsi qu'Aurélien Capoue avaient permis aux leurs de s'imposer 2 à 1 mais n'avaient pu éviter la relégation en fin de saison. 

Depuis, les habitués de la Beaujoire ont enchaîné les défaites, six au total en Ligue 1, entrecoupées d'un succès probant obtenu dans l'anti-chambre de l'élite en 2012 grâce à un doublé de Filip Djordjevic.

Christian Gourcuff, qui n'est guère loquace quand il est questionné sur ces fins de série, se plait à répondre que ce sont des faits "anecdotiques". Mais qui permettent de positionner le FC Nantes à la quatrième place du championnat au début de la phase retour. 

Offrir du spectacle aux supporters toulousains

La saison du TéFéCé s’apparente à s’y méprendre à une longue descente dans les Abysses. Et les Canaris seraient bien inspirés d’en profiter. Le 18 avril prochain, les coéquipiers de Ludovic Blas, désormais meilleur buteur de son équipe avec cinq réalisations, auront l'occasion de soigner leur différence de buts et d'enfin inscrire plus d'un but face aux Toulousains, ce qu'ils n'ont plus réussi à faire depuis décembre 2006

Depuis, les joueurs des bords de l'Erdre ont seulement trouvé le chemin des filets à 4 reprises en 7 matchs face aux Violets, au Stadium municipal. Cette saison, les protégés de Christian Gourcuff ne sont pas les plus habiles devant les cages avec seulement 19 buts marqués en 20 matchs - 16ème attaque de Ligue 1. À eux d'inverser la tendance au Stadium pour enfin prendre la succession de Julio Rossi, Mauro Cetto, Dennis Oliech et Mamadou Diallo, les derniers à avoir réalisé un festival offensif en Haute-Garonne. 

Le 23 décembre 2006, Mauro Cetto (à droite) avait participé à la plus large victoire du FC Nantes face à Toulouse, au Stadium municipal (4-0). - AFP
Le 23 décembre 2006, Mauro Cetto (à droite) avait participé à la plus large victoire du FC Nantes face à Toulouse, au Stadium municipal (4-0). © AFP - Lionel Bonaventure

Perdre face au promu brestois, 36 ans après

Pronostiquer un match des Jaunes et Verts, cette saison, est loin d’être un exercice aisé. Capables d’exploits retentissants mais aussi de subir une claque historique, comme face au SCO d’Angers, le FC Nantes et ses supporters devront se méfier de la venue du champion de Ligue 2 en titre, le Stade Brestois, le 9 mai prochain, qu'ils ont accroché en fin d'année dernière. 

Les Finistériens ne se sont jamais imposés en Ligue 1 à la Beaujoire au XXIè siècle, la faute notamment à une longue période d'absence dans l'élite hexagonale. Jamais ils n’ont empoché les trois points sous leur nom actuel. La dernière fois que Brest a raflé la mise, il s'appelait le FC Brest Armorique. C’était en décembre 1984, dans une Beaujoire flambant neuve, sortie de terre quelques mois plus tôt pour accueillir des matchs de l’Euro. Un jeune prometteur formé au club, Paul Le Guen, et un attaquant rugueux, Pascal Dupraz, s'étaient chargés de faire plier l'équipe entraînée par Jean-Claude Suaudeau. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu