Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

FC Nantes : du caractère et de la solidarité en infériorité numérique pour arracher un point à Lille

- Mis à jour le
Par

Fébrile et puni en début de rencontre comme face au PSG, le FC Nantes s'est ensuite réveillé ce samedi. Avant d'éviter le pire. Alban Lafont a encore sauvé les siens en arrêtant un penalty en fin de match après une grossière faute de Fabio, expulsé, et permet à Nantes de ramener un point précieux.

De retour en défense, le Nantais Nicolas Pallois a multiplié les bonnes interventions face aux Dogues, ce samedi après-midi. De retour en défense, le Nantais Nicolas Pallois a multiplié les bonnes interventions face aux Dogues, ce samedi après-midi.
De retour en défense, le Nantais Nicolas Pallois a multiplié les bonnes interventions face aux Dogues, ce samedi après-midi. © AFP - François Lo Presti

Le déplacement était périlleux, chez le champion de France en titre, mais le FC Nantes a eu du répondant, ce samedi après-midi, sur la pelouse très dégradée du stade Pierre Mauroy. Mais la bande d'Antoine Kombouaré a décidément du mal à apprendre de ses erreurs. Comme face au Paris Saint-Germain, une semaine plus tôt , les Jaunes se sont faits surprendre en début de match. Avant de relever la tête et de tenir bon à 10 contre 11, pour arracher un nul aux allures de victoire tant les Dogues ont dominé la seconde période. 

Publicité
Logo France Bleu

Ludovic Blas contrarie les plans lillois

La série noire d'un seul succès en 24 confrontations ne s'est pas brisée mais les Canaris ont démontré du "caractère", qualité si chère à Antoine Kombouaré. D'abord malmenés et privés de ballon, les coéquipiers de Quentin Merlin, titulaire pour la première fois, n'ont cessé de reculer. Avant de logiquement céder sur une frappe clinique de Burak Yilmaz, servi au millimètre par un Jonathan Bamba qui venait de mystifier Fabio (1-0 à la 8e). Le moment choisi par les Jaune et Vert pour se réveiller.

C'est un rêve de commencer avec son club formateur. Je l'ai appris à 15 heures, j'ai essayé de jouer sans pression et j'ai bien été aidé par Nicolas Pallois.

Plus patient, entreprenant, l'octuple champion de France a progressivement rééquilibré les statistiques de possession. S'est montré plus incisif en attaque à l'image de Moses Simon et a pu compter sur la justesse de Ludovic Blas, profitant d'une erreur du défenseur des Dogues, Tiago Djallo, pour actualiser son nombre de réalisations - sept déjà en championnat (1-1 à la 23e). Dans la foulée ou presque, Fabio aurait pu se rattraper et permettre aux siens de prendre l'avantage. Le poteau en a décidé autrement. 

Une muraille imprenable malgré un penalty et un rouge  

Présent de bout en bout sur le pré nordiste, Quentin Merlin a savouré. "C'est un rêve de commencer avec son club formateur, confie-t-il. Je l'ai appris à 15 heures, j'ai essayé de jouer sans pression et j'ai bien été aidé par Nicolas Pallois." Très sollicité en défense, le joueur de 19 ans a tenu. Ses coéquipiers aussi, malgré "l'énorme pression de Lille", dixit Kombouaré. Andrei Girotto et Nicolas Pallois, énormes, n'ont cessé d'écoper. Le peu qui passait était stoppé par Alban Lafont. Une frappe de Reinildo en corner, une autre de Celik captée et surtout un penalty sorti de main de maître. 

C'est un super point. Maintenant, il faut faire fructifier ce point et marcher sur Marseille dans trois jours.

Coupable d'une grossière faute dans la surface, Fabio, expulsé, a offert sur un plateau la victoire aux Dogues. L'ancien du TéFéCé en a décidé autrement (1-1 à la 80e). "Au regard de la physionomie du match, c'est un point mérité, assure Lafont. On a tous montré de la combativité, pas seulement les défenseurs. Dans l'intensité, c'était beaucoup mieux. On ne gagne pas mais on est sur la bonne voie." Son entraîneur, sourire aux lèvres dans les couloirs du stade, n'en pense pas moins. "C'est un super point, clame le Kanak. Je ne sais pas s'ils ont écouté ce que je leur ait dit mais ils ont fait preuve d'une endurance mentale énorme. Maintenant, il faut faire fructifier ce point et marcher sur Marseille dans trois jours." Un autre adversaire qui alterne le bon et le très moyen.

loading
loading
loading
Publicité
Logo France Bleu