Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

FC Nantes : écran noir pour des Canaris qui ont regardé le leader lillois dérouler

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le FC Nantes a donné le bâton aux Lillois pour se faire battre , ce dimanche après-midi. Incapables de jouer, attentistes face au leader, les Canaris ont replongé dans leurs travers et enchaînent un quinzième match sans succès qui les plongent dans la zone rouge pour la première fois de la saison.

Face au leader lillois, le FC Nantes a complétement été dépassé, ce dimanche après-midi à la Beaujoire.
Face au leader lillois, le FC Nantes a complétement été dépassé, ce dimanche après-midi à la Beaujoire. © AFP - Sébastien Salom-Gomis

Et de 15 pour le FC Nantes qui n'en finit plus de s'enfoncer. Entre la gronde des quelque 250 supporters qui réclament toujours le départ de la famille Kita et la colère contre la décision de la direction nantaise de diffuser pendant la rencontre des chants des supporters des Jaune et Vert, l'ambiance n'était déjà pas joyeuse. La onzième défaite des joueurs de Raymond Domenech, ce dimanche après-midi, a eu raison des derniers optimistes qui voient leur club plonger dans la zone rouge pour la première fois de la saison. 

Les Canaris n'ont eu que ce qu'ils méritent

Quatre jours après une prestation cohérente contre Saint-Etienne, l'ex-sélectionneur des Bleus avait choisi de reconduire la même équipe pour la première fois depuis son arrivée. Mais il a rapidement déchanté. Jusqu'à présent inoffensif hors de ses bases dans le premier quart d'heure, les Dogues ont profité de la passivité des Jaunes pour balayer cette statistique grâce à Jonathan David (0-1 à la 10è) qui a profité d'une incompréhension de Girotto et Louza pour conclure de près. 

Il ne faut pas céder à la panique. Certes, ça devient tendu mais ce n'est pas quand tout va bien qu'il faut être solide, au contraire, c'est quand ça ne va pas bien qu'il ne faut pas prendre l'eau.

Dans ce choc des extrêmes, la réaction nantaise n'est jamais arrivée. "On ne peut pas espérer grand chose quand on a autant de déchets techniques surtout en première mi-temps et ça me dérange, balaye Raymond Domenech. Il n'y a pas de mot, on est absent une mi-temps et on leur donne gentiment, tranquillement deux buts. Par moment, on n'arrivait même pas à se faire une passe." Les Dogues, très supérieurs, ont eux patienté. Jonathan Bamba a manqué le cadre en début de second acte. Ce n'était que partie remise. 

"J'aurais pu faire cinq changements à la mi-temps"

Si les Canaris se sont "réveillés", ils n'ont jamais été en mesure de contrecarrer les plans de Christophe Galtier. Même la frappe de Sébastien Corchia qui a obligé Mike Maignan à son seul arrêt de la soirée n'est pas venue égayer la prestation de l'octuple champion de France. (0-1 à la 77è). En fin de match, les Dogues ont fini d'anéantir les minces espoirs lillois après une perte de balle d'un Charles Traoré dépassé. La doublette Sanches-David s'est amusée de l'arrière-garde de la Maison jaune et l'ancien de la Gantoise a peaufiné ses statistiques en trompant Alban Lafont de près (0-2 à la 84è).

Le FC Nantes n'a gagné qu'un seul de ses 24 derniers matchs contre le LOSC. 

"J'aurais pu faire cinq changements, peste un Raymond Domenech qui court toujours après son premier succès en club depuis 27 ans. Mais il ne faut pas céder à la panique. Certes, ça devient tendu mais ce n'est pas quand tout va bien qu'il faut être solide, au contraire, c'est quand ça ne va pas bien qu'il ne faut pas prendre l'eau."  C'est pourtant le visage affiché par le FC Nantes qui n'a jamais enregistré aussi peu de points - 19 après 24 journées - à ce stade de la compétition. La relégation ? "C'est une idée qui peut nous passer par la tête, confie Marcus Coco. Mais il y en a toujours un pour relever les autres. On n'a pas le droit de jouer comme ça. On tient un discours avant le match et ensuite on ne voit pas la même chose sur le terrain." Plus qu'inquiétant, désolant pour ce club qui n'est plus l'ombre que lui-même. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess