Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : La disparition d'Emiliano Sala

FC Nantes : la fin d'une saison à part marquée par le décès d'Emiliano Sala

-
Par , France Bleu Loire Océan

Il y a eu un début de saison catastrophique, un changement d’entraîneur, la peur de lutter jusqu'au bout pour le maintien. Et puis, il y a eu la disparition d'un des chouchous de la Beaujoire, Emiliano Sala, le soir du 21 janvier 2019. Retour sur une saison pas comme les autres.

Les joueurs du FC Nantes rendent hommage à Emiliano Sala, décédé dans la nuit du 21 au 22 janvier, lors de la rencontre face à Saint-Etienne, à la Beaujoire.
Les joueurs du FC Nantes rendent hommage à Emiliano Sala, décédé dans la nuit du 21 au 22 janvier, lors de la rencontre face à Saint-Etienne, à la Beaujoire. © Maxppp - Edward Boone

Nantes, France

Que l'on soit au stade, devant la télévision ou derrière son poste de radio, l'émotion reste la même au moment où l'écran géant du stade indique la neuvième minute de jeu. Vendredi soir encore, plus de 30.000 personnes se sont levées pour scander le nom d'Emiliano Sala. Côté terrain, la défaite (0-1) contre Strasbourg, lors de l'ultime journée du championnat, et le classement - 12è - sont anecdotiques au regard de cette saison éprouvante marquée par le décès d'un des chouchous de la Beaujoire. 

Une saison qui en parait dix

Le licenciement de Miguel Cardoso, débarqué le 2 octobre dernier après seulement huit matchs à la tête de l'équipe (1 victoire, 3 nuls et 4 défaites), remonte à une éternité, au regard des multiples rebondissements qu'à connu le FC Nantes, cette saison. L'arrivée de Coach Vahid aussi. 19è de Ligue 1 à son retour en Loire-Atlantique, l’entraîneur franco-bosnien a remis les Canaris sur la bonne voie, en témoigne la remontée spectaculaire au classement à Noël. Et puis, il y a eu le mercato et un mois de janvier chaotique sur et en dehors du terrain. 

J'ai vécu la la saison la plus difficile depuis mon arrivée à la tête du FC Nantes", explique Waldemar Kita, le président du club. 

Les Canaris ne se sont imposés qu'une fois en quatre matchs, après la trêve. Dans le même temps, en coulisses, les dirigeants s'activaient en pleine période de mercato. Et la perspective du président du club, Waldemar Kita, de réaliser une grosse vente - la plus importante de l'histoire du FCN - a eu raison du désir de Vahid Halilhodžić de conserver son numéro 9, Emiliano Sala, co-meilleur buteur européen au mois de novembre (11 réalisations).

Entre le début de la saison et ce que l'on a vécu en janvier, cette saison en vaut beaucoup plus sur les plans mental et physique, analyse Maxime Dupé, le gardien nantais. 

Les dirigeants du club "ont travaillé dans mon dos", a lâché il y a quelques semaines le 14è entraîneur de l'ère Kita, à propos du mercato hivernal. Revenu en Loire-Atlantique pour saluer une dernière fois ses amis, au lendemain de la signature de son contrat avec le club de Cardiff City, Emiliano Sala est décédé dans le crash de l'avion qui l'emmenait au Pays de Galles, le 21 janvier 2019 au soir. 

"On revient de loin"

Orphelins de leur meilleur buteur, les Canaris ont vécu une deuxième partie de saison éprouvante. "C’est impossible de faire abstraction de ce qui se passe. On est tous les jours sur nos téléphones à attendre, racontait Valentin Rongier, à la fin du mois de janvier. Émotionnellement, c’est difficile [...] On sent que l’équipe est touchée. C’est complètement différent du groupe que l’on avait avant." Les résultats ont suivi dans un premier temps au mois de février (4 victoires en 6 matchs) mais la tête n'y était plus et ça s'est ensuite vu.

Cette saison a été très éprouvante. J’aurais aimé qu’elle n’existe jamais. Elle nous marquera à vie. On est tous liés à vie avec ce qu’on a vécu". Cyril Moine, le préparateur physique du FC Nantes. 

Face à la presse, les joueurs ont perdu leur sourire. A plusieurs reprises, Vahid Halilhodžić était au bord des larmes. "Le groupe était touché mentalement, confie Cyril Moine, le préparateur physique du club. On a fait des réajustements pour apporter plus de confort psychologique." Et ils étaient nécessaires. Jusqu'au début du mois d'avril, les Canaris ont flirté avec la zone rouge après avoir notamment enchaîné trois défaites de rang en championnat. Les recrues hivernales : Antonio Mance, Valentin Eysseric et Edgar Ié n'ont pas eu le rendement escompté, la faute à un manque de forme et à trop de blessures. 

Après une nouvelle désillusion, à Toulouse, joueurs et staff se sont réunis. Un entretien à huit-clos qui a porté ses fruits. Les Nantais ont ensuite redressé la barre grâce à une série de sept matchs sans défaite, dont cinq victoires consécutives. "C'est une saison particulière, explique le milieu de terrain, Abdoulaye Touré. Il s'est passé beaucoup de choses. On revient de loin et on peut garder la tête haute par rapport à tout ce qui s'est passé." 

Défaits lors de l'ultime rendez-vous de la saison, les Canaris terminent finalement 12è et échouent dans la quête de leur dernier objectif, une place dans le top 10. Anecdotique pour Vahid Halilhodžić. "Tout ce que les garçons ont réalisé depuis quelques mois, vu tout ce que l'on a vécu, c'est vraiment exceptionnel, exceptionnel", conclu l’entraîneur franco-bosnien, qui a vécu comme bon nombre de joueurs "la saison la plus difficile de sa carrière".