Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges

FC Nantes : le top 10 dans le viseur après un troisième succès de rang

-
Par , France Bleu Loire Océan

On a failli assister à une nouvelle "remontada", ce dimanche après-midi, à la Beaujoire. Les Canaris, qui avaient fait le plus dur en marquant à trois reprises, ont ensuite encaissé deux buts amiénois. Plus de peur que de mal pour le FC Nantes qui enchaîne un troisième succès consécutif.

Les Canaris enchaînent un troisième succès de rang en Ligue 1, grâce à leur victoire (3-2) face à Amiens, ce dimanche après-midi à la Beaujoire.
Les Canaris enchaînent un troisième succès de rang en Ligue 1, grâce à leur victoire (3-2) face à Amiens, ce dimanche après-midi à la Beaujoire. © Maxppp - Marc Roger

L'ennui, l'euphorie puis, soudain, la crainte d'une énième "remontada". Devant un peu plus de 19.000 supporters, ce dimanche après-midi à la Beaujoire, les Nantais ont enchaîné un troisième succès de rang en Ligue 1. S'ils se sont faits peur en fin de match, les Nantais ont assuré l'essentiel avec cette victoire (3-2) face à Amiens. Sauf cataclysme d'ici la fin de la saison, ils ont définitivement assuré leur maintien dans l'élite et peuvent désormais rêver d'accrocher la première partie de tableau. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La sieste avant la révolte

Les Canaris ont mis 45 minutes à digérer leur festin pascal. Brouillons, ils sont retombés dans leurs travers avec des passes mal assurées et un milieu de terrain invisible en première période. "On dormait sur le terrain, avoue le milieu de terrain, Valentin Rongier. Sans trouver d'excuse, ce sont les premières grosses chaleurs et les organismes ne sont pas habitués à ça. Les jambes sont molles et on a eu du mal à se mettre dans le rythme de la rencontre."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La seconde période, en revanche, a débuté sur un tout autre rythme. Revenus sur la pelouse, après un discours - on imagine - musclé de Vahid Halilhodžić, les Nantais se sont métamorphosés. La doublette en attaque composée de Kalifa Coulibaly et de Majeed Waris a encore fait des merveilles. Après un service XXL de l'attaquant de poche prêté par le FC Porto, l'international malien hérite d'un ballon à l'entrée de la surface de réparation. Un crochet et un intérieur du pied gauche plus tard, les Canaris prenaient le match en main (1-0 à la 49è). 

Les Amiénois n'ont pas eu le temps de réagir que déjà le score s'alourdissait (2-0 à la 55è), grâce à l'inévitable Kalifa Coulibaly, qui porte désormais son total à six buts en Ligue 1. "Tout seul je ne peux rien faire, tempère le numéro 7 nantais. [Si je marque des buts] c'est grâce au groupe qui vit bien." En neuf minutes, les coéquipiers de Valentin Rongier, buteur ce dimanche-après midi, ont fait plier la formation picarde (3-0 à la 59è). Oui, mais voilà, cette équipe se complique souvent la vie. 

Le top 10 en ligne de mire

L'ombre des matches face à Nîmes (2-4) et Lille (2-3) a ensuite plané sur la Beaujoire. Alors qu'une partie de la Brigade Loire avait choisi de déserter la tribune après une bagarre avec les stadiers au sujet d'une banderole, les joueurs de Christophe Pélissier réagissaient grâce à un bijou du Colombien, Juan Otero (3-1 à la 62è). Les nerfs des Nantais ont ensuite été mis à rude épreuve à cause d'une nouvelle réduction du score, sur coup de pied arrêté (3-2 à la 77è). "Nous sommes des spécialistes de ces situations, regrette Vahid Halilhodžić, l’entraîneur du FC Nantes. Il faut m'expliquer pourquoi. Je ne sais pas si c'est psychologique mais vraisemblablement les matches de Nîmes et de Lille trottent dans la tête des joueurs."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Cette fois, les Canaris ont tenu. Après avoir enchaîné quatre matches sans victoire, ils ont empoché neuf points en l'espace de dix jours. "A chaque fois on manquait le coche pour voir plus haut, analyse le portier Maxime Dupé. Avec cette troisième victoire consécutive, on peut espérer mieux. On peut désormais voir plus haut pour égayer cette fin de saison." Le FC Nantes, qui fêtait son 76è anniversaire, ce dimanche, continue de grappiller des places au classement. Il est désormais 13è à 4 points de la première partie de tableau. 

Après avoir fait tomber Lyon et Paris à domicile, les coéquipiers de Diego Carlos - qui fêtait son 100è match en Ligue 1 - comptent sur leur forme du moment pour aller titiller Marseille, dimanche prochain à 21 heures. "Si on peut faire un petit exploit à Marseille, ça serait bien", lance Maximé Dupé. En cas de victoire, cumulée à une défaite rennaise, les Canaris doubleraient leur ennemi de toujours le weekend prochain. Le sprint final est définitivement lancé.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess