Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

FC Nantes : les Canaris en quatorzaine, pénalisés par leur déchet en attaque

-
Par , France Bleu Loire Océan

Si le FC Nantes a été cohérent et largement supérieur aux Stéphanois dans ce match de la peur, il a été trop imprécis dans le dernier geste pour l'emporter, ce mercredi soir à Geoffroy-Guichard. Un vrai gâchis des Canaris cohérents et qui abordent un mois de tous les dangers en Ligue 1.

Le FC Nantes d'Imran Louza (image) a dominé de la tête et des épaules la première mi-temps, face à l'AS Saint-Etienne, ce mercredi soir.
Le FC Nantes d'Imran Louza (image) a dominé de la tête et des épaules la première mi-temps, face à l'AS Saint-Etienne, ce mercredi soir. © AFP - Jean-Philippe Ksiazek

Décidément, quand ça ne veut pas, ça ne rentre pas ! Accueillis par une banderole, déployée au pied du Kop Nord, hostile à Raymond Domenech : "Faites les regretter d'être descendus du bus", les Canaris se savaient en grand danger en cas de contre-performance à Saint-Etienne, ce mercredi soir. Et la peur les a visiblement galvanisés au point de se demander, à certains moments, si c'étaient bien les mêmes Jaunes sur la pelouse de Geoffroy-Guichard. Avant que la réalité ne les rattrape, à cause de leurs occasions gâchées (1-1).

De la cohérence et du jeu, pour une fois

Au pied du mur, l'entraîneur nantais Raymond Domenech avait fait des choix forts avec la titularisation de Sébastien Corchia et Fabio sur le côté droit et la sortie de l'ex-capitaine Abdoulaye Touré du onze de départ. Des options qui se sont avérées payantes tant Nantes a marché sur de pâles stéphanois. A force d'insister, les coéquipiers de Ludovic Blas ont été récompensés, fort logiquement, par un coup de casque de Randal Kolo Muani servi au millimètre par Fabio au premier poteau (0-1 à la 36è). Sans le manque de lucidité de "RKM" qui a gâché un but tout fait (0-1 à la 43è) en ratant son piqué, les Canaris auraient pris le large. 

Quand on a l'occasion de faire le break, il faut le faire.

"Il y a de la satisfaction sur le contenu", a d'ailleurs acquiescé le technicien de 69 ans. Mais pas celle du résultat. Car ni Moses Simon qui a touché la barre (0-1 à la 47è) ni Andrei Girotto sur coup-franc n'ont réussi à doubler la mise. Les Verts en ont profité pour revenir au score, une nouvelle fois sur coup de pied arrêté (1-1 à la 57è). "Personne ne veut lâcher ni nous, ni Saint-Etienne, regrette le successeur de Christian Gourcuff. Et quand on a l'occasion de faire le break, il faut le faire."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"On a vu ceux qui prennent leurs responsabilités"

Dans ce classique aux allures de match de la peur, entre le seizième et le dix-septième, chaque formation a eu sa mi-temps. Mais contrairement à leurs dernières sorties, les Canaris ont cette fois essayé de jouer et ont montré leur visage le plus séduisant depuis l'arrivée de l'ex-sélectionneur des Bleus. "Il faut prendre le positif de ce match car dans la globalité on fait un bon match, observe un Ludovic Blas retrouvé dans l'entrejeu. On a beaucoup parlé et c'est là où on voit les vraies personnes, celles qui prennent leurs responsabilités et c'est rassurant de voir une équipe comme ça."

Ce qui l'est beaucoup moins en revanche, c'est de voir le FC Nantes enchaîner avec un quatorzième match sans succès alors qu'un mois de février très compliqué se profile avec un duel capital dans la course au maintien face au Nîmes Olympique. "Il ne faut surtout pas baisser la tête, martèle le numéro 10 des Canaris. Pour moi, ce soir, on a perdu des points même si on fait un bon match. On doit continuer sur cette lancée." Et gagner, cette fois, pour ne plus jouer la peur au ventre avec un œil rivé sur le rétroviseur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess