Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

FC Nantes - Raymond Domenech : "C'est un bonheur d'être là"

-
Par , France Bleu Loire Océan

Pour sa première conférence de presse, ce jeudi 31 décembre, Raymond Domenech, le nouvel entraîneur du FC Nantes, s'est montré apaisé face aux journalistes. Il entend se faire plaisir à Nantes.

Raymond Domenech s'est affiché plein de bonne humeur pour sa première conférence de presse au stade de la Beaujoire le 31 décembre 2020.
Raymond Domenech s'est affiché plein de bonne humeur pour sa première conférence de presse au stade de la Beaujoire le 31 décembre 2020. © Maxppp - Jérôme Fouquet

Dans une salle de presse remplie - trente journalistes -, Raymond Domenech a répondu pour la première fois aux questions des journalistes durant une heure. Le nouvel entraîneur du FC Nantes s'est montré plein d’enthousiasme et "heureux" de retrouver un banc, dix ans après Knysna.

Avant même de répondre à la première question, Raymond Domenech a pris la parole. "Je voudrais commencer par vous dire que je suis heureux d’être là, de vous retrouver, c’est un vrai plaisir, j’ai été de l’autre côté. Je comprends mieux vos problématiques, vos soucis. Je vais tout faire pour ne pas reproduire les erreurs du passé. Je suis dans la partage, le plaisir." Une déclaration qui a donné le ton d'une interview remplie de positivité.

Pourquoi avoir choisi de relancer votre carrière d'entraîneur à Nantes ?

J’ai une capacité extraordinaire d’être un converti. Quand on est converti, on est plus fort que les autres. Quand j’ai quitté Lyon, j’étais un Lyonnais pur souche. J'ai été un Alsacien, un Parisien, un Bordelais. A chaque fois, je défendais le club dans lequel j'étais. Je m’identifie immédiatement au club où je suis.

Vous arrivez à Nantes dans un climat tendu, avez-vous conscience du défi qui vous attend ?

Ça fait partie des ingrédients de la vie du club. J'espère qu'à travers ce qu’on va monter sur le terrain, on va réunir tout le monde, et que tout se passera bien. Mon seul souci est sur le terrain. Je veux être présent sur le terrain. Les joueurs sont dans l’esprit, avec de la joie et de l’envie. C’est ça qui m’intéresse. 

Pourquoi avoir choisi de rejoindre le FC Nantes ?

C'est un coup de cœur. C’est un vrai bonheur, c’est un vrai plaisir. Avoir cette opportunité, c’est quelque chose d’extraordinaire. Entraîneur, c’est l’essence de ce que je suis. Ce que j'avais envie de retrouver, c'est l'odeur de la pelouse quand on est au milieu du terrain, il n'y a pas de mots (...) c'est un bonheur d'être là.

Vous pouvez avoir des avis différents du mien en voyant les matchs, je ne me fâcherai jamais

Quel est votre objectif en tant qu'entraîneur du FC Nantes ?

L'objectif, c'est donner du plaisir, offrir quelque chose de cohérent à cette équipe. Je suis toujours étonné quand on dit qu'il faut être dixième, européen ou ne pas descendre, il faut d'abord être d'accord sur la manière de faire les choses.

Quelle identité de jeu voulez-vous donner aux Canaris ?

Pour l'instant, je fais un bilan. On va voir quelles sont leurs qualités car je pourrais vous dire, j'ai envie de jouer comme Guardiola mais pour ça faut avoir les joueurs. On va tenter d'exploiter au mieux les qualités des uns et des autres.

Giannelli Imbula à l'essai

Vous semblez apaisé face aux journalistes désormais...

Désormais, je ne dis plus le jeu médiatique. Je dis la relation entre les médias et les techniciens. J'ai compris le positionnement (ndlr, en travaillant à La chaine L'Equipe comme consultant), les questionnements et les problématiques en étant de l'autre côté de la barrière pendant des années. C'est un échange, une collaboration. Vous pouvez avoir des avis différents du mien en voyant les matchs, je ne me fâcherai jamais. Au contraire, je me dis, tiens je peux réfléchir différemment. Je ne suis pas obtus, buté en me disant que j'ai raison. Je ne suis plus dans l'idée de jeu mais d'échange.

Est-ce qu'il y a un sentiment de revanche vis-à-vis du football français ?

Non, et ça ne m'a même pas traversé l'esprit. J'ai envie de participer à quelque chose qui sera positif et où, tout le monde prendra du plaisir.

Avez-vous prévu de renforcer l'équipe pendant ce mercato qui commence le 2 janvier ?

Giannelli Imbula va venir à l’essai. Il a un vécu au haut niveau (ndlr, Marseille), mais je ne sais pas où il en est.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess