Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

ENTRETIEN - FC Nantes : la défaite contre Metz, une histoire de "détails" pour Raymond Domenech

-
Par , France Bleu Loire Océan

L'entraîneur du FC Nantes Raymond Domenech rêvait sans doute mieux qu'un triste record de 12 matchs sans succès pour fêter son anniversaire, ce dimanche à Metz (2-0). En manque de solution, l'ancien sélectionneur des Bleus évoque "une succession de détails" qui ont fait la différence. Interview.

L'entraîneur du FC Nantes Raymond Domenech qui fêtait ses 69 ans, ce dimanche après-midi, a vécu un calvaire sur la pelouse messine.
L'entraîneur du FC Nantes Raymond Domenech qui fêtait ses 69 ans, ce dimanche après-midi, a vécu un calvaire sur la pelouse messine. © AFP - Jean-François Monier

D'ordinaire plutôt bavard, l'entraineur du FC Nantes qui est entré dans sa 70e année, ce dimanche, se fait à chaque interview d'avant et d'après-match de plus en plus expéditif. Raymond Domenech répond mais écourte. Dans la salle de presse bétonnée du nouveau stade Saint-Symphorien, ce dimanche, certaines de ses réponses n'ont pas manqué de surprendre après la nouvelle défaite des siens. Comme s'il peinait déjà à trouver des solutions pour remettre un groupe qui perd, chaque weekend, un peu plus pied.  

"Le manque d’occasions n’est pas un détail mais un vrai problème"

A la fin de la rencontre, Charles Traoré a poussé une gueulante en affirmant que le FC Nantes avait joué "les mains dans les poches". Êtes-vous d'accord avec votre défenseur ? 

Il exagère. Il est déçu, je le comprends, on l’est d'ailleurs tous. Mais dire qu'on a joué les mains dans les poches, non, ce n'est pas vrai. Les joueurs ont fait preuve d'efforts, de combativité, d'engagement. Jouer les mains dans les poches aurait voulu dire qu’ils n’avaient pas envie et ce n’est pas vrai. Ce sont des détails qui changent la donne de ce match. Le premier but encaissé est un détail. Mais il est essentiel. Quand on voit les possibilités offensives qu’on gâche parce qu’on garde trop le ballon ou on le donne trop vite, c’est un ensemble de détails, mais ce n’est pas un manque d’envie. 

C’est vraiment sur une faute d’interprétation que le match bascule.

L'absence de tir cadré sur tout un match, est-ce aussi un détail ? 

C’est une succession de détails qui font que l’avant-dernière passe ou la dernière passe ne nous mettent jamais dans une situation où on peut bien jouer le coup. C’est là qu’on doit être un peu plus technique et serein. On gâche nos actions très très vite, ce qui fait qu’on ne peut pas aller au bout et faire mal à nos adversaires quand, dans nos courses et nos passes, il n’y a pas de synchronisation, de mouvement. C’est un ensemble de détails qui fait qu’à la fin, le manque d’occasions de but n’est pas un détail mais un vrai problème. 

Comment analysez-vous le premier but encaissé où, sur une passe, toute votre défense est lobée ? 

Farid Boulaya [le milieu messin, auteur d'un but et d'une passe décisive, ndlr] prend la balle au milieu. Il est à la sortie du rond central. On était en train de se repositionner mais on est en place. On est quatre derrière, on est quatre pour un. On avait pourtant dit aux joueurs lors des visionnages de vidéos que quand Farid Boulaya prend le ballon, il va chercher la profondeur. Il suffisait de l’aspirer. C’est vraiment sur une faute d’interprétation que le match bascule et on se retrouve ensuite à devoir aller les chercher. 

L'arrière gauche du FC Nantes Charles Traoré n'a pas mâché ses mots après la prestation affligeante des Canaris, ce dimanche après-midi sur la pelouse du FC Metz.
L'arrière gauche du FC Nantes Charles Traoré n'a pas mâché ses mots après la prestation affligeante des Canaris, ce dimanche après-midi sur la pelouse du FC Metz. © AFP - Jean-Christophe Verhaegen

Le pessimisme règne, le compte-à-rebours lancé

La série de matchs sans succès s'étend maintenant à 12, un record dans l'histoire du club. Êtes-vous inquiet pour la suite de la saison ? 

Jusqu’à présent on pouvait parler de qualité de jeu, de construire quelque chose mais maintenant on est dans le dur et il faut qu’ils [les joueurs, ndlr] le sachent et qu’ils en soient conscients. On ne se sort pas de ces situations en faisant ces erreurs. Une fois c'est l'un, un fois c'est l'autre mais à chaque fois il y en a une petite qui fait la différence. 

Il faut avoir d’autres armes que se dire simplement qu’on va s’en sortir parce qu’on a le niveau.

Pourtant, Imran Louza, Mehdi Abeid, Marcus Coco ou encore Charles Traoré nous ont assuré, ces dernières semaines, avoir tous conscience de jouer le maintien. Ce n'est pas le cas, selon vous ? 

On peut en avoir conscience intellectuellement mais en avoir conscience réellement, dans ses tripes, c’est différent. Là, on y est dans cette situation difficile. Je pense que ça va rentrer. Jusqu’à présent, j’étais dans ce discours de construction, de mise en place. Maintenant il faut passer à autre chose. C’est là, le présent et il est compliqué et il faut avoir d’autres armes que se dire simplement qu’on va s’en sortir parce qu’on a le niveau. 

Mais n'est-ce qu'une question de niveau. Contre Metz, n'avez-vous pas trouvé que votre équipe manquait de révolte, de combativité et d'engagement ? 

Vous êtes sévère. Quand on est au bord du terrain et qu’on les voit, je vous assure qu'ils en font des efforts. Après, c’est la gestion du ballon, plus que la récupération qui pose problème. On a un mal fou à poser le jeu, à imposer quelque chose ou à trouver des combinaisons parce qu’on se précipite. Soit on est en retard dans la course, soit on donne le ballon trop tard soit trop tôt. C'est cette gestion offensive qui fait qu’on se met en difficulté. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess