Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

FC Nantes : un derby pour finir l'année en beauté

-
Par , France Bleu Loire Océan

86 kilomètres séparent la Beaujoire, à Nantes, du stade Raymond Kopa d'Angers. C'est donc sur un derby que les Canaris achèvent leur première partie de saison. Et s'il n'a pas la même saveur que ceux contre Rennes et Bordeaux, une victoire garantirait au FC Nantes de terminer l'année dans le top 5.

Face au SCO d'Angers, ce samedi soir à la Beaujoire, les Canaris vont tenter d’enchaîner un troisième succès de rang en championnat, ce qui serait une première depuis deux mois et demi.
Face au SCO d'Angers, ce samedi soir à la Beaujoire, les Canaris vont tenter d’enchaîner un troisième succès de rang en championnat, ce qui serait une première depuis deux mois et demi. © AFP - Loïc Venance

Nantes - France

"C'est un derby par la force des choses", lance d'emblée l’entraîneur du FC Nantes, Christian Gourcuff, interrogé sur le sujet. Et il n'a pas tord. Si on se fie au dictionnaire Le Petit Robert, le terme derby définit "une rencontre de football entre deux villes voisines". Elles le sont. 86 kilomètres séparent l'arène nantaise et le stade Raymond Kopa, à Angers. Et si la rivalité entre supporters est bien moins vivace qu'avec ceux bordelais et rennais, l'enjeu n'en demeure pas moins important. Au contraire. En cas de succès, les Canaris seraient assurés de terminer l'année civile dans le premier quart du championnat de France, rien que ça. 

Angers n'a jamais gagné à la Beaujoire en Ligue 1

Les statistiques plaident largement en faveur des Jaunes et Verts et les Angevins en sont parfaitement conscients. "Il y a une attente particulière pour ce match, confie le défenseur des scoïstes, Ismaël Traoré. On a envie d'enfin gagner là-bas car on a jamais gagné chez eux. Aujourd'hui, on a ce petit challenge à relever et il est excitant." L'international ivoirien n'a pas totalement raison. Ses prédécesseurs se sont imposés une fois dans l'élite. Mais c'était au stade Marcel Saupin, le 11 novembre 1967. Depuis, les Mainoligériens ont enchaîné 15 matchs sans victoire. 

C'est un derby qui a moins de saveur qu'un Nantes-Rennes ou qu'un Nantes-Bordeaux.

A l'époque, le SCO comptait dans ses rangs René Gallina, Pierre Bourdel, Zygmunt Chlosta ou encore Jean-Marc Guillou. Le voisin angevin rivalisait dans le jeu avec les Nantais. Une période qui a bercé l'enfance du coach des Canaris, Christian Gourcuff. "Ce sont deux clubs avec un riche passé, même si ça date un peu, se remémore le technicien de 64 ans. J'ai beaucoup apprécié le SCO d'Angers de Jean-Marc Guillou et d'Albert Poli, c'était une autre époque. Mais ce sont des clubs qui comptent en tout cas dans l'histoire du foot français." Depuis le derby était à sens unique. Jusqu'à la saison passée où les hommes de Stéphane Moulin l'ont emporté chez eux pour la première fois depuis 46 ans avant d'accrocher les Jaunes et Verts dans leur antre. 

Un derby qui n'a pas la même saveur que d'autres

La donne ne change pas pour autant, selon le capitaine des Jaunes et Verts, Abdoualye Touré. "Ça a moins de saveur qu'un Nantes-Rennes ou qu'un Nantes-Bordeaux, confie-t-il. Mais ça reste un derby. Ça ne doit pas prendre plus d'ampleur que ça même si pour les supporters c'est important. Il faut que ça le soit aussi pour nous car ça peut nous permettre d'être bien classés à la trêve et d'avoir une sécurité plus large en championnat." L'enfant de Malakoff a visé juste. Car en cas de succès, les Nantais seraient assurés de passer les fêtes de Noël dans le top. Voire même un peu plus haut, en fonction des résultats de Rennes et de Lille. 

Ce sont des matchs sympas à jouer et à voir pour le public.

Et si les Canaris ne pourront pas compter sur Andrei Girotto et Kader Bamba toujours blessés, ils seront épaulés par les quelque 33.000 personnes qui viendront assurément donner une dernière fois de la voix avant la trêve. "Ce sont des matchs sympas à jouer et à voir pour le public", assure Christian Gourcuff. Son capitaine, lui, ne pense qu'à une chose : "enfoncer un peu plus" cette formation angevine qui reste sur quatre matchs sans victoire. Et donc glaner un troisième succès en autant de rencontre de Ligue 1, ce qui serait une première depuis plus de deux mois et demi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu