Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

FC Nantes : un réveil inespéré en seconde période pour continuer de croire à un maintien

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le FC Nantes reste dans la course à la dix-septième place. Mais que ce fut dur. Après une première mi-temps complètement ratée, ce dimanche après-midi contre Strasbourg, les Jaunes se sont révoltés grâce à Ludovic Blas et Jean-Charles Castelletto et redeviennent barragistes en Ligue 1. Inespéré.

Le FC Nantes de Dennis Appiah est complètement passé à côté de sa première mi-temps, ce dimanche après-midi contre Strasbourg.
Le FC Nantes de Dennis Appiah est complètement passé à côté de sa première mi-temps, ce dimanche après-midi contre Strasbourg. © AFP - Patrick Hertzog

L'image de tous les joueurs, allongés sur la pelouse pour les uns, et debout dans les travées de la Meinau pour les autres, en dit long sur la délivrance ressentie par le FC Nantes au coup de sifflet final. Transparents en première période et logiquement menés, les Canaris se sont fait violence au retour des vestiaires pour arracher un succès capital dans la course au maintien. Grâce à cette sixième victoire de la saison, ce dimanche après-midi contre Strasbourg (1-2), les Jaunes gagnent une place et se retrouvent barragistes à quatre journées de la fin. 

"On était un peu crispé, stressé"

C'est décidément une marque de fabrique de ce cru 2020/2021 du FC Nantes : ne jamais faire deux mi-temps pleines. Sous un soleil quasi estival en Alsace, les coéquipiers de Dennis Appiah, titulaire à la place de Charles Traoré blessé, ont eu les plus grandes peines du monde à entrer dans leur match. "On était un peu crispé, stressé", confirme le capitaine Alban Lafont. Seul à tenir son rang en première période, il a longtemps retardé l'échéance. Face à Ludovic Ajorque d'abord (0-0 à la 27e) puis sur un coup franc de Dimitri Liénard dévié (0-0 à la 31e). 

On a eu peur pour la première fois avec des joueurs qui n'étaient pas capables de faire un contrôle ou une passe.

Perdus au milieu et sur le fil du rasoir en défense, les Canaris ont logiquement fini par rompre sur une énième vague bleue venue de la gauche. Grâce à un centre de l'ex-Nantais Lionel Carole, l'inévitable Ajorque a pris le dessus dans les airs pour ajuster un Alban Lafont stoïque sur sa ligne (1-0 à la 43è) et une défense en retard. Juste avant une mi-temps qui est arrivée à point nommé pour stopper l'hémorragie jaune et verte. 

Le discours d'Antoine Komabouré à la mi-temps qui change tout

"Le coach a eu les mots justes à la mi-temps, salue le portier nantais, également décisif dans le second acte. Il nous a dit de ne pas lâcher." "Je leur ai surtout dit que la première mi-temps était désastreuse, on avait touché le fond, rétorque Antoine Kombaouré. On a eu peur pour la première fois avec des joueurs qui n'étaient pas capables de faire un contrôle ou une passe. Et je leur ai dit que si on continuait comme ça, ce n'était pas un but à la fin mais 4 ou 5 qu'on allait prendre." 

La gueulante a porté ses fruits. Repositionnés en 4-4-2, les Jaunes ont sonné la révolte qui s'est une fois encore concrétisée sur un coup de pied arrêté. Sur un corner cafouillé par l'arrière garde strasbourgeoise, Jean-Charles Castelletto a placé une tête rageuse pour remettre les siens à égalité (1-1 à la 53e). Toujours fébriles mais plus ambitieux, l'octuple champion de France a ensuite puni le Racing sur une contre-attaque jouée à mille à l'heure. Sur un ballon donné dans le bon tempo par Pedro Chrivella, lui même servi par Lafont, Moses Simon a fixé le portier strasbourgeois pour donner une offrande à Ludovic Blas (1-2 à la 77e). 

Le FC Nantes a signé son cinquième succès à Strasbourg au 21e siècle, plus que tout autre équipe.

"C'est la réaction d'une équipe qui a envie de se maintenir, se réjouit le capitaine des Jaune et Vert. Je suis fier de mes coéquipiers." "Il faut saluer les joueurs qui ont été très costauds, abonde son entraîneur. S'ils sont capables de retourner les situations comme ça à chaque fois, je prends." D'autant plus que dans le même temps Nîmes a été tenu en échec, ce qui permet aux Canaris de retrouver la dix-huitième place et de définitivement lancer leur mission maintien. Mieux vaut tard que jamais. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess