Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

FC Nantes : un visage plus séduisant mais ça reste insuffisant pour ces Canaris qui ne gagnent toujours pas

-
Par , France Bleu Loire Océan

Une nouvelle fois puni très rapidement, le FC Nantes n'a cette fois pas coulé, ce samedi à Montpellier. Plus séduisants dans le jeu mais toujours aussi imprécis, les Canaris sont revenus au forceps grâce à Imran Louza. Cela ne doit pas faire oublier que les Jaunes n'ont plus gagné depuis 10 matchs.

Avant leur déplacement à Montpellier, ce samedi, les coéquipiers de Mehdi Abeid (image) restaient sur neuf matchs d'affilée sans succès.
Avant leur déplacement à Montpellier, ce samedi, les coéquipiers de Mehdi Abeid (image) restaient sur neuf matchs d'affilée sans succès. © AFP - Sylvain Thomas

En convalescence depuis neuf rencontres, le FC Nantes pouvait au moins s'appuyer sur une statistique au moment de défier Montpellier, ce samedi soir. Les hommes de Michel Der Zakarian restaient sur trois réceptions sans le moindre succès contre les Canaris. Et dans un froid polaire, la bande à Touré y a tellement cru qu'elle a réussi une nouvelle fois à s'en sortir, après un début de match à totalement oublier. 

Moins de fébrilité mais toujours autant de maladresses

"Excepté sur les sept premières minutes, on n'a pas été fébriles", analysait le milieu de terrain Abdoulaye Touré. Le Nantais pure souche n'avait pas tord, sur le fond, au moment de décrypter cette ultime rencontre de la phase aller. Sauf qu'après sept minutes, le mal était déjà fait. Sur la première opportunité montpelliéraine, Ambroise Oyongo profitait de l'attentisme de la défense des Jaunes pour tromper Alban Lafont à bout portant (1-0 à la 7è). 

On part d'une situation complexe et petit à petit les joueurs vont retrouver de la confiance.

Le déclic pour les joueurs de Raymond Domenech. Une nouvelle fois dans la réaction, les octuples champions de France ont petit à petit pris le jeu à leur compte tout en isolant le duo Laborde-Delort, l'arme numéro un des Héraultais. "Une belle berline, si on coupe l'alimentation, elle ne roule pas et c'était notre but", imageait l'ex-sélectionneur des Bleus. A l'opposé, Randal Kolo Muani s'était réveillé. A deux reprises, le jeune attaquant nantais a eu l'occasion d'ajouter un but à son compteur. La première fois, il a été fauché irrégulièrement et le coup-franc qui a suivi a été remarquablement sorti par le portier héraultais. La seconde, il a manqué l'immanquable à cinq mètres du but de Jonas Omlin. 

"On ne doit pas regarder derrière"

Entre ces deux actions, Imran Louza avait eu la bonne idée de trouver la faille d'une superbe frappe enroulée à l'entrée de la surface de réparation (1-1 à la 57è). A défaut de ne pas gagner, cette fois Nantes a réussi à empocher un point. Et Alban Lafont n'y est pas pour rien. L'ancien du TéFéCé a sorti le grand jeu à trois reprises en fin de rencontre. "On part d'une situation complexe et petit à petit les joueurs vont retrouver de la confiance, a regardé satisfait l'entraîneur nantais. On ne va pas gagner tous les matchs mais on doit au moins montrer quelque chose et progresser rencontre après rencontre."

On arrive à prendre plus conscience des qualités que l'on a pour avancer et j'ai confiance pour la suite.

Pour enrayer cette spirale de dix maths sans succès, Nantes devra d'abord réussir ses entames. "Il va falloir trouver une explication à ça", abondait d'ailleurs le vice-champion du monde 2006. Et régler ce criant manque d'efficacité dans le dernier geste. "On a la qualité pour regarder plus haut et pas derrière, promet le numéro 19 des Canaris. Aujourd'hui, on arrive à prendre plus conscience des qualités que l'on a pour avancer et j'ai confiance pour la suite." Mieux vaut tard que jamais car la zone rouge reste dangereusement proche. Mais dans son malheur, Nantes a de la chance. Grâce aux autres formations qui ne gagnent pas non plus, les Canaris peuvent toujours continuer d'espérer remonter la pente. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess