Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

FC Nantes : une défense aux abonnées absentes et un long chemin de croix qui se poursuit

-
Par , France Bleu Loire Océan

La réduction du score en fin de match de Renaud Emond n'aura rien changé au scenario de ce match face à l'AS Monaco, ce dimanche soir. Trop friable en défense malgré une volonté de développer du jeu, le FC Nantes, réduit à dix, signe un treizième match sans succès et se rapproche de la zone rouge.

Le FC Nantes de Marcus Coco (image) n'a pas eu d'autre choix que de laisser le ballon aux monégasques, ce dimanche soir à la Beaujoire.
Le FC Nantes de Marcus Coco (image) n'a pas eu d'autre choix que de laisser le ballon aux monégasques, ce dimanche soir à la Beaujoire. © AFP - Sébastien Salom-Gomis

"On n'a plus le temps de chercher les coupables ou de taper les uns sur les autres, il faut gagner." A sa manière, le défenseur central Jean-Charles Castelletto résumait l'urgence nantaise, à l'issue d'une nouvelle déconvenue, ce dimanche soir, contre l'AS Monaco. Volontaires, entreprenants mais handicapés par une défense qui ne répond plus de rien, les Canaris ont subi la loi monégasque (1-2). Et la réduction du score tardive de Renaud Emond, buteur pour la deuxième fois de la saison, n'aura rien modifié à l'issue d'une rencontre presque à sens unique. 

"On a montré une belle image, on s'est battu les uns pour les autres"

A la recherche d'un succès depuis le mois de novembre, les Jaunes se savaient sous pression avant le coup d'envoi de ce match de clôture de la 22è journée de Ligue 1, après les succès de Saint-Etienne et du FC Lorient, tombeur du club de la capitale. Les intentions nantaises ont d'ailleurs été bien meilleures et auraient pu être récompensées par un but de la tête d'Andrei Girotto sur corner (0-0 à la 5è). Mais le portier monégasque en a décidé autrement. 

Ce n'est pas l'autoroute qui se présente à nous, c'est plutôt l'Alpes d'Huez.

Malgré une application certaine, le FC Nantes s'est une nouvelle fois montré défaillant dans le pénultième et le dernier geste. "On a montré une belle image, se persuadait Jean-Charles Castelletto. On s'est battu les uns pour les autres mais on s'est trop précipité en attaque." Car à l'exception d'un lob, légèrement trop puissant d'Imran Louza, les Jaunes ont en effet été terriblement inoffensifs face à un Monaco pas en réussite dans le dernier geste, et qui s'en est remis à la précision de son défenseur, serial-buteur, Guillermo Maripàn (0-1 à la 45è).

Nicolas Pallois plombe les espoirs nantais

Le trouillomètre à zéro, les Jaune et Vert n'ont ensuite fait que reculer. Jusqu'au deuxième but monégasque, inscrit par Kevin Volland suite à un service délicieux de Caio Henrique par dessus la défense, qui semblait inévitable (0-2 à la 60è). Pour ternir un peu plus la soirée nantaise, le capitaine Nicolas Pallois, très agacé, a été expulsé après avoir reçu deux cartons jaunes en une poignée de secondes pour avoir contesté les décisions arbitrales (0-2 à la 73è). 

Le FC Nantes enchaîne un huitième match à domicile sans succès. 

La réduction du score de Renaud Emond, sur coup franc (1-2 à la 83è), aura eu le mérite d'animer la fin de rencontre. Sans modifier le scénario d'un match qui se conclut par la dixième défaite des hommes de Raymond Domenech, premier entraîneur nantais de l'histoire à ne remporter aucun de ses cinq premiers matchs. "Je ne me sens pas désarmé, assurait pourtant l'ex-sélectionneur des Bleus. Cette équipe a des ressources et à un moment donné, ça va payer." Avant de conclure : "Ce n'est pas l'autoroute qui se présente à nous, c'est plutôt l'Alpes d'Huez." Et un virage stéphanois, ce mercredi soir, qui pourrait bien s'avérer décisif dans la course au maintien. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess